Navigation – Plan du site
Dossier

Le Quartier latin sénégalais à la croisée des chemins

Mohamadou Sall
p. 57-65

Résumé

En septembre 2014, la énième grève des étudiants de l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar pour le non-paiement de leur bourse témoigne de la crise qui secoue l’enseignement supérieur sénégalais. Pourtant, le Sénégal demeure une destination stratégique et attractive pour les étudiants francophones. La notoriété de cette université, le développement d’écoles privées spécialisées et la multiplication des accords d’équivalence des diplômes avec les universités d’Europe ou d’Amérique du Nord sont autant de moyens de promouvoir des formations répondant aux besoins et aux codes du marché.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le pôle éducatif sénégalais à l’aune d’un nouveau contexte
L’Ucad face à l’augmentation de la mobilité internationale
L’irruption des structures d’enseignement privé
Inventer de nouvelles formes de mobilité pour les étudiants
Adapter les cursus aux besoins du marché
La concurrence entre institutions
Entretenir l’attractivité du pôle éducatif sénégalais
Conclusion

Aperçu du début du texte

Aujourd’hui, la crise qui secoue l’espace universitaire sénégalais depuis la rentrée académique d’octobre 2013 semble atteindre son paroxysme. Cette crise serait pour certains indissociable de la massification des universités. L’université de Dakar, qui comptait en 1959 1 300 étudiants, en accueillerait aujourd’hui près de 80 000. Mieux, les flux de nouveaux bacheliers connaîtront prochainement une nette augmentation. De façon générale, l’explosion de la demande d’accès à l’enseignement supérieur en Afrique noire est un fait marquant du secteur. En Afrique subsaharienne, cette explosion engendre de nouveaux défis, du fait de l’avancée dans la transition démographique et de la modification de la structure par âge de la population. Et pourtant, elle contraste avec l’insuffisance de l’offre dans le domaine, qui renvoie, d’une part, aux faibles capacités d’accueil des structures (amphithéâtres, salles de travaux dirigés et pratiques), au dénuement des campus (pavillons et autres lieux d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamadou Sall, « Le Quartier latin sénégalais à la croisée des chemins », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 57-65.

Référence électronique

Mohamadou Sall, « Le Quartier latin sénégalais à la croisée des chemins », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2879 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2879

Haut de page

Auteur

Mohamadou Sall

Maître de conférences en démographie, Institut de population, développement et santé de la reproduction (IFRPDSR), université de Dakar.

Articles du même auteur

  • De la déterritorialisation à la reterritorialisation des pratiques alimentaires chez les migrants originaires de la vallée du fleuve Sénégal
    Paru dans Hommes et migrations, 1283 | 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org