Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Jean-Paul Gourévitch, Les Migrations pour les nuls

Paris, Editions First, 2014, 22,95 €.
Catherine Guilyardi
p. 190-191
Référence(s) :

Jean-Paul Gourévitch, Les Migrations pour les nuls,Paris, Editions First, 2014, 454 pages.

Texte intégral

1Dans la collection “pour les Nuls”, cet ouvrage propose de retracer en 454 pages les migrations d’hier, d’aujourd’hui et de demain, de définir les termes, de montrer les flux et d’expliquer la géopolitique des déplacements, ainsi que la quantité et la “qualité” des migrations. Jean-Paul Gourévitch, auteur prolifique (son dernier ouvrage porte sur la littérature jeunesse), est présenté sur la couverture comme “consultant international sur l’Afrique et les migrations” et se présente lui-même, dans l’introduction, comme ayant “le souci constant de faire le point sur des sujets mal connus ou sensibles et de lutter contre la désinformation d’où qu’elle vienne”. Il s’est fait connaître, sur le sujet, pour ses livres La Croisade islamiste et L’immigration ça coûte ou ça rapporte ? (Larousse, 2009), cités en références par Marine Le Pen.

2La lecture de ce gros livre, proposé par Gourévitch aux éditions First, met mal à l’aise. Alors que l’auteur préconise la prudence en matière de chiffres, “compte tenu des incertitudes statistiques (…), les chiffres qui seront présentés dans les chapitres suivants sont à consommer avec modération”, il se lance dans la longue démonstration d’un “surcoût” de l’immigration de 8,9 milliards d'euros par an pour le budget de la France, puis tente de chiffrer le retour sur investissement de la rénovation des quartiers sensibles ou des subventions aux associations antiracistes.

3Pour le “citoyen responsable” que ce livre voudrait aider à “construire sa propre opinion en connaissance de cause”, il est difficile de comprendre ce qu’il faut retenir tant il y a de chiffres, de faits, de graphiques ou d’anecdotes, sans contextualisation ni sources, dans la plupart des cas. Ses sources, l’auteur les donne peut-être dans sa longue liste de remerciements où se trouvent, pèle-mêle, le Musée de l’immigration [sic], la Cour des comptes, le Gisti, la Maison des esclaves de Gorée, l’Ascé ou “l’ex-Fasild” devenu… l’Acsé.

4Pourquoi taire, par exemple, la source de ce chiffre étonnant de 594 697 euros, coût estimé de la famille de Leonarda “aux contribuables” selon des “analyses de la presse”. Le calcul vient du Figaro et il est facile à trouver sur le site de l’association Contribuables associés, à laquelle Gourevitch contribue régulièrement. Quel sens cela a-t-il, ensuite, que l’auteur propose son propre chiffre, “plus modeste”, prenant en compte le “ravitaillement en cigarettes par le comité des sans-papiers” ?

5Dans une interview au site de Riposte laïque, Gourevitch disait : “En matière d’immigration, par exemple, la quasi-totalité des experts se sont trompés1.” Dans Les Migrations pour les Nuls, il montre, aussi, sa méfiance vis-à-vis des médias, taxant certains d’“officiels” ou d’“immigrationnistes”, sans guillemets. C’est “un ouvrage sérieux sans être pesant”, affirme l’auteur, qui introduit des “récréations” telles un “bêtisier des migrations” (annexe B), liste de citations pour “donner à réfléchir”. Premier par ordre alphabétique, les rappeurs AMER commencent avec “J’ai envie de dégainer sur ces faces de craie”. Wihtol de Wenden (Catherine) finit avec : “Il est erroné de dire ‘Si vous ne voulez pas de Marocains, prenez leurs tomates’, car on a à la fois les tomates et les Marocains”). Dans cette liste, tout est placé au même niveau, des propos de la chercheuse, sans aucune contexte, à la petite annonce de N’guéyé (Mamadou), un “mage vaudou”, qui propose la “réparation de votre PC par télépathie”.

6Le manque de références, l’inexactitude des termes et les amalgames entre islam et islamisme ou étranger et descendant d’immigrés, sont encore plus gênants dans le chapitre intitulé “Dix débats de fond pour comprendre les migrations”. À la question “La délinquance est-elle le corollaire de l’immigration ?”, l’auteur propose des arguments pour et contre. Premier argument pour : “Les statistiques carcérales sont éloquentes. Il y a surreprésentation des étrangers et plus particulièrement des étrangers musulmans dans les prisons. La preuve par les nombreux imams qui y professent. Premier argument contre : “Il ne faut pas confondre la petite délinquance, visible au quotidien et dont on peut admettre qu’elle est majoritairement d’origine étrangère, avec la grande délinquance dans laquelle étrangers et immigrés sont peu ou pas de tout représentés.”

7Comment un tel ouvrage a-t-il pu paraître ? La maison d’édition, qui ne répond pas à nos appels, a simplement déclaré au Monde : “L'auteur est un spécialiste du sujet, il est consultant international. Gourévitch explique, dans une interview au NouvelObs.fr, que l’ouvrage a été peu corrigé, faute d’éditeur spécialisé. La présence de coquilles grossières, comme “crote” au lieu de croate ou “Essel” pour Stéphane Hessel, suggère que le livre n’a pas été relu du tout.

8Dans un débat si polémique, où nombre de questions sont difficiles à trancher, faute de statistiques ou parce que les migrations recouvrent des réalités complexes, pourquoi avoir choisi un auteur critiqué pour ses positions sur le sujet, estampillé par certains à l’extrême droite ? Le livre est introuvable sur le site www.pourlesnuls.fr mais on le trouve sur Amazon, qui précisait, fin septembre, que “les clients ayant acheté cet article [avaient] également acheté” : Comprendre l’Empire d’Alain Soral, Pour en finir avec l’idélogie antiraciste de Paul-François Paoli et L’Allemagne disparaît de Thilo Sarrazin, qui écrit : “Soumise à des influences islamistes, autoritaires et anti-démocratiques, [la] communauté musulmane dont le nombre croît très fortement, pourrait devenir une menace directe pour l'avenir du style de vie allemand.”

9La lecture des Migrations pour les Nuls provoque, au mieux, une grande confusion sur un sujet complexe, au pire, l’impression que l’auteur veut faire passer ses idées sans l’afficher ouvertement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Guilyardi, « Jean-Paul Gourévitch, Les Migrations pour les nuls », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 190-191.

Référence électronique

Catherine Guilyardi, « Jean-Paul Gourévitch, Les Migrations pour les nuls », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3033

Haut de page

Auteur

Catherine Guilyardi

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org