Navigation – Plan du site
Dossier

Les étudiants maliens dans l’enseignement supérieur privé au Maroc

Enjeux et stratégies de distinction sociale par les études à l’étranger
Niandou Touré
p. 29-36

Résumé

Le développement accéléré de l’offre d’enseignement supérieur privé au Maroc représente une nouvelle opportunité pour les étudiants originaires d’Afrique subsaharienne. Grâce aux accords bilatéraux organisant la mobilité estudiantine avec leurs pays d’origine, ils viennent en nombre au Maroc chercher une formation supérieure de qualité. L’obtention d’un titre universitaire au Maroc, solution alternative à l’Europe, constitue un capital social valorisé sur le marché malien de l’emploi.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les mutations de l’enseignement supérieur marocain
Les raisons structurelles de l’attractivité du Maroc
La complémentarité entre le public et le privé
Une panacée pour les classes aisées maliennes
Fès, ville universitaire “africaine” promue par des étudiants recruteurs
Les déterminants sociaux de la mobilité des Maliens
Des stratégies familiales de distinction sociale
Conclusion

Aperçu du début du texte

La présence des étudiants maliens dans l’enseignement supérieur marocain remonte aux années 1960. Le financement de la formation de ces premiers étudiants se faisait dans le cadre de programmes de renforcement des compétences mis en place, de façon ponctuelle, par l’État ou par certaines institutions spécialisées de l’Organisation des Nations unies (Onu), dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans les décennies qui ont suivi, la formation des Maliens au Maroc est devenue un volet clé des accords de coopération bilatérale liant le Maroc à ses alliés au sud du Sahara : 1963 pour le Sénégal, 1972 pour le Gabon, 1973 pour la Côte d’Ivoire, 1977 pour le Nigeria et 1982 pour le Niger. Les bouleversements politiques des années 1980 – admission de la République arabe sahraouie démocratique au sein de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1982, suivie du retrait définitif du Maroc de l’OUA en 1985 – vont conduire à redéfinir la politique extérieure du royaume chérifien, spéc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Niandou Touré, « Les étudiants maliens dans l’enseignement supérieur privé au Maroc », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 29-36.

Référence électronique

Niandou Touré, « Les étudiants maliens dans l’enseignement supérieur privé au Maroc », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2874 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2874

Haut de page

Auteur

Niandou Touré

Doctorant en sociologie à l’université Paris-Descartes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org