Navigation – Plan du site
Dossier

L’Algérie face à l’évolution de son émigration

En France et dans le monde
Hocine Labdelaoui
p. 22-37

Résumé

La migration des Algériens relève aujourd’hui de stratégies individuelles. Les liens avec le pays d’origine se reconfigurent à mesure que l’émigration se diversifie. L’Algérie n’est plus nécessairement le lieu du retour, mais une étape parmi d’autres dans leur parcours. Le profil des nouveaux migrants, l’évolution de leurs objectifs, ont des conséquences directes sur leur implication économique et symbolique en Algérie.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Algérie, France
Haut de page

Texte intégral

1De l’exil de l’homme seul à la mobilité des “nouveaux migrants”, l’émigration algérienne est entrée dans un nouvel âge et s’ouvre sur de nouvelles perspectives. Cette évolution est le produit de deux phénomènes : d’une part, la construction sociale de l’émigration dans la société algérienne et, d’autre part, l’insertion des communautés algériennes à l’étranger dans la reconfiguration des migrations internationales. En effet, au cours des dernières décennies, les départs vers l’étranger expriment davantage la mise en œuvre de stratégies rationnelles et utilitaristes pour réaliser des projets individuels que la quête des ressources de reproduction de la société d’origine. Cette mutation se met en place dans un contexte de mondialisation de la construction des projets de migration. La décision d’émigrer est prise dans le pays d’origine en tenant compte, notamment, des opportunités d’installation et de circulation dans les territoires migratoires. Ainsi, avant d’être émigré, le migrant algérien est potentiellement un immigré.

L’évolution des rapports de l’émigré avec la société algérienne

  • 1 Abdelamlek Sayad, “Les trois âges de l’émigration”, in Actes de la recherche en sciences sociales, (...)
  • 2 Ce constat de méconnaissance de l’histoire de l’émigration n’affecte pas la portée des contribution (...)
  • 3 Voir l’ouvrage de Marie-Thérèse Têtu, Clandestins au pays des papiers : Expériences et parcours de (...)
  • 4 L’enquête réalisée par l’équipe du CREAD sur le retour des émigrés algériens a montré que la notion (...)
  • 5 Indépendamment de leur situation juridique, les Algériens établis à l’étranger appartiennent à cett (...)
  • 6 Selon l’ex-ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Communauté algérienne à l’étranger, le (...)
  • 7 Hocine Labdelaoui, “La recherche scientifique sur les migrations en Algérie, état des lieux et pers (...)

2Notre réflexion se heurte à un triple obstacle : d’abord, un obstacle théorique créé par l’absence d’un modèle explicatif de l’émigration en termes “émigration-immigration” ; ensuite, un obstacle méthodologique renvoyant aux difficultés de mesurer le volume de l’installation des Algériens à l’étranger ; et, enfin, un obstacle relatif au retard de la mise en place de traditions de recherche en Algérie sur les questions migratoires. S’agissant du premier obstacle, il y a lieu de rappeler qu’en dehors du “paradigme des trois âges” proposé par Abdelmalek Sayad1, la littérature sur l’émigration algérienne demeure pauvre en matière d’analyses en termes de chaîne migratoire. L’histoire de cette émigration est beaucoup plus étudiée sous l’angle du pays d’accueil et de séjour que selon le pays de départ et encore moins sous l’angle du départ et de l’arrivée2. Face à cet obstacle, nous proposons de réinvestir le paradigme de Sayad, non pas pour ajouter aux trois âges un quatrième3, mais pour reconstruire le couple “émigration-immigration” afin de rendre compte des nouvelles formes d’interactions entre l’émigration et l’immigration. Le couple “émigration-immigration” fonctionne, dans notre approche, comme un facteur qui structure la construction du projet d’émigration, dans la mesure où la décision de départ est prise sous l’effet, à la fois, des conditions vécues dans le pays d’origine et de l’attrait des opportunités potentiellement existantes dans le pays d’arrivée. Dans le pays d’installation, le même couple change de structuration pour prendre la forme “immigration-émigration” et pour indiquer que la construction des projets de mobilité à partir des pays d’installation tient compte de la situation dans le pays d’origine et des opportunités de re-émigration, transformant ainsi le retour en une étape de mobilité et de circulation4. La mesure du volume des flux et d’installation des Algériens à l’étranger pose, nous l’avons souligné, un obstacle méthodologique qui ne facilite pas l’analyse des effets de l’évolution de l’émigration algérienne sur la société d’origine. En plus des difficultés rencontrées en matière d’accès aux sources dans le pays d’origine, s’ajoute la question de la fiabilité des données disponibles. Le mode de calcul utilisé repose sur un statut juridique incluant les détenteurs de la nationalité du pays d’installation dans les effectifs des Algériens établis à l’étranger, qu’ils soient immatriculés auprès des services consulaires algériens ou comptabilisés dans les estimations officielles algériennes5, ce qui donne un écart entre les différentes estimations des flux et des stocks6. Cette difficulté de mesurer le volume de l’émigration algérienne sans tenir compte de l’évolution de son statut juridique dans le pays d’installation persiste alors que la connaissance scientifique des mouvements migratoires tarde à se mettre en place en Algérie. Les données accumulées sur cette question dans le cadre des travaux universitaires, des études de centres de recherche et des rapports d’expertise des institutions officielles sont sans commune mesure avec l’importance de l’installation des Algériens à l’étranger7.

