Navigation – Plan du site
Dossier

Les Bamakois diplômés de Paris

Ethnographie d’une petite bourgeoisie en voie de déclassement
David Mahut
p. 19-27

Résumé

En France, ils sont chauffeurs-livreurs, commis de cuisine, veilleurs de nuit, infirmiers ou préparateurs en pharmacie. Pourtant, leurs diplômes obtenus dès la fin des années 1990 dans un Mali en crise les préparaient à d’autres emplois. Les diplômés maliens subissent un déclassement socioprofessionnel aux racines profondes, qui pointe les impasses respectives des sociétés française et malienne en termes de mobilité sociale. Devant la non-reconnaissance de leurs diplômes dans l’Hexagone, face à la nécessité de se faire une situation pour apporter leur contribution financière à leur famille, ils acceptent non sans mal de devenir ouvriers ou employés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La petite bourgeoisie bamakoise
Les raisons du départ
La reproduction sociale de l’immigration par le bas
Un marché du travail pour immigrés
Peut-on parler de déclassement ?
Des rapports différenciés au travail
Résister à la violence symbolique
Le diplôme : un double coup d’arrêt
Les mirages de la carrière
Non-reconnaissance et invalidation juridique des diplômes
Retour sur la dette intergénérationnelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cette étude du déclassement dans la migration repose sur une enquête ethnographique menée entre 2007 et 2012 auprès d’une quarantaine de migrants bamakois et diplômés résidant à Paris. Ils forment un groupe d’interconnaissance et présentent la particularité d’être originaires de la petite bourgeoisie bamakoise. Issus d’un milieu social aisé, ils sont aussi porteurs d’un capital scolaire relativement important puisque le niveau de leurs diplômes obtenus au Mali varie du baccalauréat au doctorat, ce qui implique une maîtrise parfaite de la langue française. Malgré ce capital prémigratoire spécifique, la majorité des enquêtés restent en bas de la hiérarchie des métiers, ce qui est en inadéquation avec leur niveau de qualification. Mais ce déclassement socioprofessionnel n’est pas le résultat de leur immigration en France. Il a débuté dans le Mali des années 1990, alors que le pays traversait une crise qui gelait leurs possibilités d’ascension professionnelle et familiale.

La petite bour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Mahut, « Les Bamakois diplômés de Paris », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 19-27.

Référence électronique

David Mahut, « Les Bamakois diplômés de Paris », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2872 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2872

Haut de page

Auteur

David Mahut

Sociologue, chercheur associé à l’UMR CEPED, université de Paris-Descartes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org