Navigation – Plan du site
Dossier

Les dessous de la Ville-lumière

Fantasmes et nausée littéraires des étudiants africains à Paris (1945-1975)
Nicolas Treiber
p. 151-158

Résumé

Pour les étudiants africains qui l’ont arpentée depuis les années 1930, la Ville-lumière semble constellée de zones d’ombre. Paris, la capitale mondiale des arts et des lettres de l’après-guerre qui attire les artistes de tous horizons, est aussi celle d’un empire colonial. Aussi, dans certains espaces de la ville relève-t-on les marques de la colonisation. Des traces dans l’espace, dans les relations humaines dont certains écrivains comme Ousmane Socé, Aké Loba, Cheikh Hamidou Kane ou Saïdou Bokoum nourrissent leur premier roman, dressant de Paris un portrait en clair-obscur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Dans les miroitements de la Ville-lumière
Une hétérotopie colonisante
Un triangle des Bermudes
Vertiges du déclassement social
Le royaume de l’artifice
L’épreuve de la nausée
Le bas-ventre de Paris
Dans la moiteur des édicules
Le terreau du racisme postcolonial
Conclusion

Aperçu du début du texte

"Ô toi qui voyages je te donne un conseil, prends-le aussitôt / Vois ce qui te convient avant de vendre et d’acheter ", Ya Rayeh, Dahrmane el Arachi.

Paris est un pôle d’attraction symbolique qui sécrète sa propre mythologie. Si l’on en croit l’un de ses arpenteurs minutieux, Walter Benjamin, sa topographie même est un palimpseste de toutes les écritures qu’elle a su éveiller, concentrer, et qu’elle conserve dans la moindre de ses ruelles. “Paris est la grande salle de lecture d’une bibliothèque que traverse la Seine.” On imaginerait volontiers des rangées interminables de beaux-livres tout à la gloire de la capitale française dont le rayonnement international n’est plus à prouver. Mais l’entrée dans cette grande bibliothèque urbaine au tournant des indépendances, sous la conduite des auteurs africains, dévoile un autre parcours, une autre réalité : un apprentissage de la ville dont il s’agit d’interroger le fonctionnement au prisme de l’imaginaire colonial.

Durant la période colonia...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Treiber, « Les dessous de la Ville-lumière », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 151-158.

Référence électronique

Nicolas Treiber, « Les dessous de la Ville-lumière », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3018 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3018

Haut de page

Auteur

Nicolas Treiber

Doctorant en littérature, université d’Aix-Marseille-I.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org