Les Algériens à l’étranger cherchent leur place en Algérie

  • 8 Hocine Labdelaoui, “La question de la migration en Algérie : évolution vers une diplomatie de l’émi (...)

3La méconnaissance de l’émigration algérienne ne s’explique pas seulement par la faiblesse des capacités de l’administration algérienne en matière de collecte des statistiques migratoires et par l’absence de traditions de recherche sur les mouvements migratoires. Elle est également la conséquence de l’ambiguïté du rapport avec une émi­gration en constante évolution. L’évolution de ce rapport reste figée sur la conception de l’émigré comme un individu intégré à la société algérienne au même titre que tout citoyen resté au pays. Manifestement, l’Algérie éprouve des difficultés à s’adapter à l’évolution de son émigration. Les dispositifs mis en place depuis l’indépendance pour gérer l’installation des Algériens à l’étranger cachent une conception figée du rapport avec ces derniers. Tout se passe comme s’il revenait aux Algériens installés à l’étranger de s’adapter à leur pays d’origine et non l’inverse. Face à l’évolution de son émigration, la société algérienne ne semble pas prendre conscience de la rapidité des changements dans les pays d’installation. Le rapport qu’elle entretient avec ses ressortissants établis à l’étranger évolue lentement dans le sens de la reproduction d’un statut ambigu qu’on retrouve dans la terminologie utilisée. Lorsqu’ils sont dans leur pays d’installation, les Algériens établis à l’étranger sont considérés davantage comme des compatriotes et des frères vivant dans “El Ghorba”, mot arabe signifiant “pays étranger” et moins comme des émigrés. Mais quant ils reviennent dans leur pays d’origine, pour passer des vacances ou pour s’établir définitivement, ils sont considérés plus comme des émigrés, mot prononcé “z’migris” dans l’arabe algérien et moins comme des Algériens. Cette ambiguïté du statut de l’émigration algérienne apparaît clairement dans l’évolution de la politique migratoire algérienne. La conclusion de nos recherches sur cette question8 est que l’État algérien a une politique de défense de principes fondamentaux en matière d’émigration, mais qu’il n’a pas mis en place de politique de reconstruction de la place de l’émigration dans la société algérienne. Ses positions et les mesures prises en matière de gestion de l’émigration paraissent ainsi plus proches d’une politique de gestion de situations migratoires que d’une politique migratoire. L’exemple du rattachement de la gestion de l’émigration à un département étatique est, à cet égard, édifiant. D’un secrétariat d’État relevant du ministère des Affaires étrangères, la gestion de ce dossier est passée à un ministère délégué auprès du chef du gouvernement pour relever, après une période de vide institutionnel, du ministère de la Solidarité nationale et de la Famille. Il est, depuis deux ans, à nouveau confié à un secrétariat d’État sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères. Ce va-et-vient entre ces différentes structures montre que l’Algérie n’a pas encore trouvé un instrument politique pour la gestion de son émigration. Un changement constant qui souligne les difficultés du gouvernement algérien à s’adapter à ces évolutions.

De nouvelles raisons d’émigrer

4L’apparition de nouvelles raisons d’émigrer a donné lieu à l’émergence de nouveaux profils. À l’image de l’ouvrier rural parti seul, ou accompagné par sa famille, pour travailler dans les usines ou dans les mines, se substitue une multitude de profils de jeunes, peu, moyennement ou hautement qualifiés. On retrouve parmi ces jeunes des universitaires, des scientifiques, des femmes diplômées ou sans qualifications, des étudiants, des sportifs, des artistes, des journalistes et autres intellectuels. Le trait commun de tous ces profils est que les départs ne sont pas motivés par des raisons économiques, mais par des motivations culturelles, sociales et politiques. La grande majorité ont décidé d’aller ailleurs pour réaliser des projets personnels qu’ils n’ont pu concrétiser dans leur pays d’origine. Ce rapport entre la recherche d’opportunités de promotion sociale et le choix de l’émigration comme stratégie d’action est confirmé par le constat que “les nouveaux émigrés” appartiennent à plusieurs catégories sociales et patrimoniales. Les statistiques des services consulaires algériens révèlent que les émigrés recensés entre 1980 et 1910 appartiennent à quatre catégories matrimoniales.

Tableau 1 : Évolution des effectifs d’Algériens établis à l’étranger recensés par les services consulaires des ambassades d’Algérie selon le statut matrimonial

Tableau 1 : Évolution des effectifs d’Algériens établis à l’étranger recensés par les services consulaires des ambassades d’Algérie selon le statut matrimonial

Source : Secrétariat d’État chargé de la communauté algérienne à l’étranger, cité par Mebroukine Ali, “Migrations, Genre et relations internationales, le cas de l’Algérie”, Notes d’analyse et de synthèse, CARIM, n° 7, 2011, p. 14.

