Navigation – Plan du site
Dossier

Capitalisme agraire et migrations organisées

Le cas des plantations de palmier à huile en Indonésie
Stéphanie Barral
p. 129-117

Résumé

En Indonésie, les migrations suivent l’avancée des fronts de colonisation agricole sur la forêt. Les premières régions de grandes plantations de palmiers, situées dans la province de Sumatra Nord, constituent aujourd'hui des zones de départ vers des secteurs nouvellement défrichés. Les migrants qui viennent travailler dans les grandes plantations parviennent à accéder à la propriété foncière. Avec l’émergence d'un marché du travail et des terres, le front pionnier se développe jusqu'à sa propre saturation qui peut nourrir l'ouverture d'un autre front.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Indonésie est connue pour ses programmes de transmigration, ou migrations organisées par le gouve (...)
  • 2 Peter Baak, “The conference on capitalist plantations in colonial Asia, a report”, Conference on Ca (...)

1Les grandes plantations constituent la forme historique de capitalisme agraire développée dans la zone intertropicale depuis le XVIe siècle. Le recours à des travailleurs migrants est une de leurs caractéristiques : l’acheminement d’ouvriers depuis d’autres régions permet à la fois de compenser la présence limitée de travailleurs potentiels au niveau local (du fait de leur présence dans des régions de colonisation agricole récente) et de faciliter de contrôle de ces nouveaux arrivants qui ignorent tout de leur nouvel environnement1. Si de nombreux travaux historiques insistent sur l’importance des migrations dans le développement des plantations2, peu de recherches contemporaines sont menées sur le sujet.

  • 3 Jan Breman, Labour Migration and Rural Transformation in Colonial Asia, Amsterdam, Free University (...)
  • 4 Le terme de “front pionnier” désigne le processus de colonisation agricole caractéristique des régi (...)

2Cet article prolonge les travaux de Jan Breman sur l’évolution des modes de recrutement en relation avec le contexte économique et les régulations publiques3, en proposant une analyse de l’évolution temporelle des conditions de recrutement de la main-d’œuvre dans les plantations privées en Indonésie : les migrations ouvrières sont déterminées par le fonctionnement des marchés de la terre et du travail en périphérie des plantations, et suivent la logique d’évolution d’un front pionnier4. Alors que dans les premières années d’installation d’une plantation, les compagnies sont confrontées à la nécessité d’organiser des migrations pour pallier les besoins en main-d’œuvre, la création progressive d’un marché local de la terre entraîne la fixation des migrants et la création d’un marché du travail. Ensuite, quand la colonisation agricole est avancée, les activités économiques atteignent un stade de saturation qui conduit à un renversement du solde migratoire : une région de front pionnier exerce un attrait fort pour les populations migrantes et, à l’inverse, une région entièrement colonisée peut devenir zone de départ, inversion qui découle d’une certaine stagnation de la croissance économique.

3Ainsi, les premières régions de grandes plantations, situées dans la province de Sumatra Nord, sont aujourd’hui des réservoirs de main-d’œuvre migrante partant travailler dans les grandes plantations de régions nouvellement colonisées. Dans ces plantations récentes, les ouvriers connaissent un enrichissement certain par accession à la propriété foncière. Les différentiels d’accumulation entraînent aussi des recompositions de l’ordre social notables.

4L’analyse présentée ici repose sur un double travail : premièrement, sur une relecture des travaux historiques sur les migrations et les politiques de contrôle de la main-d’œuvre migrante dans les plantations de Sumatra Nord et, deuxièmement, sur une enquête de terrain d’une année au sein d’habitations ouvrières dans six grandes plantations indonésiennes. La première partie de l’article retrace l’évolution historique des modes de migration et de recrutement pendant la période coloniale. Ensuite, c’est dans le contexte de la mise en place de plantations récentes, depuis les années 1980, que ces aspects sont abordés, ainsi que leurs conséquences sur la formation d’un marché du foncier et du travail et sur la structuration d’inégalités au sein du groupe ouvrier. L’analyse de ces processus permet alors d’appréhender les changements historiques des formes de recrutement et l’évolution des formes actuelles des plantations indonésiennes en fonction des phases successives de colonisation d’un front pionnier.

