Navigation – Plan du site
Dossier

Le touriste, le migrant et la fable cosmopolite

Mettre en tourisme les présences migratoires à Paris
Amandine Chapuis et Sébastien Jacquot
p. 75-84

Résumé

À l’instar des grandes métropoles cosmopolites comme Londres, New York ou Montréal, Paris commence à inscrire ses quartiers de migration dans ses parcours touristiques. À grand renfort de communication institutionnelle, les itinéraires proposés se diversifient, conduisant les touristes à la rencontre des populations immigrées de la capitale. Face à des visites nourries de clichés exotiques, des associations tentent de se réapproprier l’histoire de cette présence migratoire et la mise en tourisme de ces quartiers.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Représenter les quartiers d’immigration
Faire l’expérience d’un Ailleurs enchanté
De l’exotisme au cosmopolitisme
Des communautés migratoires actrices de la mise en tourisme
Chinagora, auto-exotisation et circulation de capitaux
Promenades urbaines et mise en récit des expériences migratoires
Dire des parcours personnels
Mettre en tourisme la France postcoloniale ?
Politique(s) de l’ancrage

Aperçu du début du texte

Et vous pensiez que tout était affaire de bérets, de baguettes et de bistros… ? Pour sûr Paris est et restera française. Mais Paris ville-monde vibre aujourd’hui à un rythme bien plus international, celui d’une ville diverse, dynamique et multiculturelle.” Le guide Lonely Planet décrit désormais en ces termes l’une des toutes premières destinations touristiques mondiales, rompant avec les stéréotypes de l’imaginaire touristique parisien. À l’heure où triomphe l’idée de la métropole créative, forte de sa diversité culturelle, nombreuses sont les villes qui mettent en avant le dynamisme de leurs communautés migratoires comme témoignages de la vitalité de leur insertion au cœur des réseaux économiques et culturels de la mondialisation. Londres, New York, Sydney, Montréal, Singapour n’hésitent pas à faire de leurs “quartiers ethniques” relookés les symboles matériels de ce nouveau cosmopolitisme et les pierres angulaires d’un marketing urbain visant à attirer les touristes internationa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Chapuis et Sébastien Jacquot, « Le touriste, le migrant et la fable cosmopolite  », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 75-84.

Référence électronique

Amandine Chapuis et Sébastien Jacquot, « Le touriste, le migrant et la fable cosmopolite  », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2999 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2999

Haut de page

Auteurs

Amandine Chapuis

Chercheure post-doc, université Paris-Est.

Sébastien Jacquot

Maître de conférences, université de Paris-I.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org