  • 9 Sylvie Dawes, “Vers un entreprenariat transméditerranéen ? les stratégies d’internationalisation de (...)
  • 10 “Les migrants de retour en Algérie”, in Jean-Pierre Cassarino, Migrants de retour au Maghreb. Réint (...)
  • 11 Banque mondiale, Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds, 2011.

5La multiplication des causes et la diversité des profils des partants dans un contexte international marqué par le renfoncement des restrictions à la circulation des personnes ont donné lieu à de nouveaux modes et formes d’émigrer. Au regroupement familial et à l’émigration dans le cadre de dispositifs mis en place par certains pays, comme le Canada et les États-Unis, s’ajoutent différentes formes d’émigrations irrégulières. Il y a celle qui s’effectue soit par voie maritime, soit par voie terrestre à partir de pays plus permissifs en termes d’entrée des étrangers. Il y a également l’émigration par la reconversion de voyages touristiques ou d’études en projets d’installation dans les pays d’arrivée. Les formes de l’émigration irrégulière ou “clandestine” ont également évolué. Les départs ne se font plus uniquement par voie maritime à partir des côtes algériennes, mais en empruntant de nouvelles routes à partir de la Turquie et de la Grèce pour relier par deux voies les pays du sud de l’Europe et ceux du nord. Cette évolution de l’émigration a comme conséquence directe la modification de sa fonction par rapport à son pays d’origine, comme nous pouvons le constater à travers le changement quant à l’investissement des émigrés algériens dans leur pays d’origine et au transfert de leurs fonds. L’individualisation des projets d’émigration dans un contexte de mondialisation de l’investissement a modifié la fonction de l’investissement des émigrés algériens dans leur pays d’origine. Ces dernières années, on observe le développement de l’entreprenariat transméditerranéen comme une forme régionale d’entreprenariat transnational. L’investissement ne se réduit plus à un transfert d’un pays d’immigration à un pays d’émigration, il est devenu un système de circulation dans un espace migratoire conçu comme un système entrepreneurial transnational comprenant des firmes réseaux, un capitalisme transnational, des réseaux transnationaux et des réseaux de diasporas9. La problématique de l’inté­gration de l’investissement des émigrés algériens dans leur pays d’origine explique la tendance à la baisse du volume de cet investissement au cours des dernières années. L’enquête réalisée par le Centre de recherches en économie appliquée pour le développement (CREAD) dans le cadre de sa participation au projet Migration de retour au Maghreb (MIREM) a montré que cette baisse a touché les émigrés candidats au retour dans leur pays d’origine. 82,8 % des émigrés algériens revenus en Algérie avant 2006 n’ont réalisé aucun projet avant leur retour10. La même explication peut être utilisée pour comprendre la disproportion entre les fonds transférés par les émigrés algériens et leur poids numérique et économique. Si on évalue leurs envois dans les statistiques de la Banque mondiale de 201111, on relèvera que l’émigré algérien reste à la traîne, malgré une forte communauté à l´étranger. Avec 2 milliards de dollars US, l’Algérie n´arrive qu´en cinquième position, loin derrière l´Égypte (7,7 milliards), le Liban (8,2 milliards), et la Jordanie (3,8 milliards). Ce constat ne doit pas être interprété, toutefois, comme un refus des émigrés algériens de transférer leurs fonds dans leur pays d’origine, mais comme l’expression de la mise en œuvre de nouvelles stratégies d’investissement transnational. Les experts affirment que cette estimation pourrait être multipliée par dix, car les chiffres officiels ne tiennent pas compte des circuits informels par lesquels passent les émigrés pour envoyer leur argent afin de diminuer les coûts des opérations de transfert et de rationaliser l’utilisation des fonds transférés.

Impact de l’élite scientifique sur la société d’origine

  • 12 Yamina Bettahar, “Les migrations scientifiques algériennes vers la France”, in Hommes &Migrations, (...)

