Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Goodbye Morocco

Film français de Nadir Moknèche
Anaïs Vincent
p. 183-185

Texte intégral

1Les mardi 4 et mercredi 5 Juin, Rabat a accueilli une conférence sur le thème : “Transition et égalité des genres dans les pays arabes, progrès ou régression ?” C’est l’occasion de débattre et de faire le point sur cette question d’actualité alors que la jeune Femen tunisienne, Amina, est toujours en détention. Malgré les progrès indéniables réalisés du point de vue de l’éducation et de la santé des femmes, le chemin est encore long. Cette question de la place des femmes au sein du monde arabe est le sujet de prédilection du réalisateur franco-algérien Nadir Moknèche. Né à Paris, à la mort de son père, il part vivre avec sa mère à Alger. Il est alors âgé de 3 ans. À l’adolescence, il retourne en France. Après son baccalauréat et deux années de droit, il étudie les arts dramatiques et le cinéma à New York. Dans sa filmographie, Nadir Moknèche dépeint la complexité de la société algérienne. La figure matriarcale est au cœur de ses récits. Dounia, l’héroïne de son dernier film Goodbye Morocco, est l’une d’entre elles. Cette jeune mère divorcée tient d’une poigne de fer les rênes d’une entreprise en bâtiment à Tanger avec son nouvel ami, un architecte serbe. Sur l’un de leurs chantiers, les ouvriers mettent au jour une ancienne sépulture décorée d’une fresque antique. Avec la vente frauduleuse de ce trésor archéologique, Dounia espère enfin concrétiser son rêve le plus cher : fuir le Maroc avec son fils et son amant. Mais tout ne se déroulera pas comme prévu...

2Nadir Moknèche construit un drame d’une profonde noirceur. Son polar nous conduit sur les traces de ces harragas prêts à tout pour gagner des terres plus clémentes. Il dresse un portrait sombre d’une société gangrenée par la corruption, dans laquelle la femme peine à s’émanciper.

3Cette fiction se déroule au Maroc mais aurait tout aussi bien pu se passer en Algérie si le réalisateur n’avait pas été sanctionné par une interdiction de tournage après la réalisation de Délice Paloma, où il dénonçait la corruption algérienne. À nouveau, il révèle ici une administration vérolée par la malhonnêteté. Après la décolonisation, le Maghreb a été plongé dans la frénésie de l’économie de marché. La lutte anticorruption était le fer de lance de la campagne électorale des islamistes au Maroc. Mais les résultats sont encore mitigés. L’opacité du système demeure.

4Dounia profite de ses failles. Elle souhaite de tout son cœur fuir sa terre natale. Elle s’engage alors dans un commerce juteux, celui du trafic d’œuvres d’art, très lucratif en Afrique. Malgré la réglementation de l’Unesco depuis la colonisation, de nombreux pays ont été pillés en toute impunité. Avec la décolonisation, certaines œuvres ont été restituées en signe d’apaisement politique et de réparation des crimes commis. Mais le trafic illégal d’œuvres reste cependant très actif.

5Dounia contourne également la loi en embauchant au noir sur son chantier des ouvriers clandestins d’origine sénégalaise et nigérienne. Comme le révèle un récent rapport établi par Médecins sans frontières (MSF), des voyageurs souvent originaires d’Afrique subsaharienne en transit au Maroc en vue de rejoindre l’Europe sont de plus en plus victimes de violences criminelles et institutionnelles. Le durcissement de la politique migratoire de Bruxelles est mis en cause. Nadir Moknèche dénonce les conditions de travail et de vie de ces ouvriers exploités. Pour survivre et bientôt fuir, ces harragas acceptent les pires humiliations au péril de leur vie. Ainsi, le jeune Gabriel tombe dans le filet de la prostitution et du vol. Dounia n’a aucune compassion pour ces employés qui pourtant, comme elle, aspirent à partir dans l’espoir d’une vie meilleure.

6La filmographie de Nadir Moknèche se construit autour de personnages féminins emblématiques, dont il révèle la fragilité. Si le Maroc a adopté des lois affirmant la parité sur le marché du travail, la réalité est tout autre. Le gouvernement a pourtant ratifié la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes. Mais elles restent bien plus touchées par le chômage que les hommes et sont encore très rares aux postes de direction. Moknèche choisit comme héroïne l’une d’elles. Dounia semble être l’exemple même de la femme marocaine émancipée. Elle est parvenue à quitter son mari, fréquente un jeune Serbe, dirige une entreprise. Lubna Azabal interprète avec justesse cette femme prête à tout pour vivre sa vie comme elle l’entend et enfin connaître la liberté. Mais, malgré sa volonté d’échapper aux diktats de cette société patriarcale, elle sera rattrapée par son destin.

7Le cinéaste porte un regard pessimiste sur l’évolution de la condition féminine dans ce pays.

8Le 13 février dernier sortait sur nos écrans ce dernier film de Nadir Moknèche. À partir du 13 juin, on pourra le trouver en DVD.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « Goodbye Morocco  », Hommes et migrations, 1302 | 2013, 183-185.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « Goodbye Morocco  », Hommes et migrations [En ligne], 1302 | 2013, mis en ligne le 09 mai 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2504

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org