Navigation – Plan du site
Dossier

Les travailleur(se)s domestiques migrant(e)s en Asie 

Ruri Ito
p. 33-39

Résumé

En Asie du Sud-Est, de plus en plus de femmes migrent pour occuper des emplois domestiques. L’internationalisation des métiers du care et de la reproduction d’une division sexuée du travail explique le développement de cette migration féminine, notamment à Hong Kong et à Singapour. Au Japon, le poids des discriminations de genre tend plutôt à valoriser le modèle de la femme au foyer. Les métiers domestiques souffrent dans ce pays d’un vide juridique, malgré l’adoption récente d’une convention par l'Organisation internationale du travail.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est une version entièrement modifiée et étendue de l’article publié originellement sous le titre “Ajia ni okeru saiseisan rôdô no kokusai bungyô to ijû kaji rôdôsha no kenri hoshô” (“La division internationale du travail reproductif et la garantie des droits des travailleurs domestiques en Asie”), in Migrants Network (organe d’Ijuren, un réseau de solidarité avec les migrants au Japon), n° 152, août-septembre 2012, pp. 3-5. Le texte se base en partie sur les enquêtes effectuées dans le cadre d’une recherche collective par le groupe “Image (International Migration and Gender)” avec l’aide financière de la Société japonaise pour la promotion des sciences (JSPS) pour les années 2005-2008 (Projet sur “La mondialisation de la sphère reproductive et la reconfiguration du genre en Asie”, Fonds de Kakenhi, Recherche scientifique A. n° 17201051. Chercheuse principale : Ruri Ito). L’auteure remercie Frédéric Roustan, Chikako Mori et Hélène Le Bail pour leur expertise et l’aide apportée au cours de la traduction de cet article.

Texte intégral

Comprendre la position “périphérique” du Japon dans la division internationale du travail reproductif 

1Faire le ménage, la lessive, la cuisine, les courses, s'occuper des enfants, les accompagner à l'école, ou bien prendre en charge les personnes dépendantes, tout cela fait partie des obligations de notre vie quotidienne. La répétition quotidienne de ces tâches (désignées ci-dessous par “travail reproductif”) est dans de nombreuses sociétés assumée par les femmes au nom de leur rôle d’épouse, de mère, de grand-mère, de belle-fille ou de fille au sein de la famille. L'expression “division internationale du travail reproductif” (DITR) désigne le phénomène par lequel des migrants, essentiellement des femmes, passent les frontières pour travailler dans l'espace privé qu'est le “foyer” et pour accomplir les tâches domestiques que nous venons d'évoquer.

2Depuis le milieu des années 1970, du fait de la croissance rapide des “économies nouvellement industrialisées (NIEs)” telles que Singapour et Hong Kong ou les pays du Golfe qui s'enrichissaient grâce à la flambée des prix du pétrole brut, “le marché des travailleurs domestiques” a subitement pris de l’importance dans cette partie du monde, marquant le début d’un phénomène qu’on nommera la “féminisation de la migration internationale”.

  • 1 Voir l’encadré sur les mariages mixtes dans ce même numéro d’Hommes & Migrations (note des coordina (...)

3Curieusement, ce phénomène n’a pas pris la même forme au Japon. Il s’est traduit essentiellement par l’arrivée massive de femmes d’Asie du Sud-Est dans l’industrie de la vie nocturne (entertainment) – couplée avec l’augmentation des mariages entre ces femmes et les hommes japonais1 –, et non par le développement du travail reproductif. Sur ce plan, le Japon a occupé et continue à occuper une position périphérique.

  • 2 En français, le terme “travailleur(se)s domestiques” pourrait être interprété avec une connotation (...)

4“Périphérique” dans deux sens. D’abord, pour le gouvernement japonais, l’introduction de travailleurs migrants reste l’option à éviter pour maintenir l’“harmonie sociale”, encore plus s’il s’agit de femmes, donc si cela concerne l’ordre du genre, infrastructure du nationalisme. Ensuite, vu du côté des travailleur(se)s domestiques migrant(e)s2, le Japon comme pays de destination est une option relativement moins attrayante que d’autres possibilités telles que le Canada, les États-Unis, Hong Kong ou Singapour, ne serait-ce que du point de vue de la langue.

