Navigation – Plan du site
Dossier

La neutralité est toujours suspecte ?

Quand la mode sert à classer et à discriminer les femmes des minorités
Isabelle Hanifi
p. 127-134

Résumé

Dans le monde du travail, le choix des vêtements sert à représenter son statut professionnel. Cet enjeu stratégique est devenu l’objet d’une association de femmes cadres américaines, au fait des tendances de la mode et des attentes des marchés. Elles proposent leurs services de conseil vestimentaire et d’accompagnement vers l’emploi à des femmes issues de classes défavorisées. Mais, en promouvant les codes prétendus neutres de la femme d’affaire blanche, elles encourent le risque de pérenniser des discriminations sociales et ethniques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’appartenance sociale : une question d’image
Les codes vestimentaires au service de l’insertion professionnelle
Entrer dans les normes : une affaire de taille
Un habillage sous contrôle
Différenciation vestimentaire entre le travail et la vie privée
Représentations et injonction du style Corporate
Le changement de classe, un travail tabou
Conclusion

Aperçu du début du texte

La mode est souvent abordée comme un thème futile et léger. On fait état de “tendances”, d’étoffes et de bijoux faisant oublier parfois son importance dans la constitution d’identités sociales, sexuées ou ethniques. Souvent présentée comme la résultante de libres choix, la mode est pourtant très encadrée quand il s’agit d’aborder le monde du travail. L’apparence professionnelle est un enjeu majeur, en particulier dans les secteurs d’emploi du tertiaire où elle est considérée comme une compétence. À travers l’expérience d’une organisation caritative américaine proposant un service de relooking à des femmes en recherche d’emploi, majoritairement issues des minorités ou migrantes, nous voudrions montrer de quelle façon la constitution d’une apparence professionnelle suppose des négociations et l’abandon des marqueurs culturels au profit des seuls marqueurs statutaires. Les notions de style et de confort, très importantes pour certaines minorités sont reléguées dans la sphère privée. L’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Hanifi, « La neutralité est toujours suspecte ? », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 127-134.

Référence électronique

Isabelle Hanifi, « La neutralité est toujours suspecte ? », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 26 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3170 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3170

Haut de page

Auteur

Isabelle Hanifi

Sociologue.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org