6La constitution d’une nouvelle élite scientifique est due au profil des nouveaux émigrés algériens et à l’insertion des émigrés déjà installés dans les cursus de formation et d’enseignement des pays de résidence. À la différence des travailleurs de la première génération, les émigrés algériens ne sont plus majoritairement analphabètes. Les effectifs de ceux qui possèdent un niveau universitaire tendent à augmenter. Cette tendance est relativement lente dans les premiers pays d’émigration comme la France et dans les nouvelles destinations en Europe, comme en témoigne l’importance des effectifs des niveaux de primaire et de secondaire. En revanche, elle prend de l’ampleur dans les nouvelles destinations telles que la Grande-Bretagne, le Canada et les États-Unis, au point de donner à l’émi­gration dans ces pays la dimension d’une émigration exclusivement d’élite. Cette segmentation des pays de résidence en fonction des effectifs de deux niveaux, le primaire et le supérieur, s’explique par le fait que les émigrés résidant en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada arrivent dans le pays de destination avec un diplôme universitaire obtenu dans le pays d’origine, ce qui n’est pas le cas dans les premiers pays d’émigration comme la France où l’accès aux études supérieures est sélectif. La répartition des émigrés possédant un diplôme par âges confirme ce constat. La part des émigrés algériens entre 25 et 29 ans n’ayant pas obtenu de diplôme au terme de leur formation se situe au niveau de la moyenne de l’ensemble des immigrés originaires du Maghreb. À travers ce bref aperçu sur la formation d’une élite scientifique algérienne à l’étranger, il ressort que la migration vers l’étranger ne peut pas être analysée seulement comme un phénomène pathologique et négatif mais également comme une opportunité pour la constitution de capacités nationales d’innovation et d’expertise. Considérée comme une perte irremplaçable pour le pays d’origine et qualifiée d’“exode des compétences”12, la migration des scientifiques algériens au cours des années quatre-vingt-dix, à la recherche de meilleures conditions de vie et de travail et pour échapper à l’extermina­tion terroriste des intellectuels, a laissé un vide académique et scientifique considérable. Ce vide a ouvert la voie à des pratiques de gestion administrative des carrières au détriment de la promotion par la recherche scientifique, ce qui a entraîné une régression de l’innovation. Mais cette émigration peut devenir une opportunité pour le développement des pays d’origine, un atout majeur pour la formation de capacités d’innovation et de recherche scientifique et technologique. Les compétences installées à l’étranger peuvent être mises en réseau au travers de canaux de collaboration avec les compétences restées dans le pays d’origine.

La migration, un projet pour les femmes algériennes

  • 13 OIT-IIES, Faire des migrations un facteur de développement, une étude sur l’Afrique du Nord et sur (...)

7La présence des femmes en émigration n’est pas un phénomène nouveau. Les femmes ont fait leur apparition dans les flux vers la France depuis la seconde moitié du XXsiècle. Mais leur évolution vers le statut d’acteur est un phénomène relativement récent. Il est étroitement lié à l’apparition des femmes dans les nouveaux flux et à l’évolution des rapports de sexe dans les premiers pays d’émigration, ce qui explique que la proportion de femmes soit relativement plus élevée en France, en Belgique et au Canada. Ce rapport entre la position des femmes en émigration et l’évolution sociétale de l’installation dans les pays d’immigration apparaît clairement en France où les effectifs des femmes ont progressé au rythme de l’évolution du regroupement familial. En 1996, les femmes représentaient 60 % des migrants algériens vers la France. Ce taux a baissé à 45 % en 200613. Le regroupement familial a également joué dans la présence des femmes algériennes dans les effectifs des émigrés algériens en Belgique.

Tableau 2 : Répartition des émigrés algériens par sexe et pays de résidence

Tableau 2 : Répartition des émigrés algériens par sexe et pays de résidence

Source : Tableau construit à partir des statistiques citées par Rafik Boukelia-Hassane, Fatiha Talahite, “Labour Markets Perfermance and Migration Flows in Alegria”, CARIM, National Background Papers, 2009, p. 49 et OIT et IIES, “Faire des migrations un facteur de développement, Une étude sur l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest”, Genève, 2010, p. 36.

Tableau 3 : Répartion des effectifs de la population émigrée algérienne par âge

Tableau 3 : Répartion des effectifs de la population émigrée algérienne par âge

Source : Rafik Boukelia-Hassane, Fatiha Talahite, “Labour Markets Perfermance and Migration Flows in Algeria”, CARIM, National Background Papers, 2009, p. 50.

  • 14 Aissa Kadri, “Générations migratoires. Des paysans déracinés aux intellectuels diasporiques”, in Mi (...)

8En revanche, l’accroissement des effectifs de femmes dans les flux de migrants vers les nouvelles destinations s’explique davantage par les opportunités du marché du travail que par le regroupement familial. Les chiffres des services consulaires algériens cités plus haut confirment cette explication. Les femmes algériennes sont plus nombreuses au Canada et aux États-Unis. Leur nombre dans les pays ne pratiquant pas une politique d’immigration, comme la Suisse, la Suède et l’Allemagne, n’est pas élevé. L’explication de la féminisation de l’émigration algérienne au cours des dernières années dépasse celle utilisée pour comprendre l’émigration familiale. L’analyse de la formation des projets d’émigration de femmes doit être complétée par celle des effets de l’émigration sur la structure famille algérienne. Nous remarquerons dans cet ordre d’idées que l’évolution de l’émigration a contribué au changement du statut des femmes dans la famille algérienne. Comme le remarque Aissa Kadri : “Désormais, même dans les milieux les plus traditionnels, l’émigration des femmes n’est plus un tabou, [elle est même] encouragée dans certains cas14.” Cela s’est manifesté par l’insertion progressive des femmes algériennes dans des circulations transnationales, par l’insertion des universitaires dans des réseaux de mobilité scientifique, l’insertion des animatrices d’association dans des réseaux de coopération euro-méditerranéens, enfin, par l’irruption des femmes dans les circuits commerciaux transnationaux. Appelées “trabendistes” ou “biznassiyettes” (c’est-à-dire le terme arabe algérien pour businesswomen), les femmes exerçant des activités d’import informel, sous la forme de “commerce de valises”, se sont installées dans cette sphère de l’économie avec leurs propres réseaux.