Les migrations historiques des plantations de Sumatra Nord

  • 5 Sartono Kartodirdjo, Djoko Suryo, Sejarah perkebunan di Indonesia, Kajian sosial-ekonomi. Yogyakart (...)
  • 6 Daniel Perret, "De la forêt primaire aux plantations coloniales : les deux ruptures politiques et s (...)

5Afin de soutenir le développement agricole, le gouvernement colonial néerlandais vote la Loi Agraire de 1870 (Undang-undang Agraria 1870) accordant aux étrangers le droit de contracter des concessions d’une durée de 75 ans pour des surfaces non utilisées par des populations locales5. Cette première étape dans le processus de libéralisation foncière est à l’origine des investissements les plus massifs qu’ait connu la colonie en matière de développement agricole6.

  • 7 Terme péjoratif désignant au XIXe siècle les travailleurs agricoles d’origine asiatique.
  • 8 Ann Stoler, Capitalism and Confrontation in Sumatra's Plantation Belt, 1870-1979, New Haven and Lon (...)

6La colonisation agricole s’y étend rapidement sur plusieurs centaines de km², pour l’exploitation desquels le travail de milliers de coolies7 est requis. Leur contrôle est réalisé par l’instauration d’un pouvoir disciplinaire qui comprend deux types de domination : Ann Stoler propose une périodisation en deux temps de l’histoire des plantations, fondée sur une dichotomie entre “violence ouverte” (de 1870 aux années 1920) et “violence douce”, nouvelle forme de gouvernement des hommes qui apparaît avec la suppression du travail forcé dans les années 19308.

7Pendant les cinquante premières années du développement des plantations, un régime de travail forcé est à l’œuvre. Les planteurs exploitent le travail des migrants par la force et la coercition. Le recrutement se fait par l’intermédiaire de jobbers qui vont dans des villages javanais promettre fortune aux miséreux. Il s’installe de réelles relations de patronage et de soumission entre les coolies et le jobber qui exploite leur vulnérabilité, et joue un rôle d’intermédiaire avec les dirigeants des plantations.

8Bien que le travail forcé soit légalement aboli en 1911, ce régime reste prédominant dans les plantations jusqu’à la fin des années 1920. Les coolies refusant de se soumettre au travail reçoivent des sanctions (retenues de salaire, heures supplémentaires, corrections physiques ou emprisonnement). Ils vivent entassés dans des baraquements de bois insalubres, surveillés en permanence par des supérieurs hiérarchiques, et peuvent être mutés d’un jour à l’autre dans les diverses divisions des plantations. Une partie de leur salaire est versée en nature, c’est-à-dire en rations de riz. Pour l’approvisionnement d’autres denrées alimentaires, ils sont dépendants des épiceries des compagnies qui pratiquent des taux exorbitants. Les maladies légères sont soignées par les médecins de la compagnie, et les coolies gravement malades sont renvoyés dans leur village natal.

  • 9 Ibid., p. 29.

9Les planteurs contractualisent les coolies pour des durées de trois à cinq années. Cependant, nombreux sont ceux qui restent ensuite illégalement sur le territoire sumatranais. Progressivement, des villages se constituent dans les périphéries des plantations et leurs habitants y développent une agriculture vivrière. Ces villages constitueront plus tard des réservoirs de main-d’œuvre pour les planteurs cherchant à s’affranchir des recrutements par migration. En 1930, les coolies représentent 30 % de la population totale de l’Oostkust, soit environ un demi-million de personnes9.

