Navigation – Plan du site
Chroniques
Kiosque

L’urne et le ballon rond

Mustapha Harzoune
p. 190-193

Texte intégral

1Le Front national a raflé 11 municipalités en mars 2014 et, avec quelque 25 % des suffrages exprimés, est arrivé en tête d’une course européenne boudée par plus de 56 % des électeurs. Hubert Védrine (France Culture, le 30 mai) calmait les exaltés : “Aux européennes de 2014, le FN a obtenu 4 700 000 voix. Jean-Marie Le Pen en 2002 en avait obtenu 4 800 000, c’est-à-dire plus. Marine Le Pen avait obtenu en 2012 6 400 000 voix, donc c’est nettement en dessous.

2Quelques jours plus tard, l’humanité bigarrée se retrouvait autour du ballon rond de la Coupe du monde 2014. À l’urne du repli et du rejet a succédé une baballe télégénique, symbole de mobilité et de brassages. Dans Le Monde du 3 février 2011, Édouard Glissant résumait ce monde paradoxal : “Les identités fixes deviennent préjudiciables à la sensibilité de l'homme contemporain engagé dans un monde chaos et vivant dans des sociétés créolisées. L'identité-relation, ou l’‘identité-rhizome’, comme l'appelait Gilles Deleuze, semble plus adaptée à la situation. C'est difficile à admettre, cela nous remplit de crainte de remettre en cause l'unité de notre identité, le noyau dur et sans faille de notre personne, une identité refermée sur elle-même, craignant l'étrangeté, associée à une langue, une nation, une religion, parfois une ethnie, une race, une tribu, un clan, une entité bien définie à laquelle on s'identifie. Mais nous devons changer notre point de vue sur les identités, comme sur notre relation à l'autre.”

3Football et immigration forment un vieux couple. Le 16 avril, Guy Roux le rappelait sur Lyonne.fr : “Il y a eu les Espagnols, les Polonais pour sauver les mines, les Portugais, les Italiens qui nous ont donné Piantoni et Platini... Puis l’immigration africaine, car nous avons été des colonialistes actifs. Notre immigration est la conséquence du colonialisme de nos ancêtres et de l’appel de nos industriels pour avoir de la main-d’œuvre pour reconstruire la France d’après-guerre.” Voilà de quoi “dédiaboliser” l'immigration, comme le demandent Martine et Jean-Claude Vernier sur leur blog hébergé par Médiapart, le 9 juin : “Pourquoi pensons-nous qu'il faut tenter de dédiaboliser ‘l'immigration’ ? Il s'est construit au cours des années ce qu'on pourrait nommer un ‘bloc d'opinion’ avec son cortège d'images abstraites, ‘gérer l'immigration’, ‘protéger les frontières’, ou d'autres qui véhiculent des idées fausses malgré toutes les études qui prouvent le contraire (…), ‘concurrence entre travailleurs pauvres’, ‘l'immigration coûte’, etc. Résultat : les migrants eux-mêmes perdent leur figure humaine dans l'imaginaire collectif, ils ne sont plus que des silhouettes sans réalité (…). Pour que leur humanité soit de nouveau reconnue, pour qu'ils ne soient pas les oubliés de la rénovation politique qui finira bien par venir, il faut casser cette langue de bois. ”

4Après la réduction de l’Autre à l’état de sauvage, la déshumanisation commence désormais par réduire des hommes et des femmes à des chiffres et des logiques comptables. La porte de la barbarie s’entrouvre. Et les “opinions” relèvent moins d’analyses rationnelles que d’un état d’esprit, de présupposés, voire d’une attitude psychologique : la peur plutôt que la raison, le passé plutôt que le futur, l’immobilisme plutôt que le mouvement, la haine plutôt que l’hospitalité, la lâcheté plutôt que le courage. Jean-Christophe Cambadélis résume cette attitude, le 19 mai, face à Marine Le Pen : “Il y a des Noirs et des Maghrébins dans la rue, c'est ça qui vous choque.”

Ce qui dérange

5Le 12 avril sur www.dreuz.info, site “francophone, chrétien, néo-conservateur et pro-israélien”, un certain Hervé Roubaix déplore sans fioritures “les rues où se succèdent les boucheries halal et les vendeurs de kebabs, les femmes majoritairement voilées au marché et à la sortie des écoles“ ou “la transformation, visible à l’œil nu si vous prenez le métro parisien, de l’origine ethnique des passagers (…)”.

