Navigation – Plan du site
Dossier

Récit de vie, tissu d’ailleurs

Des enjeux du wax et des populations noires en France
Anne Grosfilley
p. 35-43

Résumé

Un pont tissé entre l’Afrique et l’Europe. C’est la destinée du wax, tissu créé par des fabriques hollandaises pour leurs colonies d’Asie, qui va inonder le marché africain à partir de la fin du XIXe siècle. Cette étoffe devenue africaine est tout à la fois un élément essentiel des garde-robes des femmes, en Afrique ou ailleurs, un marqueur identitaire et un support artistique qui se prête à toutes les inventions des créateurs. En France, son intégration dans l’espace social reflète la diversité de celles qui le portent. Autant de motifs, en somme, qu’il y a de parcours.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le wax et ses enjeux identitaires
Wax versus vêtements occidentaux 
Le tissu de la fête et de la maison
L’achat du wax et l’image du produit
Les lieux de vente du wax en France
Le port traditionnel, code de la femme respectable
Une mode africaine très dynamique
Des créateurs africains à Paris
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’omniprésence d’étoffes chamarrées dans les tendances ethnic-chic de la mode occidentale donne des couleurs d’Afrique aux magazines de papier glacé. Cependant, la célébration de l’imprimé africain appelé “wax”, d’Agnès b. à Jean Paul Gaultier, n’a pas entraîné une uniformisation de ses usages en France, ni africanisé le prêt-à-porter français de manière générale. En outre, il existe une perception différente entre le wax porté par les populations blanches et noires. Une étude de terrain menée auprès d’immigrés d’Afrique de l’Ouest et du Centre vivant en région parisienne, à Nice et à Nantes met en exergue le fait que le wax est un terme générique désignant un type d’étoffe. À travers ses différentes qualités, ses dessins, ses couleurs et la façon de le porter, il devient polysémique. Les divers usages du wax traduisent une pluralité de rapports complexes avec ce tissu, dans un ancrage culturel et familial. Le rapport intime et personnel avec le wax devient un prisme d’analyse qui r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Grosfilley, « Récit de vie, tissu d’ailleurs », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 35-43.

Référence électronique

Anne Grosfilley, « Récit de vie, tissu d’ailleurs », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3148 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3148

Haut de page

Auteur

Anne Grosfilley

Ethnologue.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org