Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Xenia

Film grec de Panos Koutras
Anaïs Vincent
p. 202

Texte intégral

1Panos Koutras, réalisateur du cultissime Attaque de la moussaka géante, icône du cinéma queer grec, présentait cette année à Cannes dans la catégorie “Un certain regard” son dernier long-métrage. Xenia est sorti en salle le 18 juin. Il sera disponible en DVD le 5 novembre prochain. Dany et Odysseas viennent de perdre leur mère, immigrée albanaise. D'Athènes, ils partent rejoindre Thessalonique pour retrouver leur père, un Grec qui les a abandonnés et dont ils se souviennent à peine. Si ce dernier reconnaît sa paternité, les deux garçons pourront obtenir la nationalité grecque. En route, ils participent à une émission télévisée populaire de découverte de jeunes talents de la chanson. Les mélodies disco de la diva italienne des années 1970, Patti Ravi, résonnent dans leur sillage. Ce road-movie acidulé témoigne avec ironie de la difficulté de s'intégrer dans une société marquée par le sceau de l'intolérance. Alors qu'ils perdent progressivement l'innocence de la jeunesse, les problèmes identitaires des enfants d'immigrés les saisissent à la gorge.

2Ce récit initiatique nous emmène vers la quête conjointe de leur père, de leurs origines grecques et de la célébrité. Pour fuir leurs agresseurs, ils se réfugient dans une friche, un lieu désaffecté, une sorte d'ancien hôtel : Xenia. Un titre en pied de nez à une société qui ne parvient plus à accueillir l'autre. Dans la Grèce antique, l'hospitalité est un concept majeur. Xenia est une loi respectée par les dieux grecs qui ordonnent d'honorer et d'accueillir les étrangers. Début des années 1990, la Grèce est un pôle d'immigration important après avoir été une terre de départ. Les Albanais qui fuient la pauvreté y trouvent refuge en grand nombre. Odysseas et Dany sont les enfants de ces immigrés, la deuxième génération. Ils sont nés sur le sol grec mais étrangers dans leur propre pays. En Grèce, le droit du sang prévaut sur le droit du sol. Les jeunes hommes doivent donc prouver leur origine grecque pour ne pas être expulsables à leur majorité.

3Le réalisateur a choisi des acteurs non professionnels, Kostas Nikouli et Nikos Gelia, eux-mêmes d'origine albanaise, pour interpréter ses deux héros. Pour lui, il est important d'avoir expérimenté une situation pour la traduire à l'écran. Sujet à la discrimination de la part des deux communautés, Dany assiste à Athènes au lynchage d'Albanais par des extrémistes grecs. Le parti néonazi Aube dorée s'enracine dans le paysage politique. Depuis les dernières élections, deux députés siègent au Parlement européen. Suite à l'assassinat du rappeur anti-fasciste Pavlos Fyssas, les membres de ce parti sont tous à présent sous contrôle judiciaire ou en détention provisoire pour appartenance à une organisation criminelle. Dany est la victime de ces milices fascistes, mais il est également rejeté par une partie de la communauté albanaise homophobe.

4Entre crise économique et tensions intercommunautaires, Panos Koutras dresse un portrait sombre de son pays, théâtre de violences. Dans un clin d'œil autobiographique, il réalise avec humour un pamphlet corrosif contre une société sclérosée par l'intolérance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « Xenia », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 202.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « Xenia », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 16 janvier 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2930

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

01 Juillet 2014

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org