Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

L'Escale

Documentaire franco-suisse de Kaveh Bakhtiari
Anaïs Vincent
p. 181-182

Texte intégral

1Depuis la récente tragédie de Lampedusa, la politique d'immigration européenne est au cœur des débats. Les héros de L'Escale ont bien failli connaître le même sort que les victimes du drame de l'île italienne. Ils ont fui l'Iran et ont traversé la mer sur une embarcation de fortune menée par un passeur escroc jusqu'au naufrage dont ils ont survécu miraculeusement.

2Échoués sur le sol grec, bloqués dans ce pays fortement touché par la crise et le chômage, ils cherchent à gagner leur eldorado : la Norvège, l'Allemagne, le Royaume-Uni. Derrière les rideaux toujours fermés d'une ancienne buanderie insalubre, le groupe de clandestins se terre, la peur au ventre. Amir, lui-même arrivé en Grèce quelques années auparavant, a décidé de transformer son appartement en pension pour ces clandestins. Tendre la main à ces oubliés est sa raison de vivre. Un titre de séjour provisoire lui permet de faire des petits boulots.

3Kaveh Bakhtiari, le réalisateur d'origine iranienne immigré en Suisse depuis l'âge de neuf ans, est le cousin de Mohsen, l'un de ces pensionnaires. Pendant un an, il a vécu avec ces rescapés pour témoigner de leur quotidien. Avec un dispositif très léger, il filme la promiscuité, les disputes, l'entraide, les angoisses, les moments de doute et d'espoir. Caméra au poing, il enregistre le quotidien.

4Les Iraniens hors d'Iran seraient entre 2 et 3 millions aujourd'hui. Désenchantées par le manque d'opportunités professionnelles et par la dureté des conditions sociales, l'élite iranienne émigre en masse depuis une trentaine d'années, prête à payer des sommes colossales pour un passeur et un passeport. Les héros de ce film ont tenté d'échapper à leur condition pour parvenir à atteindre un avenir meilleur. Mais cette route est pavée d'embûches. Une simple sortie dans la rue peut se transformer en arrestation et en reconduite à la frontière. La Grèce est régulièrement accusée de procéder à des refoulements de migrants irréguliers, en violation de ses obligations internationales. Pour passer les contrôles à l'aéroport, les migrants attendent d'obtenir un passeport européen, avec une photo qui pourrait leur ressembler plus ou moins, et ils se griment pour ne pas être arrêtés à la douane. Un des protagonistes à bout de force entreprend une grève de la faim. D'autres tentent de trouver des passeurs fiables. Toutes les solutions sont envisagées mais l'attente peut parfois être longue, et certains, comme Mohsen, perdent espoir. Un rêve les a conduits sur le sol athénien mais bientôt c'est la désillusion qui s'empare d'eux.

5Depuis la fin du tournage, la situation s'est aggravée avec la montée d'un sentiment xénophobe mené par le parti Aube dorée. Des milices s'en prennent ouvertement aux clandestins. L'escale en Grèce est devenue extrêmement risquée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « L'Escale  », Hommes et migrations, 1304 | 2013, 181-182.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « L'Escale  », Hommes et migrations [En ligne], 1304 | 2013, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2687

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org