Du travail forcé au travail libre

10Après cinquante ans de coercition, les planteurs, devant le constat des nombreuses failles des modalités de contrôle des coolies, orientent leur politique vers un système de “violence douce”, tel que le qualifie Ann Stoler. Les coûts importants de recrutement, les forts taux de mortalité et l’augmentation du nombre de villages illégaux implantés en périphérie de plantation sont les premiers indicateurs de la dégradation de la situation. Des assauts contre la hiérarchie sont reportés régulièrement. Entre 1925 et 1930, l’augmentation des révoltes et des attentats dirigés contre les représentants de l’autorité accélère la prise de conscience de la nécessité de changement. Dès les années 1930, menacés par les conséquences de la crise économique mondiale de 1929, les planteurs commencent à chercher des éléments de réponse aux révoltes par l’articulation entre travail et vie privée des ouvriers. Le travail libre s’institue progressivement, associé à un encadrement paternaliste plus prononcé.

  • 10 Jan Breman, Labour Migration and Rural Transformation in Colonial Asia, op. cit.

11La volonté de réduire les coûts de recrutement passe par la mise en œuvre effective de l’abolition du travail forcé et la fourniture de conditions de vie (logement et soins médicaux notamment), mais aussi par l’évolution des modalités du recrutement. Afin de court-circuiter les jobbers, les planteurs recrutent localement ou organisent des migrations en envoyant des coolies en fin de contrat chercher d’autres travailleurs potentiels dans leur village d’origine10.

  • 11 Ann Stoler, Capitalism and Confrontation in Sumatra's Plantation Belt, 1870-1979, op. cit., p. 44.

12La création d’un marché du travail libre confère une plus grande marge de manœuvre aux planteurs quant à la gestion des besoins en travail. Il leur est dorénavant possible d’avoir de la main-d’œuvre disponible dans des villages alentour et de la mobiliser en fonction de leurs nécessités. En 1940, près de 74 % des ouvriers sont recrutés localement11. Certains possèdent de petites parcelles de terre propres à l’agriculture vivrière, ce qui limite leur dépendance aux conditions de rémunération par une diversification des activités.

  • 12 Stéphanie Barral, “Le nouvel esprit du capitalisme agraire. Les formes de l’autonomie ouvrière dans (...)

13Les conflits sociaux et les mouvements paysans d’occupation illégale des terres ne s’amenuisent pas pour autant, ce qui affaiblit le capitalisme de plantation et limite l’expansion des plantations à la province de Sumatra Nord. Ensuite, l’arrivée au pouvoir d’un régime autoritaire, la mise en place d’une politique nationale de soutien des exportations et le développement d’un modèle de protection sociale légitimant le caractère paternaliste des firmes entraînent un renouveau du modèle de la grande plantation12. Depuis quarante ans, les surfaces de grandes plantations ont été multipliées par un facteur 10, couvrant aujourd’hui plus de quatre millions d’hectares sur l’ensemble du territoire indonésien. Les formes des migrations et les politiques de recrutement à l’œuvre y évoluent conjointement avec le développement de dynamiques de front pionnier.

Colonisations récentes et fixation spontanée des populations migrantes

  • 13 Lesley Potter, Justin Lee, "Tree planting in Indonesia: trends, impacts and directions", in CIFOR O (...)
  • 14 Douglas Sheil, Anne Casson, Erik Meijaard, Meine Van Noordwijk, Joanne Gaskell, Jacqui Sunderland-G (...)

14À partir des années 1970, le développement des plantations de palmier à huile se déroule progressivement sur le territoire indonésien. Pendant la première décennie, les surfaces mises en valeur sont exploitées principalement par des plantations étatiques. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que les compagnies privées deviennent l’acteur principal du capitalisme de plantation. L’île de Sumatra est la première cible de cette expansion. Ensuite, c’est à Kalimantan, la partie indonésienne de l’île de Bornéo, que sont développées plusieurs centaines de milliers d’hectares de nouvelles plantations13. Depuis les années 2000, ce mouvement d’expansion se poursuit sur ces deux îles, et s’étend aussi à l’Irian Jaya (partie indonésienne de la Papouasie) et aux îles plus petites des archipels des Moluques ou des Célèbes14.

