Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Ajami

Film israélien de Scandar Copti et Yaron Shani
André Videau
p. 202

Texte intégral

1Ce film dual (tourné par deux réalisateurs israéliens, l’un d’origine juive, l’autre palestinienne : Yaron Shani et Scandar Copti) n’est pas la moindre surprise de cette actualité “percutante” du cinéma israélien sur les écrans internationaux et principalement français. Ajami, sorte de vendetta politico-sociale, haletante comme un thriller, vient encore diversifier une production abondante qui, tout en restant imprégnée des contingences, touche à tous les genres, les régénère, ou au besoin les invente. Pour traduire cette variété citons presque au hasard : Les citronniers d’Eran Riklis, La visite de la fanfare d’Eran Kolirin, Mon trésor et Jaffa de Keren Yedaya, Valse avec Bachir d’Ari Folman, Tu n’aimeras point de Haïm Tabakman, My father, my lord de David Volach, Z 32 d’Avi Mograbi…

2Ajami est le nom d’un quartier de Jaffa, ville côtière surpeuplée, elle-même excroissance de Tel-Aviv, au sud de l’État d’Israël.

3Là s’imbriquent des populations devenues antagonistes : juives, arabes, chrétiennes, aux divers statuts d’indigènes ou de transfuges. Cet ensemble disparate favorise encore les tensions suscitées par les déséquilibres économiques, les insuffisances de l’habitat, les pressions démographiques, les embarras de la circulation….

4Le film, dans un montage subtil développé en boucle, sans jamais tomber dans l’imbroglio et en préservant toute son efficacité au propos, entremêle le destin de trois personnages principaux, donnant à l’ensemble une impression de réalité-fiction.

5Il y a Omar (Shamir Kabaha), jeune israélo-palestinien qui se trouve propulsé au cœur des drames de la cité chaotique. Tant que faire se peut, il protège son jeune frère Nasri (Fouad Habash). Il entretient une passion pudique avec Hadir (Ranin Karim), la fille de son puissant patron Abu Elias (Youssef Sahwani). Hélas, pris en otage par les solidarités familiales, il se trouve traqué par une tribu bédouine qui a commencé par éliminer son oncle.

6Le jeune Malek (Ibrahim Frege), adolescent palestinien sans-papiers, est un ami d’Omar. Lui aussi bénéficie de la protection d’Abu Elias. Il cherche clandestinement à rassembler la somme nécessaire à l’opération de sa mère. Le policier Dando (Eran Naïm), troisième personnage-clé, ne songe qu’à venger l’assassinat par les Palestiniens de son jeune frère militaire.

7Aucun des nœuds de l’intrigue ne paraît factice, alors que presque tous les éléments ont été inventés sur le tas à partir d’un stage de dix mois proposé à des centaines de non-professionnels. Des ateliers fonctionnaient de façon tout à fait originale (improvisations sans scénario préétabli, tournage des séquences du film dans l’ordre chronologique…). Associés au double regard des réalisateurs, ces principes créatifs ont pu paraître peu orthodoxes, voire iconoclastes, ils ont néanmoins une part prépondérante dans l’intégration progressive des personnages à l’évolution dramatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Ajami », Hommes et migrations, 1284 | 2010, 202.

Référence électronique

André Videau, « Ajami », Hommes et migrations [En ligne], 1284 | 2010, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1278

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org