Navigation – Plan du site
Chroniques
Repérages

Histoire d’une immigration portugaise. Le rôle de la région Aquitaine

Manuel Dias Vaz
p. 154-156

Texte intégral

1Le région Aquitaine, la ville d’Hendaye et la frontière des Pyrénées ont été durant toute une partie du XXe siècle des lieux stratégiques pour l’immigration ibérique. Hendaye et les Pyrénées sont devenues la porte de la liberté pour des millions d’Espagnols et de Portugais qui ont fui les dictatures fascistes d’Espagne et du Portugal (celles de Franco et de Salazar). Dans cette région, quatre lieux emblématiques et symboliques témoignent de cette importante immigration portugaise de la deuxième moitié du XXe siècle, de 1957-2000 : la ville d’Hendaye, avec sa gare SNCF et le pont-frontière de la Bidassoa ; la nationale 10, la route de l’immigration venant du sud ; la frontière des Pyrénées avec ses cols escarpés ; la gare de Bordeaux, lieu d’arrivée et de transit.

“La nation portugaise”

2En Aquitaine, l’installation et le passage des Portugais ont une longue histoire, riche de plus de quatre siècles, depuis l’arrivée des juifs marranes à Bayonne, à Bordeaux et au sud des Landes. Ces marranes composent une importante communauté juive expulsée par l’Inquisition en Espagne et au Portugal aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

3Cet exode forcé a créé à Bordeaux et à Bayonne la nation portugaise dite “juifs de la péninsule Ibérique”. Ils ont marqué l’histoire économique de notre région et de grands noms du judaïsme en France sont issus de cette communauté bordelaise : Abraham Furtado, André Gouveia, Abraham Gradis, Henri Gradis, Louiza Maria Henriques Raba, Louis Mendes France, Léon Isaac Peixotto, Emile Perreira, Isaac Perreira et Jacob Rodrigues Perreira.

4Il faut également signaler le transit d’une partie du corps expéditionnaire portugais, composé de 55 170 militaires venus en France, sur le front des Flandres, pour combattre les troupes allemandes au sein des Forces alliées durant la Grande Guerre. Ces troupes ont participé à l’effort de guerre et certains de ces soldats se sont installés en France et ont fait par la suite venir leur famille ou ils se sont mariés avec des Françaises.

L’immigration portugaise des années 1920 -1930

5Entre 1921 et 1932, du fait des conséquences de la guerre – les besoins pour la reconstruction et le peuplement de la France –, on a fait appel à l’immigration des pays du Sud : Italie, Espagne, Portugal, mais également de la Pologne... Durant cette période, l’immigration portugaise en France a progressé très rapidement. Ils sont 10 000 en 1921, 29 000 en 1926 et 50 000 en 1931.

6Cette population portugaise est rentrée en France par l’Aquitaine. Elle est composée pour une très large partie d’immigrés qui vont travailler dans l’agriculture, le bâtiment, le port de Bordeaux, l’industrie, la forêt des Landes... Ces immigrations familiale et de travail sont suivies en 1927 et 1928 d’une immigration de réfugiés politiques. De hauts responsables, des intellectuels et des leaders politiques fuient le Portugal suite aux coups d’État militaires de 1926 et 1927 qui conduisent à l’instauration de l’État nouveau, avec la dictature salazariste de 1932 à 1974. De grandes figures de la vie politique et intellectuelle portugaise se réfugient alors en France, notamment en Aquitaine, des personnalités telles que Bernardino Machado, le dernier président de la République ; Jaime de Morais, grand républicain et révolutionnaire ; Aquelino Ribeiro, l’une des figures de la littérature portugaise du XXe siècle, grand républicain humaniste ; Comecino Morais Dos Santos, médecin résistant et républicain… Tous ces hommes se réfugient à Bordeaux ou sur la côte basque et vont lutter pour les valeurs démocratiques et la République portugaise. À Bordeaux et en Aquitaine, ils ont joué un rôle important dans la résistance contre la dictature au Portugal. Ils ont également soutenu la jeune République espagnole et la lutte contre les troupes de Franco.