Changements de destination et recomposition de l’imaginaire migratoire

9La reconfiguration des profils des émigrés algériens a donné lieu à un élargissement de l’espace migratoire algérien. Si la France et l’Europe demeurent le principal espace historique de la migration des Algériens, de nouvelles destinations les attirent de plus en plus, contribuant ainsi à la constitution de six espaces migratoires.

10Représentant plus de 83 % des effectifs des émigrés algériens, la France reste la première destination des flux et le premier pays de séjour des émigrés algériens. L’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni et les autres pays européens constituent le second espace, dont les effectifs dépassent légèrement le nombre des Algériens vivant dans le troisième espace constitué par les pays d’Amérique du Nord. Le Maghreb est la quatrième région où vit une communauté algérienne installée depuis longtemps. Constituant le cinquième espace, les pays du Moyen-Orient et, plus particulièrement, les pays du Golfe attirent les compétences algériennes. Le reste des effectifs se répartit dans les pays n’appartenant pas à ces cinq espaces.

Tableau 4 : Répartition des Algériens résidant à l'étranger recensés par les services consulaires algériens par pays d'émigration

Tableau 4 : Répartition des Algériens résidant à l'étranger recensés par les services consulaires algériens par pays d'émigration

Source : Anna Di Bartolomeo, Thibault Jaulin et Delphine Perrin, CARIM-Profil Migration, Algérie, 2010, p. 2.

11Indépendamment des sources utilisées, la répartition des émigrés algériens par pays donne, dans tous les cas, un ordre d’importance identique, confirmant la configuration des sous-espaces de migration cités plus haut. Les statistiques consulaires algériennes, et sur la base de données du CARIM, donnent pratiquement le même ordre d’importance dans les six espaces. Ces données, bien que dépassées, permettent une comparaison entre 1995 et 2002. La France demeure le principal pays de séjour des émigrés algériens. 85 % vivent dans ce pays, auxquels il faut ajouter 8 % d’Algériens vivant dans les autres pays européens. 5 % vivent dans les pays arabes et seulement 2 % séjournent dans les pays d’Amérique du Nord. Entre 1995 et 2002, le taux de croissance annuel moyen était de 0,6 %. Ce taux s’élevait à 12,4 % pour les flux vers l’Amérique du Nord. Les statistiques construites à partir des sources des pays de séjour et celles de la base du CARIM confirment l’émergence de nouveaux pôles d’attraction pour les flux d’émigrés algériens. C’est ainsi que l’Espagne est devenue une nouvelle destination pour les Algériens. En 2009, le nombre d’émigrés résidant dans ce pays était estimé à 56 201 individus, soit 6,3 % du total des effectifs d’Algériens établis à l’étranger. Le taux annuel moyen de croissance des Algériens vivant dans ce pays entre 1999 et 2009 était à 77,2 %. Cette diversification des destinations, aussi importante qu’elle soit, n’a pas encore modifié la configuration des espaces migratoires des Algériens. Le couloir Algérie-France est le deuxième couloir dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, dernière le couloir Afghanistan-Iran et devant les couloirs Égypte-Arabie Saoudite et Maroc15, ce qui peut s’expliquer par le fait que ce couloir constitue un espace de circulation symbolique et de reproduction de la mémoire collective avant d’être un canal de recherche de meilleures conditions de vie. En effet, si la France exerce toujours un effet structurant sur l’imaginaire algérien, il n’en demeure pas moins que le rapport entretenu par les Algériens avec l’ex-colonie est marqué par la quête de la légitimité de circulation et d’installation en vue de jouir d’une réciprocité historique de mobilité. La France s’étant donné le droit de venir occuper l’Algérie, les Algériens demandent que la France leur accorde le droit de venir en métropole. Les difficultés rencontrées pour vivre dans ce pays n’ont pas provoqué de retours au pays d’origine. Elles ne font pas baisser les flux, mais l’espace de la réussite par l’émigration s’élargit à d’autres pays.

Tableau 5 : Répartition des Algériens résidents à l'étranger par pays d'émigration

Tableau 5 : Répartition des Algériens résidents à l'étranger par pays d'émigration

Source : Anna Di Bartolomeo, Thibault Jaulin et Delphine Perrin, CARIM-Profil Migration, Algérie, 2010, p. 3.

Le retour vers le pays d’origine, une étape dans un parcours transnational

  • 16 Jean-Pierre Cassarino, op. cit., p. 53.
  • 17 Ibid., p. 54
  • 18 Cette évolution de la question du retour est visible dans l’apparition d’émigrés algériens résidant (...)

