Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Alice Zéniter, Jusque dans nos bras

Paris, Albin Michel, 238 pages, 16 euros
Terence Carbin
p. 204-205
Référence(s) :

Alice Zéniter, Jusque dans nos bras, Paris, Albin Michel, 238 pages, 16 euros

Texte intégral

1La France, du haut de sa Constitution, toise quiconque voulant devenir français. On est sommé d’afficher les gages d’un désir de France en s’attribuant les symboles de l’identité nationale : la devise, le drapeau, et l’hymne national, cette fameuse Marseillaise dont on ne cesse de vouloir changer les paroles trop belliqueuses, pas adaptées à notre présent. Et pourtant ces paroles sont, pour une fois, dans un à-pic qui donne le titre du livre d’Alice Zéniter. On se souvient des mots qui précèdent le “aux armes citoyens” ; on se met à chantonner “[...] ils viennent jusque dans nos bras égorger nos filles et nos compagnes...

2Jusque dans nos bras, titre coup de poing en forme de clin d’œil, se référant au symbole le plus chantant de notre nation française, mais annonçant un propos désenchanté sous une forme ironique, légère et drôle.

3Alice se voit un jour demander en mariage par son ami d’enfance Mad, et, perplexe devant cette demande saugrenue, ce dernier lui en donne le motif : le ras-le-bol de sa quête perpétuelle du graal, la nationalité française. En effet Mad, contraction de Mamadou, est malien. Alors qu’il est né sur le territoire français, il se retrouve au Mali pour succéder à son père qui vient de mourir. Les années passées hors de France sont un purgatoire qui n’augurait pas l’enfer à venir, celui d’être un clandestin.

4Occasion pour Alice de nous ramener à son quotidien de petite fille blanche de peau, mais qui s’octroie une algérianité pour être amie d’exclusion de Mad, être “du bon côté” de l’oppression. L’école, le bac à sable et les sorties entre amis ; les premières amours des uns et des autres, la complicité qui s’enracine et les coups du sort : un tableau d’une vie à peine entamée et déjà en prise avec un réel délétère. Simplement parce qu’un ami d’enfance subit le déchaînement des éléments contraires. À quoi tiennent les évènements  ! Envolé le rêve de se marier en robe de princesse. Tant pis, on aura fait une bonne action, surtout que le papamaman – qui rappelle le Carlémamie de Sartre – n’est pas d’accord, pire, est en désaccord ; la césure est nette, et dans les mots : il y a désormais le papa et la maman.

5C’est “normal” pour papa, c’est un intégré qui s’est drapé du drapeau tricolore jusqu’à s’en faire un vêtement de transparence française qu’il ne peut plus enlever. Et forcément le long cheminement d’assimilation ne peut tolérer l’obtention éclair du sésame, même pour la bonne cause. La tortue en veut toujours au lièvre...

6Cette histoire qui se déroule en 2007 dans un aujourd’hui si frais dans nos mémoires, Alice Zéniter ne peut l’avoir inventée, se dit-on, tant l’on est atterré mais secoué du rire salvateur qui sauve du désespoir d’être d’un pays aussi inquiétant...

7Ce roman d’Alice Zéniter, par un style brillant, vif et alerte, court, simple et pourtant travaillé, plein d’humour, de reconsidération de soi et de sa famille, enchante. D’ailleurs l’écriture fait penser à une série télé par l’entrain et l’enchaînement des scènes. Les références à l’actualité, à la politique d’immigration et aux lois “Hortefeux”, tout y est pour sourire et rire des tracasseries ubuesques qui forcent à contourner la loi. Nous connaissons chacun celui-ci ou celle-là qui, né(e) en France, ou vivant dans ce pays depuis fort longtemps, n’arrive pas à obtenir un simple permis de séjour, alors qu’ils nous feraient rougir, ignorant que nous sommes, devant la profonde connaissance, le profond amour qu’ils ont de la France.

8Ceux qui sont français par accident ne se donnent pas la peine de connaître ce pays et rejettent a priori ceux qui ont fait des efforts, parfois surhumains, pour maîtriser les éléments de cette “douce France”. La suspicion fabrique une traque qu’Alice et ses amis nomment, non sans humour, Edwige : c’est l’employée de la préfecture chargée de débusquer le faux mariage et qui s’avère attendrie par cette union si “parfaite”. Évidemment, ils ont bien travaillé à être compatibles pour l’examen final.

9On ne saurait recommander ce livre au nouveau ministre de l’Immigration, de l’Intégration, etc.car il dépeint l’aberration, au plus près, de certaines dispositions légales. L‘étendard de la tyrannie ne s’est pas levé de l’autre côté de la frontière et nul féroce soldat n'ensanglante nos campagnes. Bien au contraire, ceux venus d’ailleurs forment des bataillons, le plus souvent, qui contribuent à abreuver nos sillons de leur sueur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Terence Carbin, « Alice Zéniter, Jusque dans nos bras », Hommes et migrations, 1284 | 2010, 204-205.

Référence électronique

Terence Carbin, « Alice Zéniter, Jusque dans nos bras », Hommes et migrations [En ligne], 1284 | 2010, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1280

Haut de page

Auteur

Terence Carbin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org