Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire

Paris, Seuil, 2013, 304 p., 19,50 €
Michaël Ferrier
p. 190-191
Référence(s) :

Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire, Paris, Seuil, 2013, 304 p., 19,50 €.

Texte intégral

1Lumières de Pointe-Noire nous conte un retour au pays natal, traversé de vertiges et d'une émotion d'autant plus forte qu'elle est contenue. Intelligemment, le livre s'ouvre sur une légende congolaise énigmatique : nous entrons d'emblée dans un monde différent, relié à la force mystérieuse des origines ainsi qu'à leur puissance parfois délétère. Un monde qu'on ne peut renier mais dont il faut savoir s'extraire.

2Par instants, l'histoire tâtonne un peu, suivant en quelque sorte une démarche en crabe, de celles que le narrateur décrit lui-même dans une très belle page : “On croit qu’ils vont aller à gauche, ils font demi-tour, ils s’arrêtent sans savoir pourquoi, ils tournent en rond, et ils repartent en vitesse vers la droite avant de revenir à gauche. Mais ce que j’aime chez les crabes c’est qu’ils savent toujours où ils vont aller, et ils finissent par arriver tôt ou tard.” Car, sous son allure de pèlerinage parfois chaotique, c'est un livre bien construit, scandé par des chapitres qui portent tous des titres de classiques du cinéma : le narrateur multiplie ainsi les travellings et les zooms sur une ville qu'il voit à travers le filtre de ses souvenirs, avec un zeste d'amertume. Il a sans doute aussi besoin de cet écran, à la fois pour retrouver cette ville et cette période de sa vie, mais aussi pour s'en détacher. Rencontres, voix, lumières, ambiances, retrouvailles quelquefois drôles, d'autres fois désenchantées, surmontées de l'ombre absente de la mère, qui ouvre le livre, et de celle de grand-mère Hélène, qui le clôt.

3Régulièrement, des photographies viennent ponctuer le texte, comme si l'écriture renonçait à fouiller plus avant, comme si la réflexion s'arrêtait pour céder la place à un album de souvenirs couleur sépia, dont l'auteur ne sait finalement plus trop quoi faire. Alors s'ouvre un silence ; une hésitation se glisse entre les points de suspension et les photographies : impuissant, le texte laisse la place à ces images simples, grignotées par le temps, “accablées par la poussière des regrets”. Et d'une certaine manière, cela rend aussi ce livre très attachant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Ferrier, « Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire », Hommes et migrations, 1302 | 2013, 190-191.

Référence électronique

Michaël Ferrier, « Alain Mabanckou, Lumières de Pointe-Noire », Hommes et migrations [En ligne], 1302 | 2013, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2526

Haut de page

Auteur

Michaël Ferrier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org