12L’amorce de cette évolution de l’émigration algérienne intervient au moment où l’installation dans les pays de séjour enregistre un changement qualitatif sensible : les ménages émigrés se restructurent, le marché matrimonial voit les mariages mixtes augmenter, l’acquisition de la nationalité du pays de séjour répond à la mise en œuvre de stratégies d’insertion sur le marché de l’emploi. Le développement de ces nouveaux modes d’installation des émigrés algériens modifie la notion de retour au pays d’origine, ce que confirme l’enquête réalisée par le CREAD dans le cadre du projet MIREM. 34,7 % des émigrés de retour enquêtés envisagent de repartir à l’étranger, et 26,6 % n’ont pas pris de décision16. 60,9 % de ceux qui envisagent de repartir comptent retourner dans le dernier pays de séjour et 20,9 % vers un nouveau pays d’immigration17. Cette évolution montre que les retours tendent à fonctionner comme une étape de projet de circulation migratoire. C’est ainsi que le retour est devenu, pour une partie des émigrés, le moyen d’acquérir une résidence dans le pays d’origine s’ajoutant à celle déjà obtenue à l’étranger. Ces derniers deviennent en quelque sorte des bi-résidents. Le retour constitue également, pour une autre partie d’émigrés, un instrument de gestion de leur carrière professionnelle. Bénéficiant de la double nationalité, ils gèrent leur retour pour réaliser des projets professionnels avec des 0sociétés françaises ou dans le cadre de partenariats avec des sociétés privées algériennes pour acquérir l’expérience nécessaire à leur insertion future dans le marché du travail international. Devenus citoyens dans les pays d’installation, les émigrés algériens entretiennent désormais de nouveaux liens avec leur pays d’origine18. Leur participation au développement de leur société d’origine par la réalisation de projets économiques et le transfert des fonds ne peut plus être envisagée sous l’angle d’un devoir moral ou patriotique. Elle doit être motivée et entretenue du point de vue utilitariste de sa rationalité économique. Les émigrés algériens se trouvent ainsi engagés dans une nouvelle dynamique qui les pousse à jouer de nouveaux rôles orientés davantage vers la modernisation, le transfert des technologies et des savoirs et la constitution de capacités d’innovation. La mise en place de nouvelles formes d’organisation, telles que la constitution de réseaux de diasporas et la volonté du pays d’origine de mettre en œuvre le partage des compétences acquises à l’étranger, indique que cette évolution structure dorénavant le devenir de l’émigration algérienne.

Politiques de coopération et négociations bilatérales

  • 19 Hocine Labdelaoui, “La politique algérienne en matière d’émigration et d’immigration”, art. cit.
  • 20 Hocine Labdelaoui, “La question de la migration en Algérie : évolution vers une diplomatie de l’émi (...)
  • 21 Extrait tiré des informations diffusées sur le site du ministère des Affaires étrangères, 08/02/201 (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

13Face à une telle évolution de son émigration, l’Algérie fait face à un triple défi. Elle est appelée à redéfinir son rapport aux Algériens établis à l’étranger en tenant compte des conséquences de la diversité des modes d’installation dans les pays d’immigration. Elle doit également concilier la défense de ses principes en matière de gestion des mouvements migratoires et les pressions exercées par les pays européens afin de l’amener à collaborer aux projets régionaux en matière de lutte contre l’immigration irrégulière. Enfin, elle doit choisir un mode de négociation adéquat avec les États européens pour mettre en place une coopération efficace sur les questions migratoires. Il est clair que la donne migratoire actuelle rend nécessaires de nouvelles politiques de coopération dans les limites de l’évolution des politiques migratoires européennes et de la position algérienne. Sur ce registre, l’évolution de la politique algérienne au cours des dernières années tend à concilier la prise en compte des propositions européennes et la défense de ses principes. En effet, sans rompre totalement avec les positions de principe en matière de défense des droits des ressortissants algériens établis à l’étranger, de leur protection politique, culturelle et sociale, et du renforcement des liens avec la mère patrie19, le gouvernement algérien amorce une évolution de son action en direction de la communauté nationale à l’étranger. Depuis le rattachement de ce dossier au ministère des Affaires étrangères, le gouvernement algérien tend vers le recentrage de la mise en œuvre de cette action dans le cadre d’une démarche à forte connotation diplomatique20. En témoigne la nomination d’un diplomate expérimenté au poste de secrétaire d’État chargé de la communauté algérienne à l’étranger. L’observation de l’évolution des rapports de l’Algérie avec ses partenaires européens en matière migratoire montre que la négociation bilatérale est devenue le principal instrument de la mise en œuvre de la coopération dans ce domaine. Au sujet des négociations sur les accords de 1968 avec la France, le secrétaire d’État chargé de la communauté nationale à l’étranger déclare : “Il sera question dans ces discussions d’un quatrième avenant de cet accord, incluant une série de problèmes liés, entre autres, aux visas court et long séjours, à l’emploi, aux retraités et à la Kafala21.” La réaffirmation de cette position intervient comme une réponse ferme face à la partie française qui suggère que l’augmentation du volume des visas accordés aux Algériens soit conditionnée par la révision des dispositions des accords de 1968 en faveur des émigrés algériens établis en France. La prise en charge des dimensions humaines dans les négociations sur la question des migrations n’est pas une position appliquée exclusivement aux rapports avec la France. Elle est également adoptée dans les discussions engagées avec les autres pays européens, comme l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. Au sujet des négociations avec l’Espagne sur la question des visas, Halim Benattallah a déclaré : “Le gouvernement espagnol nous a fait une offre qui nous a paru intéressante et nous avons convenu de commencer les discussions exploratoires pour examiner la viabilité de cette offre22.” Concernant l’Allemagne, il a ajouté : “Il est souhaitable que les deux parties mettent à profit cette dynamique pour intégrer la dimension humaine dans les relations entre les deux pays23.