15Les ouvriers recrutés sur ces nouveaux fronts de colonisation sont principalement des migrants. Contractualisés pour une période de cinq ans, ces jeunes hommes arrivent généralement en famille et s’installent dans les maisons de plantation fournies par la compagnie. La grande majorité des migrants sont javanais, mais les dirigeants des compagnies de plantation de Kalimantan recrutent aussi des ouvriers venus d’îles plus proches telles que les Célèbes, ou issus de milieux ruraux très pauvres dans les îles orientales de l’archipel.

16En Indonésie, les migrations pour le travail, qu’elles soient temporaires ou définitives, sont très fréquentes. Ces dynamiques spontanées, conséquences des inégalités territoriales indonésiennes et des phénomènes de surpopulation et de pauvreté rurales à Java, sont un des facteurs principaux de l’avancée des fronts de colonisation agricole sur la forêt. La dynamique de front pionnier est corrélée à des arrivées massives de migrants venus chercher du travail ou des terres, disponibles et faciles d’accès dans ces régions où les services de l’État sont encore absents. Dans le cas des grandes plantations, des migrations organisées et des migrations spontanées sont moteurs du peuplement.

17À la manière des planteurs de l’époque coloniale, les dirigeants des compagnies s’appuient sur les réseaux sociaux des ouvriers et les liens que ces derniers entretiennent avec leur village d’origine pour organiser le recrutement :

“Avant, au début, j’étais au village. Mon village c’est le village de Binjai Baru, à Sumatra Nord. Je suis venu ici [merantau] à peu près en 1995. Il y avait déjà mes parents ici. Et la première fois que j’ai rencontré un staff d’ici, en fait la vérité c’est que cette compagnie avait besoin de main d’œuvre. J’ai connu celui qui s’appelle Pak Sakio, l’assistant de l’estate de M. Il me demande : 'D’où venez-vous ?' ; 'Je viens du village, je suis venu ici parce que ce que je cherche du travail', je lui réponds. 'Là-bas dans votre village vous connaissez beaucoup de monde ?' ; 'Oui, quand même, il me semble que je peux connaître beaucoup de monde parce que quand même c’est mon village' ; 'Est-ce que vous pouvez aller chercher de la main-d’œuvre ?' ; 'Si Dieu veut je pourrais entreprendre cela. […] C’est comme ça que j’ai ramené six personnes'.” (Entretien avec un contremaître de plantation de Sumatra, arrivé en 1995 pendant la mise en place de la plantation).

18Ce mode de recrutement est cependant lent et coûteux, et les dirigeants organisent aussi des migrations d’une plus grande ampleur. L’île de Java est la cible préférentielle. Le mode de recrutement historique mis en place dès les années 1870 est toujours à l’œuvre, sans que cela n’entraîne les conflits sociaux qui ont caractérisé les cent premières années de développement des plantations. Un ouvrier ayant été recruté par ce canal explique :

“Quand on est arrivé ici, des gens qui étaient arrivés avant, il n’y en avait pas beaucoup. En fait, je suis arrivé avec un groupe de onze bus qui arrivaient tous depuis Jogja [Java]. Ensuite, il y en a d’autres qui nous ont rejoints, en juillet, puis encore d’autres en novembre, puis encore en décembre. Tous contractualisés à Java. À côté de ça, ils ont aussi fait venir de la main-d’œuvre locale. […] Il y en avait qui arrivaient par leurs propres moyens ; il y en avait certains, parce qu’on manquait de monde ici, que nos frères proposaient d’aller chercher dans leurs villages.” (Entretien avec un ouvrier arrivé en janvier 1989 dans une plantation de Sumatra).

19Le statut de salarié représente un réel changement dans la vie des familles ouvrières, qui passent d’un mode de vie reposant sur un futur incertain, à la possibilité d’anticiper l’avenir. L’exemple de cet ouvrier récemment embauché est tout à fait parlant à ce sujet :

  • 15 Il parle du système des retraites par cotisation au Jamsostek qui fonctionne à la manière d’un fond (...)