6Même un Finkielkraut pleure sur le nouveau visage de Villers-Cotterêts : “Tout le monde s'inquiète de la voir passer au Front national : il faut savoir que la maison du maître d'école a été vendue par la mairie, elle est devenue une mosquée ; le restaurant savoyard est devenu un kebab, la boucherie est devenue halal. Ce sont des situations un tout petit peu inquiétantes...” Un reportage in situ (France24.com, 11 avril) corrige le philosophe. Ajoutons pour le calmer que la meilleure note au bac 2014 vient de… Villers-Cotterêts ! Myriam Bourhai est la fille d’un ouvrier marocain et il est à parier que la famille, sans doute musulmane, ne dédaigne pas se sustenter de kebabs suspicieux (L'Union-L'Ardennais, 5 juillet).

7Au “bruit et à l’odeur” d’antan on ajoute les délits de sale gueule et une défiance pour tout ce qui rappelle une origine – réelle ou fantasmée, culturelle ou religieuse – liée à l’islam. Marine Le Pen jongle avec ses formules méphitiques : “Le fondamentalisme islamiste ne pousse pas dans les prairies normandes" (Europe1.fr, 2 juin). Au FN, explique Valérie Igounet, historienne spécialiste de l’extrême droite, “l'islamophobie supplante l'antisémitisme. La haine est recontextualisée. L'ennemi affiché n'est plus le juif, mais le Français musulman” (Télérama, 3 juin).

8Et le danger est sérieux quand les votes se portent sur un programme qui compare l’immigration à un “fardeau” et prétend que “les Français sont moins bien traités que les étrangers” (Le Monde.fr, 19 mai). La fifille à son papa ne forligne pas quand elle allègue qu’ “il devrait (…) y avoir zéro régularisation” (Des paroles et des actes, 10 avril). Plus de soins, plus d’éducation, plus de régularisations et de naturalisations, exit le droit d’asile et la binationalité. Guerre aux pauvres ! Sans citer Audiard, on reconnaît le FN au fait qu’il ose tout : “Il faut supprimer l’acquisition de la nationalité automatique au motif qu’on naît sur le territoire français” (Le Grand-Rendez-vous Europe 1, i-Télé, Le Monde, le 29 juin).

9La polémique autour des supporters de l’équipe d’Algérie révèle selon Bruno Roger-Petit “le piège médiatique tendu par le FN” (Nouvelobs.com, 30 juin) : ce “débat absurde (…) montre la puissance de frappe politique et médiatique du FN, capable d'imposer ses thèmes dans le débat public, et offre (…) la possibilité d'exhiber la tragique et désespérante nullité des responsables de ce parti, nullité qui prêterait à sourire si elle ne propageait pas la haine et la division entre Français”.

10Le 31 mai, Le Huffington-Post recense “7 techniques de mensonge du FN”, dont : manipuler les chiffres, confondre une corrélation avec une causalité, l'amalgame, le sous-entendu… Le 30 avril, dans Valeurs actuelles, Thomas Eustache en offre une illustration et montre comment fabriquer de “la haine et de la division”. Partant de l’affaire Leonarda, il distille du venin : “La France est particulièrement généreuse pour les étrangers qui s’y installent. Les contribuables en supportent la charge.” L’apprenti sorcier “amalgame”, justement, le particulier et l’universel, et fait ses petits calculs, “oubliant” les cotisations des uns et des autres, les prestations inférieures, les droits qui ne sont pas réclamés, ceux qui sont contestés, les études qui répètent que l’immigration ne coûte ni ne rapporte...

11Il faudrait pourtant ne pas diaboliser le FN (André Gerin, Lyoncapitale.fr, le 25 avril), mais faire montre de raison et de pédagogie (Valérie Igounet, Télérama, le 3 juin). Ce n’est pas ce que pense l’écrivain Mohamed Kacimi sur sa page Facebook : “Ce qui est sidérant, c'est la profonde et criminelle imbécilité de la ‘gauche’ qui a toujours voulu ramener le vote pour le Front national à une crise d'urticaire ou à une saute d'humeur, refusant d'y voir l'expression d'une pensée profondément ancrée dans l'inconscient de cette société et qui est celle de l'extrême droite. Et cela absout à chaque fois le FN de son histoire et de sa généalogie et ses électeurs deviennent du coup de pauvres égarés qui ont voté pour l'extrême droite car ils n'ont pas trouvé le bon chemin, ou qu'ils se sont perdus en cours de route, car le parcours démocratique était mal fléché.”