La négociation avec l’Union européenne et l’Union africaine

14Tout en optant pour des négociations bilatérales, l’Algérie ne ferme pas la porte aux autres formes de discussion. Sa position est, cependant, plus critique. C’est le cas de l’attitude adoptée à l’égard de l’application des clauses des accords d’association avec l’Union européenne relatifs à la circulation des personnes. Le gouvernement algérien se montre très réservé au sujet de la conclusion des accords avec l’Union européenne en matière de réadmission des Algériens en situation irrégulière arrêtés en Europe et également des migrants non algériens en provenance de son territoire pour les mêmes motifs. De la réserve, il passe au refus de toute proposition visant à lier l’augmentation du volume des visas accordés aux Algériens à la conclusion des accords collectifs de réadmission. Une telle position s’appuie sur la nécessité d’adopter une approche globale et concertée et de respecter les principes de la libre circulation des personnes et la promotion du développement des régions émettrices des flux. Enfin, la position algérienne reste favorable aux négociations entre l’Union africaine et son homologue européen sur la question des migrations. La promotion de ces négociations a amené l’Algérie à prendre, en 2006, l’initiative de réunir des responsables africains pour élaborer une feuille de route servant de cadre aux négociations entre l’Afrique et l’Europe. Cette initiative a été prise quelques semaines avant la réunion organisée à Rabat par la France pour discuter avec les ministres des Affaires étrangères africains de la question de la migration et du développement. Considérant que l’organisation de cette réunion est destinée à faire échec à la formule des négociations entre groupements régionaux et à la remplacer par la négociation entre un État et des pays africains, le gouvernement algérien a refusé d’y participer. À travers cette exploration des perspectives migratoires algériennes, il apparaît que l’évolution pose la nécessité de construire de nouveaux concepts et de nouvelles approches pour analyser la question de l’émigration et entretenir de nouveaux rapports avec ses acteurs. Il nous semble que la terminologie construite autour du lien patriotique et moral n’est plus opératoire et qu’il est indispensable de la remplacer par de nouveaux termes construits autour d’une nouvelle citoyenneté ayant une origine algérienne.

Haut de page

Notes

1 Abdelamlek Sayad, “Les trois âges de l’émigration”, in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 15, 1977, pp. 59-79.

2 Ce constat de méconnaissance de l’histoire de l’émigration n’affecte pas la portée des contributions des auteurs comme Simon Jacques, L’Immigration algérienne en France, des origines à l’indépendance, Paris, éd. Méditerranée, 2006, ou Benjamin Stora, Ils venaient d’Algérie, les immigrés algériens en France, Paris Fayard, 1992. Citons également Tayeb Belloula, Les Travailleurs algériens en France, leur passé, leur participation à la lutte de libération nationale, leurs perspectives, Alger, Éditions nationales algériennes, 1965 ; et Djellali Benamrance, L’Émigration algérienne, passé, présent et avenir, Alger, SNED, 1968.

3 Voir l’ouvrage de Marie-Thérèse Têtu, Clandestins au pays des papiers : Expériences et parcours de sans-papiers algériens, Paris, La Découverte, 2009.

4 L’enquête réalisée par l’équipe du CREAD sur le retour des émigrés algériens a montré que la notion du retour temporaire pour préparer un nouveau projet de migration a pris place à coté de celle du retour.

5 Indépendamment de leur situation juridique, les Algériens établis à l’étranger appartiennent à cette communauté. Dans cette perspective, font partie de cette communauté toute personne née en Algérie dont le père est né en Algérie, et qui réside à l’étranger ; toute personne de nationalité algérienne résidant à l’étranger ; enfin, toute personne née à l’étranger et ayant deux ascendants de ligne parentale nés en Algérie.

6 Selon l’ex-ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Communauté algérienne à l’étranger, le nombre d’Algériens à l’étranger se situe ente 5 et 7 millions de personnes. Le Premier ministre situe ce chiffre au seuil des 5 millions. Ces chiffres sont différents des statistiques publiées par les organismes des pays de séjour. C’est ainsi que l’Ined estime que 2 100 000 personnes de nationalité algérienne vivent en 2000 à l’étranger. Quant à la Banque mondiale, elle estime ce nombre en 2010 à 1 211 100 personnes, soit 3,4 % de la population algérienne. Les chiffres de l’OCDE situent ce nombre en 2002 à 1 313 00 personnes.