“Je travaille ici depuis … depuis deux ans. Ça ne fait pas longtemps. […] Avant je travaillais à l’extérieur. Je faisais des petits boulots. J’ai travaillé pendant quatre ans dans la plantation de Mr Prapto. Je travaillais et habitais là-bas. Et puis il y a eu des possibilités de rentrer ici et je suis rentré, c’est tout. Dans l’endroit où je travaillais avant, la production commençait à diminuer. Et puis de toute façon quand on travaille pour quelqu’un on n’a pas de futur. Alors que dans cette plantation on peut penser à notre avenir. Même si c’est pas non plus… en matière d’anticipation et bien… on a une retraite15. Alors que chez les particuliers, on n’a jamais vu ça. Quand on compte, on est vraiment mieux ici. Je veux dire… le riz, on nous le donne, y’a pas besoin d’y penser. On veut aller à l’hôpital, pas besoin d’y penser non plus. C’est ça qui est bien.” (Entretien avec un ouvrier de plantation de Sumatra).

20À leur arrivée, les migrants ont généralement pour objectif de capitaliser quelques années (le temps du contrat de cinq années) puis de rentrer dans leur village d’origine pour y investir les épargnes constituées. Le contexte foncier particulier des fronts pionniers vient bousculer les projets de la grande majorité d’entre eux.

Processus de déprolétarisation des migrants ouvriers

21Petit à petit les migrants renoncent au retour, se rendant compte qu’ils peuvent accéder à la propriété foncière et devenir exploitants agricoles. En effet, contrairement à ce qui est observé des années 1870 aux années 1960, les dirigeants laissent dorénavant la possibilité aux familles ouvrières d’entreprendre librement et de s’enrichir par des investissements personnels. L’épargne sur salaire permet d’accéder en quelques années à un ou deux hectares de terrain. La culture du palmier à huile, connue pour sa forte productivité de la terre, peut entraîner un enrichissement rapide des familles ouvrières. Il se crée alors dans les régions de front pionnier un marché de la terre et un marché du travail. Les dirigeants s’affranchissent alors des migrations et recrutent les ouvriers localement. Lors des premières années de mise en place d’une plantation, deux phénomènes se conjuguent pour expliquer le démarrage lent des échanges fonciers et de leur monétarisation.

22D’une part, à leur arrivée, les migrants ne pensent pas rester dans la région ; pour eux, le travail salarié a pour objectif l’épargne en vue d’un retour au village. Ce n’est que progressivement qu’ils défrichent des parcelles de forêt pendant leur temps libre, cultivent du palmier à huile, et projettent leur avenir localement.

23D’autre part, les habitants des forêts ont un rapport au foncier très différent des migrants et notamment des Javanais : alors que ces derniers développent une agriculture très intensive sur de petites parcelles, les locaux mettent en valeur la terre par une agriculture de brûlis, itinérante, et une gestion collective et coutumière du foncier. À l’arrivée d’une compagnie, ils n’ont pas conscience du fait que la terre peut avoir une valeur marchande. Les échanges fonciers se font dans un premier temps par du troc, et sont peu à peu remplacés par des échanges monétaires. C’est ce que met en évidence l’extrait de conversation suivant :

“Au début, les Sakai [population locale] ne pensaient pas que leur terre pouvait avoir un prix. Ils en avaient tellement… Alors on pouvait échanger deux hectares contre une radio. Et puis après contre une télé. J’ai même connu quelqu’un qui a échangé dix hectares contre une moto. Ils se sont bien fait avoir. Maintenant ils sont tous partis dans les montagnes. Et maintenant si on veut de la terre on l’échange avec de l’argent !” (Discussion informelle avec un employé de plantation à Sumatra).

24Les échanges fonciers timides se transforment progressivement en véritable ruée vers la terre. Au fur et à mesure que les terres sont défrichées et colonisées, le prix du foncier augmente. La colonisation foncière des terres périphériques aux grandes plantations entraîne donc plusieurs phénomènes : elle permet la fixation des travailleurs migrants, ce qui a aussi pour conséquence de structurer un marché local du travail. L’ascension sociale des ouvriers-entrepreneurs ainsi que le développement de l’agriculture paysanne qui en découle créent des besoins en main-d’œuvre dans les petites plantations individuelles, qui peuvent renforcer les migrations spontanées. Petit à petit, les grandes compagnies peuvent s’affranchir des migrations organisées.