5Il s’agit donc de suivre le développement du travail reproductif en Asie, en l’occurrence à Hong Kong et à Singapour, d’observer, d’une part, ses particularités sur le plan de la politique d’État et, d’autre part, d’éclairer la particularité du cas japonais par rapport aux autres pays d’Asie.

Le renforcement du travail reproductif des classes moyennes

6C’est en 1995, lors de la préparation de la 4e Conférence mondiale des femmes à Beijing, que diverses ONG ont commencé à tirer la sonnette d’alarme sur l’apparition de nouvelles formes d’esclavage avec l’émergence du marché international du travail domestique, déplaçant massivement des femmes pauvres de divers pays d'Asie. Selon ces ONG, en 1994, le nombre de migrantes exerçant l'activité de travailleur domestique en Asie se situait entre 1 et 1,7 million de personnes3. Ce phénomène n'a depuis cessé de s'accélérer. Actuellement, il est avéré que, pour le seul cas de l'Indonésie, environ 6 millions de femmes sont parties vers 42 pays4. Quant aux Philippines, pour la seule année 2011, plus de 140 000 personnes ont été officiellement embauchées à l’étranger dans le secteur du travail domestique5.

  • 6 Brenda S. A. Yeoh and Shirlena Huang, “Negotiating public space : strategies and styles of migrant (...)

7Des études sur le cas singapourien révèlent qu’avant même cette “féminisation de la migration internationale”, il existait déjà un régime colonial du transfert du travail reproductif. C’est le cas des femmes originaires du sud de la Chine, appelées “amahs”, et dont la migration vers la ville de Singapour date du début du XXe siècle. Traditionnellement, c’étaient les Cantonaises qui accomplissaient le travail reproductif pour les familles aisées – souvent européennes – dans la péninsule malaise6. Cependant, le vieillissement des amahs ainsi que l’essor du besoin de main-d’œuvre féminine dans les usines, moteur de l’industrialisation orientée vers l’exportation des années 1960, ont conduit à l’épuisement graduel de ce bassin de main-d’œuvre domestique.

8Vu le manque de services sociaux publics tels que la garde d’enfants, le gouvernement singapourien recrute en 1974 des travailleur(se)s domestiques migrants venu(e)s des Philippines et, ultérieurement, du Sri Lanka ou d’Indonésie, afin de pallier la pénurie de main-d’œuvre dans le travail reproductif et, surtout, de permettre aux femmes/mères locales diplômées de travailler. Sans entrer dans le détail, on peut dire que ce contexte historique s’applique globalement aussi à Hong Kong, un autre employeur majeur de travailleurs domestiques migrants.

9Les gouvernements de Hong Kong et Singapour ont défini de façon rigoureuse les conditions dans lesquelles les migrantes pouvaient être embauchées. Ces gouvernements limitent le droit d’embaucher des travailleurs domestiques migrants aux couches aisées. Des règles ont été définies pour l’emploi d’un(e) travailleur(se) domestique migrant(e), telles que le revenu minimum, un espace minimal pour pouvoir le loger chez soi, l’obligation de payer une taxe et les frais de retour du travailleur domestique migrant, etc. Comme l’ont analysé Vivienne Wee et Amy Sim pour le cas de Hong Kong, cette politique est marquée par une dimension de classe7. Le nombre de travailleurs domestiques migrants a augmenté de façon constante depuis, pour atteindre à Hong Kong à peu près 300 000 aujourd’hui8. Cette politique reflète la volonté du gouvernement de renforcer l’infrastructure du travail reproductif des classes moyennes, afin de permettre aux femmes/mères diplômées de contribuer à restructurer l’économie des années 1980-1990 et à augmenter sa compétitivité internationale.

De l’encadrement des migrants à l’industrie de la migration

  • 9 “Hong Kong Court denies residency to domestics”, in New York Times, 25 mars 2013. Les autres salari (...)

10Le séjour des travailleurs domestiques migrants est strictement limité dans le temps et les contrats d'embauche renouvelés tous les deux ou trois ans. Ces femmes n’ont pas la possibilité de faire venir des membres de leur famille. La possibilité de changer d'employeur en cours de contrat et de rester dans le pays après la fin d’un contrat est considérablement limitée. La nature extrêmement stricte de ces règlementations s’est vue confirmée dans la décision récente de la Cour suprême de Hong Kong, qui a refusé à une employée de maison de nationalité philippine le droit de résidence permanente, bien qu’elle ait travaillé et vécu dans cette ville pendant presque vingt-sept ans9.

