Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

White Material

Film français de Claire Denis
André Videau
p. 201

Texte intégral

1Un film qui sème le trouble. On est quelque part en Afrique de l’Ouest, dans un paysage et une époque qui brouillent les pistes. Pas du tout dans le Cameroun idyllique d’une enfance coloniale. Celle du Chocolat de l’auteur (1987). Comme si le temps passé avait rendu la contrée anonyme et dangereuse. Vingt ans après, le boy resplendissant ne sème plus le trouble sensuel. Toujours interprété par Isaac de Bankolé, il n’est plus qu’une idole blessée, un boxeur en fuite qui n’a pas su choisir son camp et qui réclame de l’aide.

2La plantation de café et la maison des colons sont ravagées par les flammes. Marie Vial, la propriétaire exploitante, tente de sauver ce qui peut l’être et lutte avec la dernière énergie pour préserver au moins la dernière récolte. Au point de nier les évidences, de prendre les apparences pour des réalités. In extremis, échappant aux pires sévices, elle rejoindra le dernier carré des irréductibles dans les camions et les hélicoptères “des forces de l’ordre”. Comment en est-on arrivé là ?Flash-back sur les derniers jours tragiques d’une décolonisation ratée. Le pays n’est situé précisément ni dans le temps, ni dans l’espace. Les factions se disputent le pouvoir avec des hordes de soldats dépenaillés mais surarmés et éventuellement drogués, disponibles pour le vol, le viol et le racket.

3Une fois de plus, Claire Denis a choisi l’Afrique, faisant endosser sa passion immodérée par un personnage qui lui convient le mieux (Isabelle Huppert). Dans cet attachement viscéral à une terre, comme dans l’absolu d’un amour contre-nature, on retrouve une proximité avec l’héroïne du Barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, porté à l’écran par Rithy Panh en 2008.

4Mais il est peut-être temps de passer à autre chose. Abandonner cette terre si chère qui va retourner à la brousse, à la poussière rouge, aux plantes épineuses qui blessent, à la bestialité de ses propres enfants, blancs, noirs, métis, tatoués. Cette terre où les lycées et les pharmacies vont se vider, où Marie aura vu sa famille se disloquer (Michel Subor et Christophe Lambert, ses hommes, conquérants devenus de pathétiques loosers), son fils chéri, Manuel, retourner à l’état sauvage, en perte totale d’humanité, de voyou fainéant à fou furieux (Nicolas Duvauchelle encore une fois impressionnant).

5Il faut tout le talent d’Isabelle Huppert pour convaincre qu’elle ne maîtrise plus rien dans cet univers faulknérien, imaginé par la réalisatrice Claire Denis et la scénariste associée Marie N’Diaye (Prix Goncourt 2009 pour Trois femmes puissantes, Gallimard) à partir d’une adaptation du roman de Doris Lessing, Vaincue par la brousse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « White Material », Hommes et migrations, 1284 | 2010, 201.

Référence électronique

André Videau, « White Material », Hommes et migrations [En ligne], 1284 | 2010, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1277

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org