Avancée d’un front pionnier et différentiels d’accumulation

25La mise en place d’une grande plantation stimule une dynamique de front pionnier qui est elle-même fondée sur la constitution d’un marché du travail et d’un marché de la terre. Ceci entraîne aussi la création d’inégalités d’accès aux moyens de production et donc l’apparition d’une différenciation sociale et économique au sein d’une population migrante initialement marquée par la pauvreté.

26Les variations de capital foncier entre ouvriers sont fonction de la durée de l’accumulation économique et foncière qui évolue positivement dans le temps. Si cela entraîne des dissemblances sociales, c’est parce que tous les ouvriers d’une même plantation ne sont pas recrutés en même temps. Avec l’augmentation progressive de la production et les départs de certains ouvriers, de nouvelles embauches ont lieu régulièrement. Les ouvriers plus anciennement présents dans une plantation ont donc pu accumuler pendant de plus nombreuses années, et ils possèdent un capital supérieur à celui des nouveaux arrivants. Il y a donc un gradient de répartition des propriétaires fonciers en fonction de la date d’embauche. Cet ouvrier arrivé pendant les premières années de production explique ce phénomène souvent évoqué spontanément lors des entretiens :

“Dans cette zone, il y a une partie des ouvriers qui ont de la terre, mais pas tous. Ici, à mon avis, c’est cinquante-cinquante. En fait, ceux qui sont là depuis longtemps, en général ils ont eu le temps d’épargner et d’acheter. Ceux qui sont arrivés récemment, il y a quelques années seulement, ils n’ont pas encore les moyens. C’est comme ça.” (Entretien avec un ouvrier de plantation à Sumatra).

27La capacité d’accumulation de chaque famille n’évolue cependant pas de manière strictement linéaire dans le temps. En effet, le prix du foncier augmente progressivement avec la colonisation agricole. Le nombre d’années d’épargne nécessaire à l’achat d’une parcelle croît donc en conséquence. Une famille arrivée pendant les premières années de mise en place ou de production d’une plantation peut accéder à du foncier en quelques mois. À l’inverse, après une vingtaine d’années de désenclavement et de défriche, plusieurs années d’épargne sont nécessaires pour acquérir une parcelle. Par exemple, les premiers arrivants d’une plantation étudiée dans la province de Riau (Sumatra) troquaient la terre, puis étaient capables d’acheter deux hectares après une ou deux années de travail. Il leur fallait ensuite encore quelques années d’épargne et de travail pour défricher et installer une plantation de palmier. À l’heure actuelle, la durée moyenne d’épargne pour acheter deux hectares y est d’une dizaine d’années.

28Dans les plantations se côtoient ainsi des ouvriers possédant une dizaine d’hectares et parfois même une voiture personnelle, et d’autres n’ayant encore pas d’autre source de revenu que leur salaire de récolteur. La similitude sociale caractérisant la phase initiale de constitution de la communauté ouvrière, lors des premiers temps de mise en place d’une plantation, fait progressivement place à une différenciation économique des revenus des familles et donc à une dissemblance économique prononcée.

29Ce processus a pour conséquence d’alimenter le marché du travail localement puisque la culture du palmier à huile, connue pour sa haute productivité de la terre, permet le recours à des travailleurs salariés : les ouvriers qui possèdent quatre hectares ou plus emploient généralement de la main-d’œuvre intérimaire pour récolter les régimes de leurs plantations. L’attractivité de la région en est augmentée et le marché du travail se structure localement autour des emplois d’ouvriers permanents dans les grandes plantations et des emplois temporaires chez les petits planteurs. Ainsi, les grandes compagnies peuvent s’affranchir de l’organisation de recrutements lointains. Alors que dans les premières années de désenclavement l’accès à la main-d’œuvre est problématique, il est facilité après une dizaine d’années de production.

