Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

The Immigrant

Film américain de James Gray.
Anaïs Vincent
p. 180-181

Texte intégral

1Le dernier film du cinéaste américain James Gray en sélection officielle à Cannes était l'une des sorties les plus attendues de la fin de l’année 2013.

2Ewa (Marion Cotillard) et sa sœur Magda, deux jeunes Polonaises venues de Katowice en Silésie, tentent d'obtenir une autorisation au centre d'accueil du bureau fédéral de l'immigration américaine d'Ellis island. Mais Magda, atteinte de la tuberculose, est retenue en quarantaine à l'infirmerie du centre pour être soignée, alors que la demande d'Ewa est refusée. Bruno Weiss (Joaquin Phoenix), un proxénète bienfaiteur et manipulateur, vient en aide à la jeune femme désœuvrée. Contrainte de se prostituer pour gagner l'argent nécessaire à la sortie de sa sœur, cette jeune catholique glisse inexorablement sur la pente du péché. Mais Orlando, un magicien fantasque (Jeremy Renner), pourra peut-être l'aider sur le chemin vers la rédemption...

3L'immigration et la communauté juive russe sont au cœur de la filmographie du réalisateur prodige (Little Odessa, La nuit nous appartient, The Yards, Two Lovers). Ses grands-parents d'origine russe ont immigrés aux États-Unis et il avoue avoir puisé l'inspiration de ce film dans ses archives familiales. Pour la première fois, son personnage principal est une femme, une immigrée polonaise. Il justifie son choix par le fait que son héroïne ne pouvait pas s'intégrer aisément dans le Lower East Side où la population était majoritairement constituée de juifs immigrés. Et qu'elle soit catholique pratiquante renforce sa descente en enfer, elle qui est confrontée à une vie de débauche au sein d'une Amérique décadente. Les ingrédients sont réunis pour sombrer dans un mélodrame sans fond.

4Le film débute sur un plan de la statue de la Liberté, premier symbole qu'apercevaient les migrants européens depuis les navires qui les conduisaient vers le sol américain. À moins d'un kilomètre au nord s'érige le centre d'Ellis Island qui s'ouvre en 1892 pour institutionnaliser l’accueil de l'immigration massive et fermera en 1954. Il aura vu transiter pas moins de douze millions de migrants. Contrairement à Elia Kazan qui dû le reconstituer en studio pour le tournage de son mythique America, America, James Gray a eu la chance de pouvoir tourner au sein du bâtiment, transformé en musée depuis 1990.

51921, l'Europe sort ravagée de la Première Guerre mondiale, le conflit russo-polonais s'achève. Nombreuses sont les femmes seules comme Ewa qui partent refaire leur vie sur le continent américain. Elles ont perdu leur mari dans les combats et ne possèdent plus rien. Ces éléments apparaissent hors champ. James Gray porte pour son premier long-métrage historique une grande attention à la véracité des détails scénaristiques mais, contrairement, à ses autres films l'ambiance n'est pas naturaliste. Les lumières, les décors sont très travaillés dans des teintes très chaudes donnant une atmosphère onirique. Le cinéaste a voulu faire de ce film une ode à l'opéra rythmé par les compositions de Wagner, Gounod ou Puccini.

6Avec ce mélodrame poignant, James Gray réaffirme son engagement en faveur de l'immigration et contre le repli des États-Unis sur eux-mêmes alors que cette nation est née du multiculturalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « The Immigrant  », Hommes et migrations, 1304 | 2013, 180-181.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « The Immigrant  », Hommes et migrations [En ligne], 1304 | 2013, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2686

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org