Navigation – Plan du site
Chroniques
Mémoires

Germaine Tillion

Résistante et actrice du travail social en Algérie
Augustin Barbara
p. 150-153

Notes de la rédaction

L’auteur a longtemps côtoyé Germaine Tillion. D’abord quand elle a dirigé son doctorat sur les “mariages mixtes” à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, ensuite, durant plusieurs années à Paris et en Bretagne dans sa maison de Plouhinec (près de Lorient). C’est là que François Gauducheau, membre de l’Association Germaine Tillion, a tourné son film Les images oubliées de Germaine Tillion, dans lequel il livre un récit de son parcours personnel et de ses engagements scientifiques.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’enfance de la lutte
La découverte des Aurès (1934-1940)
L’Algérie en guerre
L’ethnologue du social : les centres sociaux
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’enfance de la lutte

Cette femme traverse le siècle. Elle naît le 30 mai 1907 à Allègre (Haute-Loire) et décède le 19 avril 2008 à son domicile de Saint-Mandé. Elle a à peine 18 ans quand son père disparaît. Veuve, sa mère écrit pour des guides touristiques afin de subvenir aux besoins de Germaine et de sa sœur, Françoise. Germaine commence des études universitaires les plus diverses (histoire de l’art et des religions, histoire, archéologie, égyptologie, sociologie, folklore français et celtique, pour finir par l’ethnologie). Elle suit les cours de Marcel Mauss, le maître de cette jeune discipline qui s’installe dans le champ intellectuel. Germaine Tillion reconnaîtra toujours son importance, par sa rigueur scientifique et son humanisme. Elle obtient le diplôme de l’Institut d’ethnologie (1932-1933) et commence à voyager en Prusse orientale. Dès 1934, elle découvrira l’Algérie par des missions successives jusqu’en 1940.

Dès son retour en France, en mai 1940, elle s’engage dans la Ré...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Barbara, « Germaine Tillion », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 150-153.

Référence électronique

Augustin Barbara, « Germaine Tillion », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3180

Haut de page

Auteur

Augustin Barbara

Professeur de sociologie, université de Nantes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org