Navigation – Plan du site
Dossier

De la fripe à la Sape

Migrations congolaises et modes vestimentaires
Sylvie Ayimpam et Léon Tsambu
p. 117-125

Résumé

Né au début du XXe siècle entre Kinshasa et Brazzaville, le mouvement de la Sape ou Société des ambianceurs et des personnes élégantes a peu à peu gagné les territoires des diasporas congolaises à Paris ou à Bruxelles. Entre mode et musique, les sapeurs font de leurs luxueux habits le symbole d’une identité en perpétuelle réinvention. Pour assouvir leur quête de vêtements aux griffes prestigieuses, des filières d’approvisionnement informel se sont mises en place entre l’Afrique et l’Europe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Au commencement était la fripe
L’immigration congolaise en Europe : le mikiliste et la Ville-lumière
Vedettes de la chanson et sapeurs
La Sape et la migration chantées
Rester élégant malgré la crise
À la recherche de la fripe “griffée”
Fausse griffe, fausse fripe
Basse qualité du prêt-à-porter versus fripe de bonne qualité
Migration, Sape et fripe : histoire d’une rencontre ambiguë

Aperçu du début du texte

La Sape est à la fois une mode vestimentaire et un mouvement d’élégance qui s’est développé parmi les jeunes Congolais de Brazzaville et de Kinshasa vivant en Europe. Depuis l’époque coloniale, les citadins des deux villes ont toujours montré un goût marqué pour l’élégance vestimentaire. Mais c’est depuis les années 1980 que ce souci a été porté à son paroxysme par les migrants congolais installés en Europe. Élevée au statut de religion, la Sape recommande à ses adeptes – les sapeurs – d’arborer de manière ostentatoire les griffes de vêtements très coûteux produits par les couturiers les plus prestigieux au monde. Que peut signifier l’adoption de cette mode vestimentaire ? On pourrait avancer, en suivant Didier Gondola, que cette recherche effrénée de vêtements coûteux serait l’un des symboles d’une rencontre ambiguë entre l’Afrique et l’Occident. Bien au-delà du désir d’élégance, elle pourrait être lue comme une quête acharnée d’identité. Si, comme l’avance l’historien, la fripe es...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Ayimpam et Léon Tsambu, « De la fripe à la Sape », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 117-125.

Référence électronique

Sylvie Ayimpam et Léon Tsambu, « De la fripe à la Sape », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3167 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3167

Haut de page

Auteurs

Sylvie Ayimpam

Socio-anthropologue, Institut des mondes africains, université Aix-Marseille.

Léon Tsambu

Socio-anthropologue, Centre d’études politiques, université de Kinshasa.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org