  • 10 Thomas Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, O (...)

11Les pays qui envoient les migrants contrôlent également les migrations, comme l’illustre l'exemple de l’Agence des Philippines pour l’emploi outre-mer. La multiplication des politiques concernant les travailleurs domestiques migrants a conduit à l’émergence d’une gigantesque industrie de l’émigration, composée d’agents de recrutement, de formation, de placement, de voyage, d’envoi d’argent, etc., liant les sociétés “importatrices” et “exportatrices”. Quelquefois, ces agences sont dirigées par d’anciennes travailleuses domestiques migrantes elles-mêmes, dont la trajectoire dépasse souvent la région d’Asie, ce qui leur permet de devenir de véritables entrepreneuses dans ce nouvel “espace social transnational10”constitué par le travail reproductif.

La position “périphérique” du cas japonais 

  • 11 Kazuko Koizumi (dir.), Jochû ga ita Shôwa (Les Bonnes de l’ère Shôwa), Kawade shobô shinsha, 2012.

12La situation du Japon est-elle différente par rapport à celle de Hong Kong ou de Singapour ? Dans ce pays, la révolution industrielle mobilisant la main-d’œuvre féminine, surtout des jeunes femmes, s’est produite au début du XXe siècle, bien plus tôt qu’à Singapour ou à Hong Kong. Le Japon est une économie “anciennement” industrialisée. Être employée de maison ou ouvrière d’usine, tel était le choix proposé aux jeunes femmes dans la période d’avant-guerre. En 1936, ont comptait 937000 travailleuses domestiques. Après-guerre, avec la diminution de la taille des ménages et la diversification des emplois pour les jeunes femmes, le nombre des travailleuses domestiques, après avoir atteint 300 000 en 1955, commence à diminuer dans les années 1960 et ne compte plus que 50 000 personnes en 1975, soit une diminution de plus de 80 % en l’espace de vingt ans, avant d’atteindre environ 28 000 en 200011.

13Ce tarissement de la main-d’œuvre domestique n’a pas été compensé par l’arrivée des femmes migrantes. Tout d’abord, avec le Plan fondamental de la politique du travail de 1967, le gouvernement japonais annonce formellement la fermeture du marché du travail aux étrangers, à l’exception des métiers qualifiés de non remplaçables par les Japonais.

  • 12 Ce slogan fut couplé avec son versant masculin, “fukoku kyôhei (pays riche, armée forte)”. Shizuko (...)
  • 13 Mari Osawa, Kigyô-chûshin shakai wo koete : Gendai Nihon shakai wo “gendâ” de yomu (Au-delà de la s (...)
  • 14 Mary Brinton, Women and the Economic Miracle : Gender and Work in Postwar Japan, University of Cali (...)
  • 15 Cette image d’une société égalitaire s’est répandue avec la publication du rapport de l’OCDE de 197 (...)

14Au lieu de faire le choix du recours à la main-d’œuvre étrangère, c’est le renforcement de la division sexuée du travail fondée sur le modèle “l'homme au travail / la femme au foyer” – une nouvelle version de l’idéologie “ryôsai kenbo (bonne épouse, mère sage)12” inventée au moment de la modernisation de l’ère de Meiji –, qui s’installe et se traduit dans les pratiques de l’emploi. Les entreprises n’embauchent les femmes que jusqu’à ce qu’elles se marient ou les obligent à quitter leur emploi à la naissance de leur premier enfant et n’acceptent pas leur réintégration une fois que les enfants ont grandi. Ces pratiques étaient si répandues dans la société nommée “kigyô-chûshin shakai (société centrée sur les entreprises)13” qu’elles étaient difficiles à contrer, tant elles étaient considérées comme faisant partie du “bon sens”. Elles étaient justifiées par la croissance économique spectaculaire d’une part14 et, d’autre part, par le nivellement du niveau de vie (“le Japon, une vaste classe moyenne”), produisant l’image d’une société faussement “égalitaire15”.

  • 16 Eiko Shinotsuka, Ai Yokomura, “Kôreika Jidai no Joshi Rôdô : Tsukisoifu no rekishiteki hensen to ge (...)

