Navigation – Plan du site
Dossier

Mobilités étudiantes et lien social : les étudiantes non boursières camerounaises dans le Nord-Pas-de-Calais

Brice Arsène Mankou
p. 67-74

Résumé

Difficile pour les étudiantes étrangères qui ne bénéficient ni de bourses ni du soutien de leur famille de mener à bien leurs études. Dans la région Nord-Pas-de-Calais, les étudiantes camerounaises non boursières sont solidaires et luttent ensemble contre le découragement en développant de nombreuses formes d’entraide. Organisation d’événements culturels, participation à des associations étudiantes, mise en place de tontine, autant d’initiatives visant à pallier le manque de moyens financiers et la détresse sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Contexte et chronologie
Les étudiants camerounais en France et l’attrait du Nord-Pas-de-Calais
Étudiantes camerounaises : profil, âge, niveau d’études et université de rattachement
Témoignages des étudiantes camerounaises non boursières
Les formes de solidarité des étudiantes camerounaises
Les associations d’étudiants
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans un contexte de migration où le coût des études est de plus en plus élevé, les étudiantes camerounaises non boursières ont recours au système D. Notre recherche s’appuie sur des entretiens libres menés courant 2012 avec des étudiantes camerounaises inscrites dans les universités du Nord-Pas-de-Calais. Elles ont en commun la nationalité camerounaise et le fait d’être non boursières. Pour analyser les formes de solidarité qu’elles développent, nous avons eu recours à la théorie du lien social et des réseaux. Le choix de la théorie du lien social s’explique par le fait que ces étudiantes sont solidaires à travers les activités sociales, culturelles et intellectuelles qui leur permettent de se sentir appartenir à un groupe social uni et soudé.

Les étudiantes camerounaises non boursières du Nord-Pas-de-Calais mènent plusieurs activités qui recréent du lien social grâce aux solidarités organiques. Le lien social dont il est question s’inscrit dans la perspective d’Émile Durkheim qui, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brice Arsène Mankou, « Mobilités étudiantes et lien social : les étudiantes non boursières camerounaises dans le Nord-Pas-de-Calais  », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 67-74.

Référence électronique

Brice Arsène Mankou, « Mobilités étudiantes et lien social : les étudiantes non boursières camerounaises dans le Nord-Pas-de-Calais  », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2880 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2880

Haut de page

Auteur

Brice Arsène Mankou

Docteur en sociologie, chercheur associé au Clersé (CNRS) et enseignant à l’université du Littoral-Côte d’Opale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org