Navigation – Plan du site
Dossier

L’antagonisme de la figure de l’étranger dans les formations de la mode

Nicolas Divert
p. 61-69

Résumé

Les différents métiers qui font vivre l’industrie de la mode s’appuient sur une offre pléthorique de formations. Parfois présenté comme étant en déclin, ce secteur véhicule aussi un imaginaire positif fort porté par les métiers de la création. Du lycée professionnel à l’école de stylisme, des étudiants étrangers sont formés mais leurs trajectoires scolaires varient considérablement. En jeu, les clivages persistants entre les emplois de production et les activités de création, auxquels s’ajoutent d’autres types de discriminations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les élèves étrangers stigmatisés dans les formations ouvrières en déclin
Une offre de places excédentaire
Gestion des flux scolaires, hiérarchie des diplômes et des élèves
Les effets d’une industrie en crise
Quand l’étranger est une ressource
Une offre de formation mondialisée
Le recrutement international des écoles supérieures de mode
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le lien entre la mode et la France incarné par le slogan “Paris, capitale de la mode” remonte à la fin du XVIIe siècle, lorsque Paris s’impose progressivement comme le siège du raffinement et du prestige. Les guides touristiques du XIXe siècle relaient la place spécifique de Paris dans la mode devenue une activité économique et une pratique sociale dont le cadre dépasse les frontières nationales. L’influence de l’Anglais Charles Frederick Worth illustre parfaitement cette dynamique puisqu’il s’installa à Paris en 1858 pour ouvrir sa propre maison de couture, et depuis, il est présenté comme l’inventeur de la haute couture.

Depuis 1945, l’utilisation de l’expression “haute couture” est réservée aux entreprises situées en France répondant aux différents critères définis conjointement par la Chambre syndicale de la haute couture et le ministère de l’Industrie, de sorte que l’État français est un allié essentiel dans le contrôle du rayonnement de ce secteur. Ce faisant, la mode s’ancre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Divert, « L’antagonisme de la figure de l’étranger dans les formations de la mode », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 61-69.

Référence électronique

Nicolas Divert, « L’antagonisme de la figure de l’étranger dans les formations de la mode », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 23 août 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3153 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3153

Haut de page

Auteur

Nicolas Divert

Sociologue, maître de conférences en sciences de l’éducation, université Paris-Est Créteil Val-de-Marne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org