L’Algérie au travers de la gorge

12Après les succès électoraux du FN, Mohamed Touati, dans L’Expression (Algérie) du 27 mai, le rappelle : “Le nom des Le Pen est étroitement associé à la guerre d'Algérie et à la torture, mais aussi à la haine des immigrés en général et des Maghrébins en particulier.” Il n’a pas fallu longtemps aux groupuscules d’extrême droite, aux nostalgiques de l’Algérie, à Mariani et autres Estrosi pour instrumentaliser les incidents qui ont émaillé les manifestations de joie des supporters de l’équipe algérienne, pour déverser leur haine ou leur mépris quitte… à mentir outrageusement (voir Le Monde du 18 juin : “Algérie-Belgique : quand l'extrême droite fait de l'intox sur Barbès” ; Le Huffington-Post : “Comment l'extrême droite française a surfé sur les incidents” et Le Figaro du 23 juin). Le même jour, sur nouvelobs.com, Amandine Schmitt reprend les propos de Florian Philippot et de Marion Maréchal-Le Pen : “Les incidents autour de la victoire de l’Algérie sont une défaite pour la politique d’intégration menée par l’UMPS.” Marine Le Pen sert la même tisane en demandant “la suppression de la double nationalité en France, jugeant que les incidents après la qualification de l’Algérie pour les 8e de finale du Mondial jeudi soir prouvent l’échec de l’immigration et de l’assimilation” (Le Grand-Rendez-vous Europe 1, i-Télé, Le Monde, 29 juin).

13Pour Farid Yaker, président du Forum France-Algérie, l’extrême droite “attise le feu”, “la plupart des médias et le ministère de l’Intérieur ont reconnu le caractère marginal des débordements de violence dans les manifestations de joie de ces derniers jours. (…) On voit bien que l’extrême droite, qui a des comptes à régler avec l’Algérie et avec les Algériens, instrumentalise la question identitaire” (El Watan, 1er juillet). Il faut lire le savoureux édito “Ces ‘Fennecs’ algériens au passeport français”, signé Jacques-Marie Bourget (mondafrique.com, 29 juin) : “À l’époque précolombienne où je jouais au Racing Club de Paris, grand rival du Stade de Reims, (…) quand Kopa marquait pour les tricolores ou le Real, il arrivait dans les corons que des hommes aux visages dessinés à la poussière de charbon brandissent un étendard polonais. Ou italien si l’auteur du coup au but était Piantoni… (…) Qui a protesté, lors des manifs organisées par le Crif, d’une subite floraison de drapeaux bleu et blanc floqués d’une étoile de David ? (…) Les seuls cris, hurlements et protestations, quand on mélange les passeports comme les cartes avant une belote, viennent de ceux qui détestent l’Algérie et, plus largement, les Arabes. Que des Français ‘pas de souche’ se réjouissent de la victoire du pays de leur grand-père est incompréhensible pour un Finkielkraut. Comme il est le plus intelligent de la bande, vous imaginez qu’à la vision d’un tel spectacle, le cerveau d’un Éric Zemmour ne peut que bouillir dans sa petite marmite crânienne. (...) Pour un Arabe, la minorité doit rester invisible.”

14À ce propos, le défilé du 14 Juillet 2014 rendait hommage aux soldats de la Première Guerre mondiale. Parmi les 80 pays invités, l’Algérie était représentée par trois “malheureux” militaires, en mémoire des “173 000 combattants” venus d’Algérie, dont “23 000” tombés pour la France. (Lepoint.fr, 13 juin). Ni une ni deux, un collectif, Non au défilé des troupes algériennes le 14 Juillet 2014, est bricolé par le député Gilbert Collard et le vice-président du FN, Louis Aliot, rejoints par Mohammed Bellebou, conseiller municipal FN de Perpignan et président de France Harkis, Bernard Coll de l’association Jeune pied-noir et Hervé Cuesta de Non au 19 mars 1962 (Nouvel Obs, 13 juin).

