Navigation – Plan du site
Dossier

Variations des comportements vestimentaires chez les immigrés africains

Entre pôle occidental et pôle traditionnel
Jacques Barou
p. 93-98

Résumé

La mutation des comportements vestimentaires des migrants originaires d’Afrique subsaharienne et de leurs enfants jalonne l’histoire de leurs relations avec la société française. Le choix des vêtements, qu’il s’agisse d’un boubou, d’un costume ou d’une sweat à capuche accompagné d’une casquette des Yankees de New York, est déterminé par une triple appartenance, sociale, culturelle et générationnelle. Il dépend tout autant des espaces fréquentés que de la volonté de jouer avec les codes traditionnels et ceux de la société dominante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Espaces de vie et codes vestimentaires
Une stigmatisation des vêtements traditionnels
Le prestige du boubou
La diffusion de la mode urbaine dans les foyers
Une population plus hétérogène et des styles plus variés
La pression de l’imaginaire afro-américain
Conclusion

Aperçu du début du texte

La présence des immigrations originaires d’Afrique subsaharienne en France commence à être visible à partir des années 1960. Elle est alors essentiellement composée de deux groupes de nombre inégal et répartis de façons très différentes dans le pays. D’une part, il y avait ceux que l’on peut regrouper sous l’appellation d’“étudiants” et qui venaient de l’ensemble des pays africains. Ils étaient présents dans la plupart des grandes villes universitaires. Et, d’autre part, il y avait ceux que l’on distinguait comme “travailleurs”, surtout originaires de la zone sahélienne et fortement concentrés dans l’agglomération parisienne. Dans les deux catégories, l’élément masculin dominait nettement, surtout chez les travailleurs.

Ces deux groupes avaient des comportements vestimentaires très différents. Les étudiants s’habillaient à l’occidentale, copiant la tenue dominante en usage dans cette catégorie à l’époque, c’est-à-dire un costume avec chemise et cravate, en ajoutant souvent un souci ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Barou, « Variations des comportements vestimentaires chez les immigrés africains », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 93-98.

Référence électronique

Jacques Barou, « Variations des comportements vestimentaires chez les immigrés africains », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3161 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3161

Haut de page

Auteur

Jacques Barou

Directeur de recherche émérite au CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org