15À partir des années 1960, non seulement les travailleuses domestiques sont moins nombreuses, mais ce métier devient essentiellement celui des femmes d’un âge moyen et avancé. Les travailleuses domestiques n’acceptaient plus d’être logées chez l’employeur. Ce sont les agences mandataires et prestataires – à peu près 1 200 agences en 199016–, qui font le lien entre les employeurs particuliers et les travailleuses domestiques dont le nombre ne cesse de diminuer.

Le primat de la division sexuée des tâches

  • 17 Pour une discussion plus détaillée sur la politique d’État, voir Tomoko Nakamatsu, op. cit.
  • 18 “Nenkinhokenryō zero no tsuma, otto ga kō shūnyū hodo ōku yūshikisha chōsa” (“Épouse à cotisation r (...)

16La politique d’immigration du gouvernement japonais est donc diamétralement opposée à celle de Singapour ou de Hong Kong. Sur le genre, sa politique est contradictoire. Alors que le Japon mettait en œuvre une série de réformes pour ratifier la Convention pour l’élimination de toutes formes de discriminations contre les femmes (ratifiée en 1985), il a introduit au même moment deux mesures qui favorisent le modèle de la “femme au foyer” : l’une portant sur les pensions de retraite (1986), l’autre sur l’exonération d'impôt sur le revenu des époux (1987). La première mesure a créé une catégorie de personnes (catégorie 3) qui ne cotisent pas pour l’assurance retraite, mais sont couvertes par les cotisations de leur conjoint. La seconde mesure favorise les couples à double revenu, à condition que le revenu de l’un(e) – souvent celui de la femme – reste inférieur à un seuil fixe (à peu près 1 million de yens par an) en l’exonérant d’impôt17. En plus de maintenir le modèle dominant de la division sexuée du travail, ces deux mesures favorisent les milieux aisés, qui peuvent se permettre de vivre sur un seul revenu18. Alors qu’à Singapour ou à Hong Kong ces mesures privilégiant les couches aisées sont mises en œuvre dans le but de mobiliser les femmes/mères diplômées sur le marché du travail, au Japon elles ont l’effet inverse. En ce qui concerne l’emploi des travailleurs domestiques migrants, le gouvernement japonais ne l’autorise que pour les foyers d'étrangers (foyers à hauts revenus du monde des affaires et de la diplomatie, entre autres). Le nombre d’employés étrangers à domicile qui travaillent chez des résidents étrangers est estimé à environ 3 000 (leur statut de résidence est celui d’“activité spécifique”), ce qui, en comparaison des 300 000 travailleurs domestiques présents à Hong Kong et des 209 000 à Singapour, est très peu.

17À la suite des récentes discussions pour encourager la venue au Japon d’“étrangers hautement qualifiés”, le gouvernement a autorisé, à partir de mai 2012, cette nouvelle catégorie d’étrangers à être accompagnés de leur “employé de maison (kaji shiyônin)”. Mais, fondamentalement, cette mesure ne change rien, car les Japonais n’ont toujours pas la possibilité d’embaucher des travailleurs domestiques migrants.

  • 19 Ruri Ito, “Immigration et travail de care dans une société vieillissante : le cas du Japon”, in Jul (...)
  • 20 Elles sont embauchées par différents types d’agences pour travailler soit dans des établissements d (...)
  • 21 Sachi Takahata, “Zainichi Firipinjin kaigosha, hito ashi saki yattekita ‘Gaikokujin kaigo rōdōsha’” (...)

18Un des rares changements est l’introduction de l’assurance des soins de longue durée en 200019. Sous la pression du vieillissement accéléré de la population, cette assurance a externalisé le “care” pour les personnes âgées dépendantes, jusque-là fourni dans le cadre de la famille. Elle a créé une nouvelle catégorie de métier, les “home helpers (“aides à domicile”). Ces home helpers, pour la plupart des femmes, sont estimés à 327 000 en 2005 (fig. 1)20. Il faut remarquer que pour les femmes migrantes qui se sont installées au Japon après s’être mariées, ce métier est à présent une des rares options d’emploi qui leur permette de s’intégrer dans le marché du travail21.

La Convention des travailleurs domestiques de l’OIT

  • 22 La Convention n° 189 est assortie de la Recommandation n° 201. Pour le texte de la Convention n° 18 (...)