L’exode portugais au service des Trentes Glorieuses

7Nous commémorons en 2013 les 56 ans du début de l’immigration lusitanienne vers la France et l’Europe d’après-guerre. Cette immigration a débuté dans le contexte des Trente Glorieuses, du développement et de la construction de la France. La fin des années 1950 marque le début d’un exode rural massif de plus d’un million et demi de personnes, soit 18 % de la population totale du Portugal et 47,5 % de sa population active. Dans certains cantons et régions du nord et du centre du Portugal, notamment O Minho, Trás-os-Montes et as Beiras, c’est 70 % à 80 % des actifs qui partent, condamnés à s’expatrier clandestinement. Ils fuient leur pays afin d’échapper à la misère, à la domination et à l’exploitation des propriétaires terriens et des notables ruraux, principaux appuis de la dictature de Salazar. Mais, également, aux sinistres et ruineuses guerres coloniales en Angola, Mozambique, Guinée-Bisau…

8Pendant une décennie, entre 1964 et 1973, sont entrés en France en moyenne, chaque année, 78 500 Portugais, selon les sources du ministère de l’Intérieur français. Une majorité, environ 55 %, sont entrés en France clandestinement avec le consentement des plus hautes autorités françaises : président de la République, Premier ministre, ministre de l’Intérieur, et sous la pression du patronat. Entre les années 1950 et 1970, la région Aquitaine, la ville d’Hendaye et les Pyrénées sont le décor et les témoins du passage clandestin de ces milliers de Portugais qui cherchaient du travail et la liberté. Cette région agricole et industrielle a été et reste historiquement une région d’accueil, d’installation et de transhumance pour des millions d’immigrés venant des pays du Sud : Italie, Espagne, Portugal, Afrique du Nord, Afrique subsaharienne.

9De ce fait, au début de l’année 1970, par la volonté du gouvernement français et sous la pression du patronat, les Portugais sont devenus la première et la plus importante communauté étrangère résidant en France, avec une part de sa population active très élevée : près de 80 %. Une fois de plus, la région Aquitaine et la frontière des Pyrénées vont être le lieu d’entrée et de transit pour ces milliers de Portugais qui rejoignent la France et d’autres pays d’Europe : Allemagne, Suisse, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg… L’Aquitaine reste une terre d’accueil et d’installation pour une importante communauté lusitanienne composée aujourd’hui de près de 40 000 personnes réparties sur l’ensemble de la région.

10Cette communauté s’est très bien intégrée, comme en témoigne le nombre de jumelages Aquitaine-Portugal. 31 villes d’Aquitaine sont jumelées avec des villes portugaises. Il faut aussi signaler que 90 élus municipaux sont d’origine portugaise, dont une dizaine exercent les fonctions d’adjoint au maire. Le département des Pyrénées-Atlantiques, avec 28 élus d’origine portugaise, arrive en tête, suivi des Landes, avec 22 élus. Le département de la Gironde, avec 20 élus d’origine portugaise, arrive en 3e position. Viennent ensuite la Dordogne, avec 10 élus, et le Lot-et-Garonne, avec 10 élus.

11Cette communauté portugaise ou française d’origine portugaise va jouer un rôle important dans le tissage de liens d’amitié et favoriser les échanges culturels et économiques entre l’Aquitaine et le nord et le centre du Portugal. L’immigration est une richesse pour ces deux pays qui ont des liens historiques, et c’est un enjeu pour le développement de nos régions et la construction d’une Europe des peuples et de la citoyenneté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Dias Vaz, « Histoire d’une immigration portugaise. Le rôle de la région Aquitaine », Hommes et migrations, 1302 | 2013, 154-156.

Référence électronique

Manuel Dias Vaz, « Histoire d’une immigration portugaise. Le rôle de la région Aquitaine », Hommes et migrations [En ligne], 1302 | 2013, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2491

Haut de page

Auteur

Manuel Dias Vaz

Sociologue, président du Rahmi et du Comité national d’hommage à Aristides de Sousa Mendes, membre du conseil d’administration et du conseil d’orientation de la CNHI, membre du Ceser Aquitaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org