15Opposé à ce collectif et “dans un souci d'apaisement entre la France et l'Algérie”, Mohamed Otsmani, délégué de la liaison nationale des harkis pour la région Paca – l'association qui compte la plus grande communauté de harkis en France –, déclare : “C'est une grande fierté que les Algériens défilent le 14 Juillet, pour la France et pour les harkis’”, et Fatima Besnaci-Lancou, présidente de Harkis et droits de l'homme : “Les deux pays doivent travailler ensemble.”

16“Pourquoi ce qui a été possible dans les relations franco-allemandes ne le serait-il pas pour l’Algérie ?” demande une pétition contre “l’abandon du Musée de l’histoire de la France et de l’Algérie”, destinée à Philippe Saurel, maire de Montpellier : “Il s’agit d’ouvrir de nouvelles perspectives afin que les jeunes générations puissent surmonter les ravages de la guerre des mémoires, puissent comprendre une histoire conflictuelle dans toute sa complexité et ses contradictions, afin d'écrire autrement l’avenir.”

Société réelle et société politique

17Olivier Roy aide à “écrire autrement l’avenir” en expliquant que “le communautarisme est un fantasme que la représentation des banlieues cristallise. Les populations musulmanes ne sont pas communautarisées : pas de représentation nationale, pas de réseau d'écoles confessionnelles, pas de parti politique”. Quant aux “quartiers”, ils “sont bien plus complexes que la caricature que l'on en fait” (Le Monde, 30 mai). Multipliant les exemples de parcours professionnels comme autant de “signes qui montrent que l'intégration fonctionne”, il ajoute : “Les mariages mixtes sont en hausse, et surtout impliquent les filles d'origine musulmane (…). Et les filles n'épousent pas des intellectuels multiculturalistes, mais des gars du coin.” Mieux : “La montée de ces classes moyennes musulmanes commence à impacter la vie politique : vous trouvez aujourd'hui dans toutes les villes des listes avec des noms maghrébins, mais pas de listes communautaires. Tôt ou tard, la société réelle transformera la société politique.”

18Jason Overdorf du Global-Post (Businessinsider.com, 13 juin) montre quant à lui que sans ses étrangers, l’Europe serait un nain footballistique. Alors que “les partis politiques d'extrême droite gagnent du terrain en France et aux Pays-Bas, que la plupart des hooligans de football de l'Allemagne sont maintenant néo-nazis, que la Suisse a voté pour réduire l'immigration (…), quelqu'un a-t-il pensé à la façon dont le renvoi des immigrants affecterait les équipes (…) ?” Cela se solderait par une “hécatombe” pour l’Espagne, l’Italie la Hollande, la Suisse, l’Allemagne et bien sûr la France.

19Le Suisse Xherdan Shaqiri a dû affoler les pense-petit quand il “s’est fait broder trois drapeaux sur ses chaussures : celui de la Suisse, le pays où il a grandi, celui de l’Albanie et celui du Kosovo, le pays dans lequel il est né” (Europe1.fr, 20 juin)

20Côté tribunes, “Comment supporter une équipe nationale dans un monde globalisé ? demande Ludovic Lestrelin (nouvelobs.com, 23 juin). La logique du jeu n’épouse pas nécessairement les contours du chauvinisme.” Et d’évoquer la “partisanerie”, les “allégeances de remplacement”, mais surtout les “multi-allégeances, reflets des histoires migratoires (…), révélatrices de sociétés qui sont tendanciellement de plus en plus cosmopolites”. Mais “il existe des coûts associés à une posture d’émancipation par rapport à l’emprise du fait national. Cela se traduit, notamment, par la difficulté à concevoir qu’il puisse exister des fidélités multiples, que l’on puisse se sentir français tout en soutenant l’équipe de Tunisie”. Au final, il faudrait prendre le football “au sérieux” et se demander : “Qu’est-ce que cela nous dit de notre époque et de notre société ?”

21Le 5 juillet sur i-Télé, Zemmour prédisait la défaite de l’Allemagne, au motif que les Allemands "se sont ouverts... Y a des Turcs, etc. (…) L’Allemagne, elle gagnait que quand il n’y avait que des dolichocéphales blonds”. Zemmour s’est encore trompé. Il faut mieux lire Édouard Glissant. Ou aller taper dans un ballon avec Momo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « L’urne et le ballon rond », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 190-193.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « L’urne et le ballon rond », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2925

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org