Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États-Unis

Paris, Aux Forges de Vulcain, 2014, 339 pages, 20 €.
Mustapha Harzoune
p. 207
Référence(s) :

Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États-Unis,

Paris, Aux Forges de Vulcain, 2014, 339 pages, 20 €.

Texte intégral

11835. “D’après la loi, le nègre est en tous points l’égal du Blanc ; il a les mêmes droits civils et politiques ; il peut être président des États-Unis ; mais, en fait, l’exercice de tous ces droits lui est refusé, et c’est à peine s’il peut saisir une position sociale supérieure à la domesticité. Dans ces états de prétendue liberté, le nègre n’est plus l’esclave ; mais il n’a de l’homme libre que le nom.”

22014. Après l’assassinat du jeune Michael Brown, une manifestante déclarait en substance : les États-Unis ont peut-être un Président noir, pour autant, le racisme et les mentalités qui vont avec n’ont pas disparu.

3Entre la citation tirée du livre très original par sa forme de Gustave de Beaumont et les émeutes de Ferguson (Missouri), il y a cent soixante-dix-neuf ans. En effet, Marie ou l’esclavage aux États-Unis est publié en 1835, suite au séjour de l’auteur en Amérique en 1831-1832 en compagnie d’Alexis de Tocqueville. Au premier revient le tableau des mœurs américaines, au second, celui des institutions. Tocqueville en a tiré le célébrissime De la démocratie en Amérique, bible des libéraux ; Beaumont s’est chargé de l’étude et des réflexions sur les mœurs et le mode de vie des Américains.

4Un livre original par sa forme d’abord. Beaumont mélange à une fiction un appareil de notes et de statistiques digne du plus strict essai de sociologie, auquel il ajoute trois appendices portant sur l’esclavage, la religion et la condition indienne. Le roman narre, dans un style et avec des émois d’un autre siècle, mais dans une langue bien plus dense que le clair bouillon littéraire qui est parfois versé aujourd’hui, les péripéties de Ludovic, jeune Français débarqué en terre américaine. Ludovic tombe amoureux de Marie. Elle est la fille d’un sévère presbytérien, Daniel Nelson, et sœur d’un révolté, Georges ; et pour cause. Marie, comme son frère, est blanche et pourtant noire. Une goutte de sang (l’hypodescendance ou le “one drop rule”) suffit à la renvoyer à sa condition de Noire, ci-devant esclave. L’esclavage peut être condamné, aboli même, comme dans les États du Nord, les préjugés persistent et règlent l’organisation de la société. Pour qu’il puisse épouser sa fille, Nelson exige de Ludovic qu’il fasse un voyage d’initiation à travers le pays, histoire qu’il sache ce qui l’attend s’il persiste dans son désir. Tel est le prétexte ou le procédé littéraire choisi par l’auteur pour faire découvrir cette société américaine aux lecteurs français.

5Et c’est ici l’autre particularité de ce livre pour le coup inestimable : sa force d’observation se double d’une dimension prophétique, à tout le moins visionnaire. Ce texte écrit au cours de la première moitié du XIXe siècle conserve une sacrée dose de pertinence pour appréhender la société américaine, son matérialisme, ses mœurs et son substrat religieux, le statut des minorités et la question raciale abordée ici sous l’angle des populations noires et indiennes, la place de l’argent et de l’industrie, jusqu’à certains traits psychologiques ou comportements.

6Beaumont pointe “le paradoxe américain”, comme l’écrit en postface l’universitaire Laurence Cossu-Beaumont, “celui de la liberté sacrée dans les textes fondateurs et bafouée dans la réalité des pratiques sociales”. L’étude de Beaumont reste d’une impressionnante lucidité sur ce mal qui est de “ceux qui ne se guérissent que par les siècles” : “l’obstacle éternel au mélange des races”, cette “grande plaie de la société américaine”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États-Unis », Hommes et migrations, 1307 | 2014, 207.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Gustave de Beaumont, Marie ou l’esclavage aux États-Unis », Hommes et migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 16 janvier 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2966

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org