19Après avoir comparé les différentes modalités de mobilisation de la main-d’œuvre féminine par l’État et leurs conséquences sur le plan du travail reproductif, revenons sur la signification de l’adoption de la Convention sur le travail décent des travailleurs et travailleuses domestiques (Convention n° 189) en juin 2011 par l'Organisation internationale du travail22.

20Cette convention définit le travail domestique comme “le travail effectué au sein de ou pour un ou plusieurs ménages” (art.1), définition qui dépasse le sens étroit donné à “travaux ménagers” en incluant tous les pans du travail reproductif tels les soins aux personnes dépendantes ou aux enfants en bas âge. Ainsi, la catégorie des home helpers japonais peut y être incluse. Ce qui est le plus important, c’est que la Convention prône la reconnaissance des travailleurs domestiques comme des “travailleurs” à part entière, c’est-à-dire garantit leur liberté d'association et de négociation collective, clarifie le contenu des contrats et des conventions de travail dans lesquels doivent être précisés le nombre d’heures de travail, les congés hebdomadaires, les congés payés, etc. En outre, la Convention déclare que ces points s'appliquent également aux travailleurs domestiques migrants (art. 8 et 15).

  • 23 Voir International Labour Organization (ILO), Domestic Workers across the World : Global and Region (...)

21Comme le montre le tableau 1, à l'exception de Hong Kong, nombreux sont les pays d'Asie où les travailleurs domestiques ne bénéficient pas du droit du travail national. Beaucoup de ces pays ne reconnaissent pas les droits élémentaires tels que le droit à un jour de congé par semaine, les heures de repos, les congés payés, le salaire minimal ou le congé maternité23. L’adoption de la Convention n° 189 établit un standard dont l’effet peut se voir déjà dans l’instauration d’un jour de congé hebdomadaire par le gouvernement de Singapour en janvier 2013. D’autres réformes sont en cours, aux Philippines, par exemple.

  • 24 Ce n’est pas le cas lorsque la personne est employée par l’agence prestataire ou par les établissem (...)
  • 25 Hiromi Sakai, Ai Tamaki, “Senryô gun katei no meido” (“Le personnel domestique des forces d'occupat (...)

22En ce qui concerne le Japon, les “employés de maison” sont exclus du code du travail promulgué et appliqué en 194724. Ils ne bénéficient pas de l'application de la loi sur l'assurance chômage, ni de celle sur l'assurance couvrant les accidents du travail. Selon Hiromi Sakai et Ai Tamaki, cette exclusion était basée sur l'hypothèse que chaque ménage employant des “employés de maison” faisait preuve de prévenance à leur égard et que les employés bénéficiaient des “bonnes grâces” de leurs employeurs25. Mais plus de soixante ans sont passés depuis. Aujourd’hui, il existe donc la catégorie home helpers, avec une certaine dimension professionnelle réglementée par la loi sur l’assurance des soins de longue durée. Or, paradoxalement, c’est la catégorie “employés de maison” qui sera appliquée aux travailleurs domestiques migrants accompagnant les “étrangers hautement qualifiés”.

23L’adoption de la Convention n° 189 a été rendue possible grâce aux actions collectives menées par des réseaux transnationaux de travailleur(se)s domestiques, tels que l’International Domestic Workers’ Network. À l’image des travailleurs domestiques migrants, les revendications des mouvements des travailleur(se)s domestiques ont traversé les frontières pour négocier un standard international. Quant au Japon, sa position apparemment “périphérique” dans la division internationale du travail reproductif ne peut qu’être illusoire, car beaucoup de Japonais en réalité emploient des travailleur(se)s domestiques à l’étranger. La vie quotidienne de ces employés et de leur famille dépend du travail reproductif réalisé pour des employeurs japonais dans des pays en voie de développement. C’est ainsi que, contrairement à ce que les dirigeants japonais préconisent, le Japon n’est pas extérieur à la division internationale du travail reproductif.

Figure 1 : Évolution des personnels des services pour le soutien à la vie familiale au Japon (1975-2005)

Figure 1 : Évolution des personnels des services pour le soutien à la vie familiale au Japon (1975-2005)

Sources : Recensement 1975 -2005, ministère des Affaires intérieures et de la Communication.