Marché du foncier démarchandisé et migrations circulaires

30Les mécanismes de front pionnier ne s’opèrent pas de manière si simple partout. Le degré de marchandisation de la terre n’est pas le même dans toutes les régions : le rapport que les populations autochtones ont à la coutume peut entraîner une certaine démarchandisation. Dans le cas d’une plantation étudiée à Sumatra, le chef d’un groupe social situé au nord de la plantation refuse catégoriquement que des parcelles soient vendues à des migrants, alors que dans le sud de la plantation, les locaux, beaucoup plus pauvres, vendent facilement leur terrain. Dans une autre plantation à Kalimantan, l’enquête montre que la majorité des migrants interrogés possédant de la terre y ont eu accès en se mariant avec une personne du groupe social local. Ceci traduit une forme de démarchandisation de la terre, induite par une certaine résistance des communautés locales à échanger le foncier. Dans d’autres cas, les populations locales ont choisi la fuite dans des terres plus reculées.

  • 16 Jean-François Bissonnette, “Envisioning agribusiness: land, labour and value at a time of oil palm (...)

31L’accès au foncier est donc variable, ce qui signifie que le phénomène d’ascension sociale analysé ici évolue non seulement dans le temps, mais aussi qu’il ne présente pas la même intensité dans toutes les plantations. Ceci a des conséquences directes sur la structuration locale des marchés de la terre et du travail, qui déterminent eux-mêmes les politiques de recrutement et de migration mises en œuvre par les compagnies de plantation. En effet, les migrants ne pouvant avoir accès à la terre ne se fixent pas localement. Ils mettent en œuvre des stratégies d’épargne destinées à investir dans leurs villages d’origine. Les migrations sont alors de type circulaire : après quelques années de travail, les hommes venus seuls travailler, ou les familles entières qui ont fait le déplacement, retournent à leurs parcelles ou à leurs activités laissées dans les zones rurales qu’ils ont quittées. C’est le cas de la plantation enquêtée sur Kalimantan ; ce phénomène est aussi mis en évidence dans des études de villages de départ des migrations sur l’île de Lombok. Ces migrations circulaires sont cependant plus fréquentes dans les plantations malaisiennes où des migrants indonésiens partent chercher des salaires plus élevés que dans leur pays16.

Conclusion

32Alors qu’historiquement les migrations organisées de Java à Sumatra Nord ont été l’occasion de conflits sociaux forts, les recrutements d’ouvriers de plantation sont aujourd’hui caractérisés par une paix sociale notable. La non-effectivité des régulations publiques de la terre entraîne un mouvement de fixation des migrants par accession à la propriété foncière et donc une ascension sociale prononcée de ces populations. Ceci a pour conséquence l’affranchissement progressif par les compagnies de l’organisation de migrations depuis d’autres îles ou d’autres régions du pays.

33Cependant, un point noir se profile à l’horizon de cette configuration. En effet, l’analyse de la condition ouvrière des compagnies de Sumatra Nord, berceau historique des plantations en Indonésie, montre que les régions anciennement colonisées, où il ne reste plus de terres vierges à mettre en culture, connaissent des densités de population fortes et des taux d’inactivité et de chômage importants. Les phénomènes d’accumulation économique sont limités et les ouvriers de plantation ne connaissent pas les trajectoires d’ascension sociale observées dans les plantations récentes. Ces régions ne sont plus des bassins d’emploi et d’activité attractifs, bien au contraire : la saturation foncière et économique a entrainé un renversement de situation, et de nombreux sont les hommes à partir tenter leur chance dans d’autres régions du pays. Ces migrants ruraux alimentent notamment les besoins en main-d’œuvre des plantations récentes mises en place dans le reste du pays. Les dynamiques actuelles peuvent donc cacher des phénomènes d’appauvrissement futurs tels qu’observés à Sumatra Nord, conséquence de la consommation de la ressource forestière. Si les dirigeants des plantations ont pu s’affranchir des migrations, ils pourront aussi faire face à de nouvelles problématiques sociales liées aux difficultés économiques régionales.

