Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Frozen River

film américain de Courtney Hunt (2009)
André Videau
p. 140

Texte intégral

1Ces immigrés qui viennent du froid, comme leurs frères déshérités en quête d’une vie meilleure sous d’autres cieux, ils sont Chinois, Pakistanais, apatrides… Ils ont payé les yeux de la tête des passeurs sans scrupule et ont risqué leur peau sur des parcours hasardeux. Peut-être ont-ils pensé contourner les difficultés en entrant aux États-Unis, terre promise, par le Canada, terre de transit. Plus précisément par la zone désertique que traverse la rivière gelée du Saint-Laurent qui constitue certes une piste raccourcie et secrète, mais dangereuse. C’est aussi le territoire Mohawk, la communauté indienne dont les ressortissants bénéficient d’une législation spécifique qui les place sous haute surveillance avec une situation juridique hors norme, un mélange d’interdits et de tolérance, de protections et de brimades.

2Le film de Courtney Hunt, premier long-métrage de cette jeune réalisatrice, nous réserve d’autres surprises que ce dépaysement, ce détournement des chemins et des climats habituels de l’immigration.

3Ce sont deux femmes, fortuitement réunies, l’Américaine, blanche, – Melissa Leo – et l’Indienne Lila – Misty Upham –, qui vont être au cœur d’un trafic de travailleurs clandestins, passeuses d’occasion et héroïnes.

4Les hommes, eux, ne sont qu’une bande de truands anonymes, subalternes et menaçants, qui regroupent les fuyards, s’assurent de leur solvabilité, les enferment dans des coffres de voitures et, pour ainsi dire, passent la main à leurs complices.

5Quand elles s’obligent à faire équipe, leur situation n’est pas brillante. La contrée n’offre pas de débouchés aux femmes seules. Lila est une mère célibataire qui vivote misérablement dans la réserve, victime du chômage endémique dans sa communauté, et de plus, handicapée par une vue déficiente. Ray, serveuse d’un minable drugstore, a la charge de ses deux enfants depuis le départ de son mari avec leurs économies : un adolescent fragile et une fillette à qui elle rêve d’assurer des conditions de vie décentes hors du préfabriqué délabré qui prend l’eau et le gel de toutes parts. Peu de chance d’acquérir un confortable mobile home avant Noël qui approche, même pas de faire des cadeaux !

6L’occasion de s’en sortir ne se présente pas sans violence et sans déchirement de conscience, mais dans une morale sommaire, on peut considérer que l’acte délictueux n’aggrave pas la misère des plus misérables. Les deux femmes s’adonnent à leur trafic, profil bas. La prise de risque est une sorte de punition.

7Le film, qui avait commencé comme un documentaire, tourne au thriller d’une beauté glacée et nocturne, et tient la route, surtout grâce au jeu puissant des deux comédiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Frozen River », Hommes et migrations, 1277 | 2009, 140.

Référence électronique

André Videau, « Frozen River », Hommes et migrations [En ligne], 1277 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/189

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org