Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Peggy Derder, Idées reçues sur les générations issues de l’immigration

Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 18 €.
Catherine Guilyardi
p. 194
Référence(s) :

Peggy Derder, Idées reçues sur les générations issues de l’immigration, Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 173 pages.

Texte intégral

1Peggy Derder, spécialiste d’histoire contemporaine et enseignante, répond à 16 idées reçues sur ceux qui, nés en France d’un ou deux parents ou grands-parents immigrés, se trouvent “figés dans un rapport d’extranéité (…) bien que le statut d’immigré ne soit pas héréditaire”. Les descendants d’immigrés sont-ils en échec scolaire ou responsables de la délinquance ? Déracinés ? Refusent-ils de voter ? Subissent-ils davantage de discriminations que leurs parents ? Plus souvent au chômage que le reste des actifs ? L’auteure, actuellement responsable de l’action éducative du Musée de l’histoire de l’immigration, se demande aussi si “les générations issues de l’immigration n’ont pas intégré le monde des arts et de la culture”. Basé sur des études sociologiques et statistiques récentes, telle l’enquête TeO sur la diversité des populations en France menée par l’Ined et l’Insee en 2008-2009, ce livre s’attache à utiliser les termes exacts. Pourquoi qualifie-t-on toujours ces enfants de “jeunes” ? “La jeunesse ne s’éternis[e] pas ! prévient Peggy Derder. La présence de descendants d’immigrés de plus en plus âgés composera le nouveau visage de la société française à l’avenir”. En quelques pages seulement, elle répond à des idées simples qui méritent clarification, telle que “le regroupement familial est la première source d’immigration”, ou plus complexes comme le supposé regain de religiosité ou un taux de délinquance supérieur chez les descendants de Maghrébins et d’Africains. Si elle parle de toutes les vagues d’immigration, montrant la permanence de certains clichés, elle ne noie pas le poisson, comme dans le chapitre sur l’attitude religieuse : “Autant poser la question sans détour, c’est bel et bien la place de l’islam dans la société (…) qui est considéré comme un problème.” L’auteur regrette, cependant, faute de statistiques ethniques, l’impossiblité d’appréhender une “vue d’ensemble exhaustive” comme, par exemple, sur la communauté musulmane en France. Son but, que l’on devine proche de celui du musée d’histoire de l’immigration – “faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France”, ne l’empêche pas de confirmer certaines idées reçues. Le mariage forcé concerne en premier lieu les filles d’immigrés mais il s’agit d’une toute petite minorité et les générations suivantes sont peu touchées. Elle oppose aussi des sources comme les travaux du chercheur Hugues Lagrange (CNRS), qui affirme que, dans un contexte de relégation sociale, “les valeurs traditionnelles et familiales des pays d’origine en sont plus prégnantes et pérennes”, aux réponses de Patrick Simon et Vincent Tiberj (TeO) pour qui “ces musulmans plus religieux que leurs parents se trouvent dans toutes les catégories sociales ou niveaux d’éducation”. Malgré la difficulté – et son refus – de tracer un portrait global de ces “jeunes” issus de l’immigration, Peggy Derner nous montre que l’origine de leurs parents n’est qu’un, et un seul, des critères de choix et de comportements pour les descendants d’immigrés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Guilyardi, « Peggy Derder, Idées reçues sur les générations issues de l’immigration », Hommes et migrations, 1308 | 2014, 194.

Référence électronique

Catherine Guilyardi, « Peggy Derder, Idées reçues sur les générations issues de l’immigration », Hommes et migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3037

Haut de page

Auteur

Catherine Guilyardi

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org