Haut de page

Notes

1 L’Indonésie est connue pour ses programmes de transmigration, ou migrations organisées par le gouvernement colonial puis l’Etat indonésien à partir de 1945, pour développer l’agriculture dans les îles extérieures de l’archipel, augmenter la production rizicole, et lutter contre la pauvreté et les fortes densités rurales de Java et de Bali (voir à ce sujet les travaux de Patrice Levang). Si les programmes de transmigration ont parfois été au service des organisations capitalistes que sont les plantations, il ne s’agit que d’un processus minoritaire à ne pas confondre avec celui présenté ici. Les compagnies de plantation organisent majoritairement leur recrutement indépendamment de ces programmes publics.

2 Peter Baak, “The conference on capitalist plantations in colonial Asia, a report”, Conference on Capitalist Plantations in Colonial Asia, Amsterdam, 1990 ; Philipp Curtin, The Rise And Fall of the Plantation Complex. Essays in Atlantic History, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

3 Jan Breman, Labour Migration and Rural Transformation in Colonial Asia, Amsterdam, Free University Press, 1990.

4 Le terme de “front pionnier” désigne le processus de colonisation agricole caractéristique des régions forestières de la zone intertropicale, où une arrivée progressive de populations migrantes défriche et met en valeur progressivement les terres disponibles. Voir à ce sujet François Ruf, Booms et crises du cacao, les vertiges de l'or brun, Paris, ministère de la Coopération, Cirad-Sar et Karthala, 1995.

5 Sartono Kartodirdjo, Djoko Suryo, Sejarah perkebunan di Indonesia, Kajian sosial-ekonomi. Yogyakarta, Penerbit Aditya Media, 1991, p. 80.

6 Daniel Perret, "De la forêt primaire aux plantations coloniales : les deux ruptures politiques et socio-économiques de la côte Est de Sumatra", in Bulletin de l'École française d'Extrème Orient, vol. 81, 1994, p. 1.

7 Terme péjoratif désignant au XIXe siècle les travailleurs agricoles d’origine asiatique.

8 Ann Stoler, Capitalism and Confrontation in Sumatra's Plantation Belt, 1870-1979, New Haven and London, Yale University Press, 1985, p. 9.

9 Ibid., p. 29.

10 Jan Breman, Labour Migration and Rural Transformation in Colonial Asia, op. cit.

11 Ann Stoler, Capitalism and Confrontation in Sumatra's Plantation Belt, 1870-1979, op. cit., p. 44.

12 Stéphanie Barral, “Le nouvel esprit du capitalisme agraire. Les formes de l’autonomie ouvrière dans les plantations de palmier à huile en Indonésie”, thèse de doctorat. Paris, EHESS, 2012.

13 Lesley Potter, Justin Lee, "Tree planting in Indonesia: trends, impacts and directions", in CIFOR Occasional paper, vol. 18, 1998.

14 Douglas Sheil, Anne Casson, Erik Meijaard, Meine Van Noordwijk, Joanne Gaskell, Jacqui Sunderland-Groves, Karrah Wertz, Markku Kanninen, “The impacts and opportunities of oil palm in Southeast Asia, What do we know and what do we need to know ?”, in Occasional Paper, n° 51, Bogor, CIFOR, 2009.

15 Il parle du système des retraites par cotisation au Jamsostek qui fonctionne à la manière d’un fonds de pension.

16 Jean-François Bissonnette, “Envisioning agribusiness: land, labour and value at a time of oil palm expansion in Indonesia”, Graduate Department of Geography, Toronto, University of Toronto, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Barral, « Capitalisme agraire et migrations organisées », Hommes et migrations, 1301 | 2013, 129-117.

Référence électronique

Stéphanie Barral, « Capitalisme agraire et migrations organisées », Hommes et migrations [En ligne], 1301 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/1926 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.1926

Haut de page

Auteur

Stéphanie Barral

Docteure en sociologie, chercheure associée CMH-CNRS/EHESS/ENS CIRAD-UMR ART-Dev

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org