Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Ian Coller, Une France arabe 1798-1831. Histoire des débuts de la diversité

Paris, Alma Editeur, 2014, 29 €.
Catherine Guilyardi
p. 192-193
Référence(s) :

Ian Coller, Une France arabe 1798-1831. Histoire des débuts de la diversité, Paris, Alma Editeur, 2014, 381 pages.

Texte intégral

1En 1811, les immigrés égyptiens qui avaient suivi les troupes napoléoniennes vaincues, en 1801, ont enfin le droit de quitter Marseille, où ils furent cantonnés dix ans, et Melun, où se trouvaient leurs casernes, pour s’installer à Paris. L’Égypte pacifiée et stabilisée n’est plus un enjeu militaire et Napoléon souhaite utiliser ces immigrés éduqués (pour la plupart), afin d’entretenir de bons rapports diplomatiques avec le nouvel émir.

2Dans les chapitres 3 et 4 de son livre au titre prudent “Une” France arabe, l’Australien Ian Coller retrace la topographie de ce Paris arabe d’avant la période coloniale, un “espace jamais nommé”. Venu en France en 2003 pour faire cette “enquête” historique sur ce qu’il nomme “un monde englouti”, le jeune historien retrouve des sources précieuses dans les archives de l’armée à Vincennes, des centaines de lettres adressées aux autorités françaises, dont beaucoup en arabe, écrites par ces premiers “Arabes” de France : Égyptiens, Libanais, Syriens, musulmans mais aussi chrétiens. Les deux chapitres développant leur présence dans la capitale, de 1810 jusqu’à la Restauration, dressent le portrait de plusieurs personnages et tentent, à partir de ces individus et de leur interaction avec leur entourage, de reconstruire le monde dans lequel ils évoluent. Ce sont souvent des personnages hauts en couleur, dissemblables – parfois en opposition ouverte –, mais réunis dans une même “communauté” (l’auteur se revendique de la définition de James Clifford). Ce sont, écrit l’auteur, “des existences disparates reliées par un espace dans lequel elles évoluent constitué de la langue arabe et de l’islam, et de l’adaptation de ces deux points communs entre ces individus à la France en pleine transformation elle-même”, de la Révolution à l’expansion coloniale, et grâce au développement de l’industrie et du commerce.

3En 1810, Paris est le cœur de l’Empire, considéré comme “la nouvelle Rome” et la “capitale des Lumières”. Le jeune Champollion y fréquente quelques figures du Paris arabe, notamment Rufa’il Zakhur, prêtre syrien, traducteur personnel de Napoléon lors de sa campagne d’Égypte, nommé en exil professeur auxiliaire d’arabe vulgaire de l’École des langues orientales de Paris, créée en 1795. L’homme servira de modèle au peintre David pour son moine d’Orient au capuchon rouge, présent aux côtés de l’Empereur dans le Sacre de Napoléon. L’iconographie de l’époque – gravures, lithographies et peintures – tient une place de choix dans l’ouvrage de Ian Coller, montrant souvent ces Arabes de France sous les traits des pittoresques mamelouks qui rallièrent Napoléon et fuirent l’Égypte. Mais l’auteur montre aussi que la présence de ces hommes paraît normale dans les rues et les parcs parisiens. Plusieurs centaines d’Orientaux se trouvent en France au début du XIXe siècle, peut-être un millier, selon l’auteur, et ils ne sont pas de passage, mais bien installés.

4Ils arrivent progressivement à Paris et ne sont pas cantonnés à un seul quartier. Les moins favorisés (ceux qui recevaient la pension de l’État la plus faible) choisissent les alentours du Louvre, alors un quartier pauvre, à deux pas de l’obélisque de la Concorde, “le plus ancien monument de Paris”, rappelle astucieusement Ian Coller. Les plus aisés, soit parce qu’ils occupaient – chose rare – un emploi, soit parce que la pension qu’ils reçoivent est élevée (due à leur importance sociale ou/et à celle de leur progéniture) peuvent vivre dans le XVIe arrondissement, comme par exemple Georges Aïdé, monté de Marseille en 1810, avec ses nombreux enfants. Aïdé est un “notable” de la communauté à Marseille, et tient à le rester à Paris. Une violente altercation avec un des membres de cette communauté disparate composée de lettrés, de religieux, d’anciens soldats ou de commerçants est consignée dans les lettres conservées dans les archives de l’armée, que l’historien a ressorties avec émotion des cartons. Ce différend entre Aïdé et Joubran Mehanna, visible aussi dans le registre de police 1806-1811, permet de comprendre le réseau de relations qu’entretenaient ces Arabes de Paris entre eux et avec les Français, ou tout du moins avec les autorités françaises. Les lettres sont adressées au ministre de la Guerre, chargé de régler la dispute survenue après le refus du plus aisé, Aïdé, d’aider le moins établi. Cet incident, nous explique Ian Coller, illustre la confrontation de deux attitudes opposées dans l’exil : “Aïdé se montrait outragé devant ‘l’imagination exaltée’ de Joubran, ce qui laisse entendre qu’il envisageait le comportement asocial de cet homme plus jeune que lui comme l’expression de son refus d’envisager le monde comme structuré par les coutumes, les normes propres à la communauté. Ce conflit d’identités, me semble-t-il, est crucial pour comprendre la violence de cette rencontre. Joubran semblait se vivre comme un Arabe ayant adopté l’identité parisienne.” Il se voulait un “citoyen cosmopolite d’un nouveau genre”, explique l’historien, mais, dans le besoin, Joubran se retourne pourtant vers un des notables de cette communauté qu’il veut fuir. Cet incident marque aussi la frustration d’une communauté qui peine à s’établir dans un régime où les réseaux importent plus que le mérite.

5Ce paysage parisien connaît une fin brutale en 1815, après le massacre à Marseille d’Égyptiens, ou de tous ceux dont le visage fait penser qu’ils le sont, en représailles à leur soutien à l’Empereur déchu et exilé après sa défaite de Waterloo, le 18 juin 1815. Cette “présence” arabe disparaît de la mémoire collective, le sujet de leur influence sur la société locale devenant un “éléphant dans le salon français”. Leur disparition fait la place, dans la construction de la mémoire, aux immigrés issus de la conquête de l’Algérie, de la colonisation, puis de la décolonisation. Dans ce livre passionnant, Ian Coller rappelle que ceux-ci ne furent pas les premiers Arabes à interagir avec la société française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Guilyardi, « Ian Coller, Une France arabe 1798-1831. Histoire des débuts de la diversité », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 192-193.

Référence électronique

Catherine Guilyardi, « Ian Coller, Une France arabe 1798-1831. Histoire des débuts de la diversité », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3035

Haut de page

Auteur

Catherine Guilyardi

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org