Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Hanan el-Cheikh, La Maison de Schéhérazade

Traduit de l’arabe (Liban), Stéphanie Dujols, Actes Sud/Sindbad, 2014, 380 pages, 23 €
Mustapha Harzoune
p. 210
Référence(s) :

Hanan el-Cheikh, La Maison de Schéhérazade, Traduit de l’arabe (Liban) par Stéphanie Dujols, Actes Sud/Sindbad, 2014, 380 pages, 23 €.

Texte intégral

“– Comme j’aimerais que tu te rases la barbe et que ton visage soit lisse comme une prune…

Aussi irrité par ce qu’il vient d’entendre qu’émoustillé par ses caresses, Baqbouq objecta :

– Si je me rase la barbe, tout le monde se moquera de moi au marché. Non, non, je ne veux pas faire ça !

Mais, attrapant sa main, la femme lui fit toucher son visage.

– Sens-tu comme ma peau est délicate ? Ne dirait-on pas un pétale de fleur ? Elle est si sensible qu’une petite brise l’éraflerait. Alors imagine ce que pourrait ta barbe en s’y frottant, quand tu m’embrasseras, me lécheras, me serreras contre toi…”

1Dans Le Monde du 19 janvier 2015, l’écrivain Abdellah Taïa interroge : Pourquoi un peuple qui a fait [des Mille et Une Nuits] le rival du Coran se comporte-t-il comme s’il ne l’avait pas lu ?” Hanan el-Cheikh partage, semble-t-il, le questionnement de son jeune confrère. La romancière libanaise, installée à Londres, propose avec cette Maison de Schéhérazade, de relire, via une adaptation pour le théâtre, quelques contes et poèmes extraits de ces Mille et Une Nuits. La sélection fait sens et offre aux lecteurs contemporains – cadeautés il y a peu de la traduction de Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel – une adaptation tout à l’honneur des femmes. Puisant dans l’histoire et le patrimoine littéraire de la civilisation musulmane – et oui ! Tant pis pour la doxa d’Occident et les barbichettes courroucées d’Orient – Hanan el-Cheikh en extrait des figures de femmes indépendantes, entreprenantes, intelligentes, spirituelles, aimantes, des corps libres, disposés à aimer et à être aimés. La civilisation musulmane – plutôt que l’islam religion – est bien loin ici du triste spectacle offert par quelques contemporains. Elle est ludique, joyeuse, sensuelle, rafraîchissante et raffinée. On y jouit des corps et des fruits de la vigne :

“Elle se servit un verre, puis offrit à boire aux autres. Le portefaix avala son verre d’un seul trait.

– À ta santé ! lança la portière.

Le portefaix lui prit la main et la baisa, avant de réciter : ‘Ne partage ta coupe qu’avec un homme de confiance / Un homme au cœur pur et de noble ascendance / Le vin est comme le vent / Une senteur de parfum le bonifie / Une puanteur de charogne l’avarie.’ Tous les quatre se mirent à boire verre sur verre.”

2On y savoure aussi le verbe. Le verbe ! Celui d’une femme. Celui du désir opposé à la loi. Celui aussi qui brise le silence imposé. Celui enfin qui s’oppose à la violence exercée par l’époux ou le despote.

“– Regardez combien d’alliances j’ai dans cette bourse : quatre-vingt-dix-huit. Savez-vous d’où elles viennent ?

– Non, nous l’ignorons, firent les deux rois.

– Eh bien, ce sont celles des quatre-vingt-dix-huit hommes avec lesquels j’ai couché. Et voilà, maintenant ça fait cent ! Cent hommes qui m’ont prise à la barbe de ce djinn répugnant qui ronfle comme une scie à bois, croyant que je n’appartiens qu’à lui. Il me garde enfermée dans une caisse au fond de la mer ! Mais c’est un imbécile : il ne sait pas que lorsqu’une femme veut quelque chose, personne ne peut l’empêcher de l’obtenir, fût-elle emprisonnée au fond d’une mer déchaînée et surveillée par un démon jaloux.”

3Hanan el-Cheikh rappelle ici que les voix féminines qui résonnent dans cette Maison de Schéhérazade, en invitant à briser la domination ou à s’en jouer, ouvrent aussi une fenêtre sur l’exigence démocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Hanan el-Cheikh, La Maison de Schéhérazade », Hommes et migrations, 1309 | 2015, 210.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Hanan el-Cheikh, La Maison de Schéhérazade », Hommes et migrations [En ligne], 1309 | 2015, mis en ligne le 22 juillet 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3129

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org