Tableau 1 : Situation des travailleurs domestiques au regard des lois nationales des divers pays d'Asie

Tableau 1 : Situation des travailleurs domestiques au regard des lois nationales des divers pays d'Asie

Sources : “National laws and trade union barriers to collective representation”, in APWLD, The Right to Unite : A Handbook for Domestic Worker Rights Across Asia, Changmai, 2010, p. 21. [http://www.apwld.org/​pdf/​Advance%20 Domestic %20Workers %20Rights %2065-85.pdf]

Haut de page

Notes

1 Voir l’encadré sur les mariages mixtes dans ce même numéro d’Hommes & Migrations (note des coordinateurs).

2 En français, le terme “travailleur(se)s domestiques” pourrait être interprété avec une connotation négative, pour des raisons historiques. Nous avons opté ici pour cette expression afin de nous conformer à la version française de la “Convention sur le travail décent des travailleurs et travailleuses domestiques” du Bureau international du travail, dont nous discuterons plus loin.

3 Noeleen Heyzer, et al., The Trade in Domestic Workers : Causes, Mechanisms and Consequences of International Migration, Kuala Lumpur, Asian and Pacific Development Centre, 1995, p. 40.

4 http://www.idwn.info/news/domestic-workers- around-world-support-jalaprt-indonesia [Date de consultation : le 20 juin 2012]

5 Philippine Overseas Employment Administration (POEA), 2007-2011. http://www.poea.gov.ph/stats/2011Stats.pdf [Date de consultation : le 2 mai 2013]

6 Brenda S. A. Yeoh and Shirlena Huang, “Negotiating public space : strategies and styles of migrant female domestic workers in Singapore”, in Urban Studies, vol. 35, n° 3, 1998, pp. 583-602. Pour un recueil de mémoires sur les “amahs”, voir également, K. Gaw, Superior Servants : The Legendary Cantonese Amah of the Far East, Singapore, Oxford University Press, 1988.

7 Vivienne Wee, Amy Sim, “Hong Kong as a destination for migrant domestic workers”, in Shirlena Huang, Brenda S. A. Yeoh, Noor Abdul Rahman (dir.), Asian Women as Transnational Domestic Workers, Singapore, Marshall Cavendish Academic, 2005, pp. 175-209.

8 Pour les détails de la règlementation, voir les sites suivants : http://www.immd.gov.hk/en/faq/foreign-domestic-helpers.html pour Hong Kong et http://www.mom.gov.sg/foreign-manpower/passes-visas/work-permit-fdw/before-you-apply/Pages/default.aspx pour Singapour, par exemple.

9 “Hong Kong Court denies residency to domestics”, in New York Times, 25 mars 2013. Les autres salariés ont accès à ce droit après sept ans de travail.

10 Thomas Faist, The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces, Oxford, Oxford University Press, 2000.

11 Kazuko Koizumi (dir.), Jochû ga ita Shôwa (Les Bonnes de l’ère Shôwa), Kawade shobô shinsha, 2012.

12 Ce slogan fut couplé avec son versant masculin, “fukoku kyôhei (pays riche, armée forte)”. Shizuko Koyama, Ryôsai Kenbo to iu kihan (La Norme de bonne épouse, mère sage), Keisô shobô, 1991. Tomoko Nakamatsu, “Unpaid domestic work : gender, State policy and the labour market in Japan”, in Shirlena Huang, Brenda S. A. Yeoh, Noor Abdul Rahman (dir.), art. cit., pp. 364-379.

13 Mari Osawa, Kigyô-chûshin shakai wo koete : Gendai Nihon shakai wo “gendâ” de yomu (Au-delà de la société centrée sur les entreprises : Lire la société japonaise avec le concept du genre), Jiji Tsushin, 1993.

14 Mary Brinton, Women and the Economic Miracle : Gender and Work in Postwar Japan, University of California Press, 1994.

15 Cette image d’une société égalitaire s’est répandue avec la publication du rapport de l’OCDE de 1976. Malcolm C. Sawyer, “Income distribution in OECD countries”, OECD Economic Outlook, Occasional Studies, Paris, OECD, 1976.

16 Eiko Shinotsuka, Ai Yokomura, “Kôreika Jidai no Joshi Rôdô : Tsukisoifu no rekishiteki hensen to genjyô” (“Le travail féminin à l’ère du vieillissement de la population : l’évolution historique et la situation actuelle des ‘femmes d’accompagnement’”), in Shakai Hoshô Kenkyû, vol. 26, n° 3, 1990, p. 271.

