Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

La Journée de la Jupe

Film français de Jean-Paul Lilienfeld
André Videau
p. 262-263

Texte intégral

1Professeur de français dans une classe difficile, Mme Sonia Bergerac, qui a pourtant du métier, est une femme au bord de la crise de nerfs. On sent qu’elle ne va pas en rester là. D’origine modeste, et sans doute, malgré son patronyme, issue d’une famille immigrée maghrébine, elle a toujours cru aux vertus de l’école républicaine. Elle est même l’exemple vivant de l’intégration par le travail et l’acquisition du savoir, de l’émancipation des femmes par l’égalité des droits, sans qu’il y ait en compensation une surcharge de devoirs qui compromette l’équilibre. C’était la règle commune de la démocratie égalitaire dans laquelle elle a choisi de vivre.

2Hélas, aujourd’hui tout est chamboulé dans le quotidien des quartiers populaires et plus particulièrement dans cette caisse de résonance qu’est l’école, qui aurait en partie perdu ses fonctions éducatives et émancipatrices. L’espace de liberté et d’épanouissement individuel est miné de toutes parts. Les conditions d’habitat, la pauvreté, le chômage, les appâts funestes de la consommation, les trafics et autres économies souterraines, les religions prosélytes, les idéologies toxiques. Tous ces maux servent de catalyseur aux frustrations arrogantes des jeunes mâles, à leur instinct de domination dans un mélange d’intolérance et de brutalité. Les brebis galeuses contaminent le troupeau. En face, les parents sont démissionnaires ou impuissants. Les collègues palabrent. La hiérarchie pérore. La police (quelques excellents seconds rôles confiés à Jackie Berroyer, Yann Collette, Denis Podalydès) se fourvoie.Dans une bousculade, au milieu des invectives et des refus d’obtempérer, un revolver tombe de la sacoche d’un petit caïd. Sonia s’en empare, sans rien imaginer de la portée de son geste. Une balle part et touche Mouss à la cuisse. Soudainement, la terreur va changer de camp. Il y a prise d’otages, tout le monde s’émeut. Le directeur. Les forces de l’ordre. Les médias. La ministre. Sonia peut savourer son triomphe : enseigner Molière à des élèves à plat ventre, exiger les conditions de sa reddition. L’engagement d’instaurer cette symbolique journée de la Jupe, où les filles pourraient s’habiller à leur guise sans se faire traiter de putes ou risquer des représailles.

3Dérisoire victoire qui n’empêche pas ce film d’être un brûlot dérangeant, capable d’ébruiter les majorités silencieuses, de désorganiser les troupes bien-pensantes, tenantes du tout permissif ou du tout répressif.

4Ces derniers mois, plusieurs films de qualité, portés par des équipes dynamiques, ont traité de l’école en crise (L’Esquive de Abdellatif Kechiche, Entre les murs de Laurent Cantet et François Bégaudeau) et remporté un succès mérité. On espère que celui-ci, un peu plus rebelle aux idées reçues de tous bords, emportera l’adhésion des spectateurs, s’ils ont été, comme nous, bouleversés par le retour d’une Adjani incandescente, médiatrice en furie entre les contradictions qui la déchirent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « La Journée de la Jupe », Hommes et migrations, 1278 | 2009, 262-263.

Référence électronique

André Videau, « La Journée de la Jupe », Hommes et migrations [En ligne], 1278 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/273

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org