Navigation – Plan du site
Dossier

“Family values”

La dépendance aux transferts de fonds et le dilemme du retour au pays à un âge avancé
Alistair Hunter
p. 117-125

Résumé

D’une manière assez inattendue, la majorité des travailleurs immigrés originaires d’Afrique du Nord et d’Afrique de l’Ouest logés dans les foyers ne voient pas dans la retraite l’occasion d’un retour définitif dans leur pays d’origine. Une approche croisant le genre, l’âge, la génération et l’origine ethnique permet de comprendre la façon dont ils vieillissent en foyer. Qu’ils affirment leur rôle de chef de famille à distance ou, au contraire, que l’évolution des structures familiales en leur absence vienne à diminuer leur influence, ces hommes sont contraints d’habiter un entre-deux.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je voudrais remercier Audrey Langlassé pour son assistance en ce qui concerne la traduction et la relecture-correction. Je remercie également l’ESRC (Economic and Social Research Council, Royaume-Uni) pour avoir financé les recherches présentées ici (subvention n° PTA-031-2005-00223).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Contextualisation des flux migratoires et des régions d’origine
La dépendance aux transferts de fonds après la retraite
Relations familiales et rôles genrés
L’absence prolongée déstabilise le modèle familial patriarcal
Remote control” : l’exercice du pouvoir à distance
La retraite ou l’âge de l’influence
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au tournant du XXIe siècle, la France comptait environ 80 000 travailleurs migrants de sexe masculin répartis dans quelque 700 foyers à travers tout le pays. 63 % d’entre eux étaient originaires d’Afrique du Nord et 28 % d’Afrique de l’Ouest. Si ces foyers continuent d’opérer, ce n’est pas, mis à part quelques exceptions, parce que les jeunes migrants ont remplacé leurs aînés. Au contraire, la grande majorité des résidents actuels de ces foyers ont “vieilli dans les murs”. En 2005, l’âge moyen des résidents était 55 ans ; en 2013, un résident sur trois était âgé de plus de 65 ans, avec au total environ 35 000 immigrés vieillissants.

Une fois à la retraite, et à la surprise générale, tant des responsables politiques français et du gouvernement du pays d’origine que des familles de ces hommes, de nombreux résidents ne sont pas allés rejoindre définitivement leur femme et leurs enfants restés au pays. Au lieu de rentrer chez eux, la majorité des résidents retraités circulent régulièreme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alistair Hunter, « “Family values” », Hommes et migrations, 1309 | 2015, 117-125.

Référence électronique

Alistair Hunter, « “Family values” », Hommes et migrations [En ligne], 1309 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3092 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3092

Haut de page

Auteur

Alistair Hunter

Chercheur post-doctorant à l’université d’Edimbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org