Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Mogniss H. Abdallah, Rengainez, on arrive !

Paris, Libertalia, 2012, 187 pages, 12 €.
Mustapha Harzoune
p. 187-188
Référence(s) :

Mogniss H. Abdallah, Rengainez, on arrive ! Paris, Libertalia, 2012, 187 p., 12 €.

Texte intégral

1La joyeuse effervescence à l’arrivée de la Marche pour l’égalité le 3 décembre 1983 et l’avalanche œcuménique des commémorations de 2013 ne devraient pas faire oublier qu’au départ de cette initiative, il y a la dénonciation, à tout le moins l’interpellation, de deux institutions : la police et la justice. Justement, Rengainez, on arrive ! est une présentation précise, circonstanciée des crimes racistes “ou sécuritaires”, des violences policières dont ont été victimes depuis plus de quarante ans des dizaines de jeunes (et de moins jeunes) habitants des quartiers populaires et autres cités. Journaliste et militant associatif, Mogniss H. Abdallah a fondé en 1983 l’agence Im’média. Il a suivi au plus près les luttes contre ces crimes et “contre la hagra [mépris] policière et judiciaire” qui ont mobilisé familles de victimes et soutiens. Il en tient la chronique, les replaçant dans leur contexte politique, électoral, législatif ou médiatique.

2Partisan de l’autonomie des luttes de l’immigration et des mouvements sociaux”, il dénonce une police et une justice de classe, un racisme institutionnel nimbé d’idéologie postcoloniale et d’islamophobie. Il condamne une idéologie sécuritaire de droite comme de gauche. À “l’antiracisme abstrait”, à la logique conciliatrice des marcheurs de 1983, il préfère les “revendications plus conflictuelles”, plus politiques, des alliances sociales élargies et des logiques de rapport de force.

3Mais attention : Rengainez, on arrive ! n’est pas un bréviaire pour militants. Ce livre, honnête et documenté, revient sur une vie d‘engagement : “Retracer l’histoire de ces luttes est aussi l’occasion d’en rediscuter les contenus, formes et modalités d’organisation, d’en souligner les attentes, les dynamiques internes, les acquis, les limites et les contradictions.” Tout est examiné à la loupe, depuis les comités de soutien et les associations locales, les collectifs régionaux jusqu’aux structures nationales (Rock against Police, Association nationale des familles des victimes des crimes racistes ou sécuritaires, MIB, Forum social des quartiers ou le collectif Vies volées).

4La litanie des crimes racistes donne la nausée. Les décisions de justice, elles, font froid dans le dos. Trop souvent, sous l’effet d’une idéologie sécuritaire, elles inversent les rôles entre victimes et accusés, provoquant la “rage” et “l’incrédulité” des jeunes “lascars”. Cette justice – “de peau” en plus d’être de classe – a multiplié les non-lieux, les certificats de moralité et les circonstances atténuantes pour les tontons flingueurs, les peines dérisoires pour le meurtre d’un enfant. Citant maître Vergès, il rappelle qu’“un homicide involontaire c’est deux ans maximum, un crime c’est quinze ans”.

5Le rapport police/jeunes est central. L’auteur montre l’ambiguïté de la question et l’amplitude des attitudes, depuis l’opposition frontale à une institution perçue comme “hostile en soi” aux volontés de changer la police de l’intérieur, portées par Sihem Souid ou Hassan Ben Mohamed, le petit frère de Lahouari… tué par un CRS à Marseille. Il rappelle aussi les campagnes contre certaines pratiques policières et celles en faveur d’instances indépendantes de contrôle. Mais, lorsqu’un Malek Boutih fustige la voyoucratie et l’islamisme, il évacue la question par une formule narquoise sur ces “deux spectres qui hantent la France de ce début de XXIe siècle”.

6À l’issue de ce tour d’horizon, Mogniss H. Abdellah interroge les choix de mobilisation et l’incapacité à en élargir les cercles. L’enjeu de cette enquête où affleurent les certitudes et les doutes d’une pudique introspection concerne bien sûr la place et la reconnaissance, par le pays tout entier, d’une partie de sa jeunesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Mogniss H. Abdallah, Rengainez, on arrive ! », Hommes et migrations, 1304 | 2013, 187-188.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Mogniss H. Abdallah, Rengainez, on arrive ! », Hommes et migrations [En ligne], 1304 | 2013, mis en ligne le 20 mars 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2693

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org