Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinema

Terraferma

Film italien d’Emanuele Crialese
André Videau
p. 148

Texte intégral

1En 2002, Respiro, du jeune réalisateur d’origine sicilienne, Emanuele Crialese, fit sensation. Restant fidèle à l’inspiration locale : sudiste et insulaire, il y déployait une maîtrise acquise au cours de ses études cinématographiques effectuées aux États-Unis. Le film enthousiasma la critique et séduisit un large public, tant par l’exposé du contexte social, la magie âpre et solaire des paysages de l’île de Lampedusa, que le glamour du couple Valeria Golino/Vincenzo Amato. Les mêmes qualités et caractéristiques se déploient dans Terraferma, son dernier film, enrichi de réminiscences mythologiques et d’un regard aigü sur l’actualité. Les charmes rustiques de l’îlot rocheux, célébrés par les écrits de Giuseppe Tomasi, hobereau du cru et leur somptueuse adaptation cinématographique (Le Guépard, de Visconti) s’épuisent. Les effets néfastes de la modernité sont passés par là. La rentabilité de la pêche périclite. Les hommes valides sont poussés à l’émigration vers le continent. Ne restent que les femmes, les enfants, les vieillards, et une poignée de jeunes braillards faisant vrombir leurs mobylettes. Seul le tourisme “chez l’habitant” permet d’envisager quelques perspectives économiques au prix de bien des renoncements et des compromissions. Pour satisfaire les vacanciers les “indigènes” pratiquent le cabotage, la cuisine typique, le karaoké et même le topless et le flirt mercantile  ! Malheureusement c’est une horde imprévue qui débarque le long des côtes. Sur des rafiots d’infortune et surbookés, ils viennent de Libye, de Tunisie, de Mauritanie, des plus lointaines Afriques. Ils attirent l’armée, la police et font fuir les touristes. Toutes les conditions semblent réunies pour que se développent les plus bas instincts. Le film pourrait user et abuser de cette situation. Dénoncer. Accuser. Proclamer. Il suffira qu’un enfant naisse clandestinement pour que l’humanisme voit le jour. Sara (Timnit T.) a accouché dans l’abordage. Giulietta (Donatella Finocchiaro) se laisse toucher par l’instinct maternel. Quant à Filippo, le fils rebelle (Filippo Pucillo), beau comme un faune, dans une prouesse homérique, guidera les fugitives vers le salut.

2Une irrésistible bouffée d’optimisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Terraferma », Hommes et migrations, 1296 | 2012, 148.

Référence électronique

André Videau, « Terraferma », Hommes et migrations [En ligne], 1296 | 2012, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1527

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org