17 Pour une discussion plus détaillée sur la politique d’État, voir Tomoko Nakamatsu, op. cit.

18 “Nenkinhokenryō zero no tsuma, otto ga kō shūnyū hodo ōku yūshikisha chōsa” (“Épouse à cotisation retraite zéro, mari à revenu très élevé, enquête d'expert”), in Asahi Shinbun (quotidien), 4 février 2012. Les résultats de l'enquête montrent que “73 % des épouses dont le mari gagne plus de 9 millions de yens ont un contrat d'assurance retraite de catégorie 3 [personnes qui ne cotisent pas directement mais sont couvertes par les cotisations de leur conjoint], la proportion est seulement de 32 % des épouses si le mari gagne moins de 3 millions de yens par an.

19 Ruri Ito, “Immigration et travail de care dans une société vieillissante : le cas du Japon”, in Jules Falquet, et al. (dir.), Le Sexe de la mondialisation : Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 137-150.

20 Elles sont embauchées par différents types d’agences pour travailler soit dans des établissements de soins de longue durée, soit dans les centres d’accueil de jour, soit encore chez les particuliers. Dans le recensement, les home helpers sont dans la catégorie des personnels des services pour le soutien à la vie familiale.

21 Sachi Takahata, “Zainichi Firipinjin kaigosha, hito ashi saki yattekita ‘Gaikokujin kaigo rōdōsha’” (“Les soignants philippins au Japon, pionnier du statut de ‘travailleur soignant étranger’”), in Gendai shisō, vol. 37, n° 2, 2009.

22 La Convention n° 189 est assortie de la Recommandation n° 201. Pour le texte de la Convention n° 189, voir : http://www.ilo.org/ilolex/english/convdisp1.htm Pour le texte de la Recommandation n° 2011, voir : http://www.ilo.org/ilolex/english/recdisp1.htm À présent, seuls 7 pays l’ont ratifiée : Uruguay, Philippines, Paraguay, Nicaragua, Maurice, Italie et Bolivie. Lors du vote pour l’adoption de la Convention à l’OIT, les représentants du gouvernement japonais et les délégués des travailleurs ont voté en faveur de la Recommandation et de la Convention, mais les délégués du patronat se sont abstenus pour la Convention et ont voté contre la Recommandation. Le journal Keidanren Times n° 3047 du 30 juin 2011 a signalé que le Keidanren (Fédération des organisations économiques japonaises, c'est-à-dire l’organisation patronale des entreprises du Japon) s’est abstenu, jugeant impossible de ratifier la Convention, sans préciser les raisons. Cette organisation critique, par exemple, que les “heures de présence responsable” soient comptées comme heures à rémunérer (article 10-3 de la Convention 189).

23 Voir International Labour Organization (ILO), Domestic Workers across the World : Global and Regional Statistics and the Extent of Legal Protection, Geneva, 2013. http://www.ilo.org/travail/Whatsnew/WCMS_173363/lang--en/index.htm

24 Ce n’est pas le cas lorsque la personne est employée par l’agence prestataire ou par les établissements des soins de long terme. Les home helpers sont donc, eux, couverts par le code du travail.

25 Hiromi Sakai, Ai Tamaki, “Senryô gun katei no meido” (“Le personnel domestique des forces d'occupation”), in Kazuko Koizumi (dir.), art. cit., p. 146.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution des personnels des services pour le soutien à la vie familiale au Japon (1975-2005)
Crédits Sources : Recensement 1975 -2005, ministère des Affaires intérieures et de la Communication.
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/2476/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Tableau 1 : Situation des travailleurs domestiques au regard des lois nationales des divers pays d'Asie
Crédits Sources : “National laws and trade union barriers to collective representation”, in APWLD, The Right to Unite : A Handbook for Domestic Worker Rights Across Asia, Changmai, 2010, p. 21. [http://www.apwld.org/​pdf/​Advance%20 Domestic %20Workers %20Rights %2065-85.pdf]
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/2476/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruri Ito, « Les travailleur(se)s domestiques migrant(e)s en Asie  », Hommes et migrations, 1302 | 2013, 33-39.

Référence électronique

Ruri Ito, « Les travailleur(se)s domestiques migrant(e)s en Asie  », Hommes et migrations [En ligne], 1302 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2476 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2476

Haut de page

Auteur

Ruri Ito

Professeure de sociologie, université Hitotsubashi.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org