7 Hocine Labdelaoui, “La recherche scientifique sur les migrations en Algérie, état des lieux et perspectives”, in Abdelhafid Hammouche et Hocine Labdelaoui (dir.), Les Migrations algériennes à l’étranger, Alger, Publications de l’université d’Alger, 2008, pp. 11-28.

8 Hocine Labdelaoui, “La question de la migration en Algérie : évolution vers une diplomatie de l’émigration et une politique de contrôle de l’immigration”, CARIM, Notes d’analyse et de synthèse, n° 67, 2011 ; “La politique algérienne en matière d’émigration et d’immigration”, CARIM, Notes d’analyse et de synthèse, n° 13, 2005. www.carim.org

9 Sylvie Dawes, “Vers un entreprenariat transméditerranéen ? les stratégies d’internationalisation des entreprises maghrébines, premiers résultats du projet AUF-IRMC”, in Lettre de l’IRMC, août 2012, p. 4.

10 “Les migrants de retour en Algérie”, in Jean-Pierre Cassarino, Migrants de retour au Maghreb. Réintégration et enjeux de développement, rapport général, Florence, Institut universitaire européen, 2007, p. 43.

11 Banque mondiale, Recueil de statistiques 2011 sur les migrations et les envois de fonds, 2011.

12 Yamina Bettahar, “Les migrations scientifiques algériennes vers la France”, in Hommes &Migrations, n° 1221, septembre-octobre, 1999 ; “Les ‘nouveaux migrants’ algériens des années quatre-vingt-dix”, in Hommes &Migrations, n° 1244, juillet-août 2003.

13 OIT-IIES, Faire des migrations un facteur de développement, une étude sur l’Afrique du Nord et sur l’Afrique de l’Ouest, Genève, publications de l’OIT, 2010, p. 37.

14 Aissa Kadri, “Générations migratoires. Des paysans déracinés aux intellectuels diasporiques”, in Migrants, Migrance, El Haraga, revue NAQD, automne-hiver 2009, p. 129.

15 www.worldbank.org/prospects/migrationandremittances, 2011.

16 Jean-Pierre Cassarino, op. cit., p. 53.

17 Ibid., p. 54

18 Cette évolution de la question du retour est visible dans l’apparition d’émigrés algériens résidant en même temps à l’étranger et en Algérie, ceux que nous désignons dans nos recherches au CREAD par le terme de “bi-résidents”.

19 Hocine Labdelaoui, “La politique algérienne en matière d’émigration et d’immigration”, art. cit.

20 Hocine Labdelaoui, “La question de la migration en Algérie : évolution vers une diplomatie de l’émigration et une politique de contrôle de l’immigration”, art. cit.

21 Extrait tiré des informations diffusées sur le site du ministère des Affaires étrangères, 08/02/2011. www.mae.dz

22 Ibid.

23 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution des effectifs d’Algériens établis à l’étranger recensés par les services consulaires des ambassades d’Algérie selon le statut matrimonial
Crédits Source : Secrétariat d’État chargé de la communauté algérienne à l’étranger, cité par Mebroukine Ali, “Migrations, Genre et relations internationales, le cas de l’Algérie”, Notes d’analyse et de synthèse, CARIM, n° 7, 2011, p. 14.
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/1872/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Tableau 2 : Répartition des émigrés algériens par sexe et pays de résidence
Crédits Source : Tableau construit à partir des statistiques citées par Rafik Boukelia-Hassane, Fatiha Talahite, “Labour Markets Perfermance and Migration Flows in Alegria”, CARIM, National Background Papers, 2009, p. 49 et OIT et IIES, “Faire des migrations un facteur de développement, Une étude sur l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest”, Genève, 2010, p. 36.
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/1872/img-2.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 3 : Répartion des effectifs de la population émigrée algérienne par âge
Crédits Source : Rafik Boukelia-Hassane, Fatiha Talahite, “Labour Markets Perfermance and Migration Flows in Algeria”, CARIM, National Background Papers, 2009, p. 50.
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/1872/img-3.png
Fichier image/png, 48k
Titre Tableau 4 : Répartition des Algériens résidant à l'étranger recensés par les services consulaires algériens par pays d'émigration
Crédits Source : Anna Di Bartolomeo, Thibault Jaulin et Delphine Perrin, CARIM-Profil Migration, Algérie, 2010, p. 2.
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/1872/img-4.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 5 : Répartition des Algériens résidents à l'étranger par pays d'émigration
Crédits Source : Anna Di Bartolomeo, Thibault Jaulin et Delphine Perrin, CARIM-Profil Migration, Algérie, 2010, p. 3.
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/1872/img-5.png
Fichier image/png, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hocine Labdelaoui, « L’Algérie face à l’évolution de son émigration  », Hommes et migrations, 1298 | 2012, 22-37.

Référence électronique

Hocine Labdelaoui, « L’Algérie face à l’évolution de son émigration  », Hommes et migrations [En ligne], 1298 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1872 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.1872

Haut de page

Auteur

Hocine Labdelaoui

Professeur de sociologie, université d’Alger-2, chercheur associé au Centre de recherches en économie appliquée pour le développement (CREAD).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org