Navigation – Plan du site
Dossier

Paris, capitale des exils littéraires

Mustapha Harzoune
p. 161-167

Résumé

Le 13 octobre 2014, à la BNF, Jake Lamar, Nancy Huston et Elisabeth Niggemann étaient invités pour une rencontre autour de “Paris, capitale des exils littéraires : entre ici et ailleurs”. Exil choisi et plutôt heureux pour les deux premiers, exil contraint pour d’autres, car Paris fut aussi une ville refuge pour les persécutés du monde, écrivains ou non.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Paris, capitale d’une “autre Allemagne”
Paris, capitale des arts et des lettres
Paris, Ville-monde
Écrire en exil
Regards croisés
Paris, “Tout-Monde”

Aperçu du début du texte

Pour la seule seconde moitié du XXe siècle, Paris a hébergé des dissidents des pays de l’Est, des exilés, chiliens ou argentins, des intellectuels algériens des années 1990 et tant d’autres… Paris reste une ville refuge même si, depuis des années, les politiques d’asile devenant plus restrictives, la fragilité du demandeur d’asile ne fait qu’augmenter. Le 13 octobre dernier, au Sommet du livre, Nancy Huston le rappelait : “Nous savons qu’il y a des gens dans cette situation aujourd’hui en France, et qui peuvent se trouver complètement exaspérés, désespérés par les maisons qui rendent fous que sont les diverses formes de l’administration française.”

Reprenant la distinction d’Herta Müller, prix Nobel de littérature 2009, entre exil choisi et exil subi, Élisabeth Niggemann souligne : “Il y a une grande différence quand vous ne pouvez pas rentrer.” C’est ce qu’écrivait Klaus Mann dans Le Tournant : “Peut-on dire que nous étions des émigrés volontaires ? Pas tout à fait. Nous ne pouvions...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Paris, capitale des exils littéraires », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 161-167.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Paris, capitale des exils littéraires », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3019 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3019

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org