Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinema

Sur la planche

Film marocain de Leïla Kilani
André Videau
p. 176

Texte intégral

1Elles s’appellent Badia, Imane, Asma, Nawal... (Soufia Issami, Mouna Bahmad, Nouzha Akel, Sara Betioui). Elles ont, plus ou moins, une vingtaine d’années. Leur langage précipité et provocant est un mélange du parler des rues et du bled, d’arabe et de verlan, de français, d’espagnol, de rifain. Elles proviennent des quatre coins du Maroc miséreux en quête de travail, de dirhams et de liberté. Elles ont rejoint la rutilante zone franche de Tanger, foyer de la jeune industrialisation marocaine et territoire affecté aux délocalisations. Elles vont y grossir l’inépuisable réservoir de main-d’œuvre féminine.

2Sans formation, ni instruction, ni compétences, ni piston, elles ne peuvent être embauchées dans l’aristocratie du textile plus lucrative. Elles intègrent le sous-prolétariat chargé du conditionnement des crustacés. On pourrait les appeler “les mômes crevettes”, tellement l’odeur des bestioles manipulées à longueur de journée s’incruste à la racine des ongles et des cheveux et résiste à tous les brossages, à tous les contre-parfums. “Petites bricoleuses de l’urgence et de l’espace”, elles sont soumises à la rigueur des horaires et des cadences mais peuvent abuser de leur jeunesse et de leurs insomnies. Elles ne sont jamais au bout de leurs peines ni des opportunités. On les dit “t’debarrates”, affranchies, insoumises. Ceux qui ont misé sur leur passivité ont perdu. Belles et rebelles comme des héroïnes de Genet ou de Mohamed Choukri dont les souvenirs subversifs hantent la région. Le slam rageur de l’une d’elles donne le ton :

“Je ne vole pas. Je me rembourse.
Je ne cambriole pas. Je récupère.
Je ne trafique pas. Je commerce.
Je ne me prostitue pas. Je m’invite.
Je ne mens pas. Je suis déjà ce que je serai.
Je suis juste en avance sur la vérité. La mienne.”

3En les suivant nuit et jour de leur poste de travail à leurs escapades, de leur logement rudimentaire à leur transport sous surveillance comme des convois concentrationnaires, de leur nourriture calibrée à leurs libations clandestines, de leurs débordements de conduite mélangeant sexe et larcin, Leïla Kilani réalise un documentaire agressif qui éclaire d’un jour cru les phénomènes d’industrialisation sauvage dans les économies en développement. Une pièce au dossier qui vaut tous les discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Sur la planche », Hommes et migrations, 1295 | 2012, 176.

Référence électronique

André Videau, « Sur la planche », Hommes et migrations [En ligne], 1295 | 2012, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1093

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org