Navigation – Plan du site
Dossier

Bandjoun Station

Laure Poinsot
p. 116-120

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Hommes & Migrations : Vous êtes artiste plasticien. Vous venez d’arriver à Bandjoun (Cameroun) depuis Paris où vous vous vivez et où vous avez votre atelier. Comment vous partagez-vous entre ces deux lieux ?

Barthélémy Toguo : J’essaye de bien m’organiser. À Bandjoun, je peux réaliser des œuvres monumentales que j’ai pensées et conçues à Paris, car au Cameroun, j’ai de l’espace et des assistants. Paris pour moi est devenu davantage un lieu de laboratoire et de conception que de production. Je suis un homme de mon temps qui profite des moyens de communication performants d’aujourd’hui pour voyager et produire. Par exemple, de Paris ou de Bandjoun, je peux envoyer par mail le processus de fabrication d’une œuvre qui sera exposée à New York ou à Pékin, produire des œuvres à distance, ou dans n’importe quel atelier de mon choix. Et puis des choses se créent dans le voyage. Comme le dit si bien Paulo Coelho, quand on va vers les choses, les choses viennent vers nous. C’est tout ce foison...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Poinsot, « Bandjoun Station », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 116-120.

Référence électronique

Laure Poinsot, « Bandjoun Station », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 16 janvier 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2889 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2889

Haut de page

Auteur

Laure Poinsot

Réalisatrice de documentaire

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org