Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

The Cut

Film franco-allemand de Fatih Akin
Anaïs Vincent
p. 187-188

Texte intégral

1La sortie de The Cut en janvier dernier dans les salles obscures coïncidait avec la commémoration du centenaire du génocide arménien. Après le succès de Soul Kitchen, grand prix du jury à Venise, le réalisateur allemand d’origine turque Fatih Akin s’est lancé dans la réalisation et la production d’un drame historique. Ce nouveau long-métrage est disponible en DVD depuis le 20 mai dernier.

2À l’approche de la guerre de 1915, en Anatolie, la vie paisible de Nazaret (Tahar Rahim), un modeste forgeron arménien du village de Maddin, est brisée lorsqu’il est arraché à sa famille par les autorités pour entrer, soi-disant, dans les rangs de l’armée. Finalement, on le conduit vers des travaux forcés : la construction d’une route sous le soleil terrassant du désert sera sa tâche quotidienne jusqu’à la capitulation. Rescapé du génocide arménien mais devenu muet, il fuit en Syrie à Alep où il trouve refuge chez un savonnier. Quand, des années plus tard, il apprend que ses filles sont toujours en vie, il part à leur recherche jusqu’au Dakota du Nord en passant par Cuba et la Floride.

3Projet ambitieux, thème sensible. Comment le cinéma peut il faire devoir de mémoire ? Comment raconter les heures les plus sombres de l’Histoire ? Fatih Akin se joue alors des artifices. Et tente d’utiliser les atouts de cette discipline pour leurs facultés à transcender le réel comme en témoigne le sous-titre du début : “Once upon a time, once upon no time.” Le film s’articule en trois temps : la déportation, la fuite et la quête. “Quand on voit une cigogne, cela annonce qu’on va faire un long voyage.” Nazaret s’adresse à ses filles. Ce dicton préfigure l’odyssée du jeune père de famille. Gros plan sur un brasier, le fer rougi par les flammes. Dans son atelier, le forgeron fabrique des ciseaux pour un riche notable turc. Le crépitement du feu, la lame tranchante, tout dans cette ouverture annonce le caractère tragique de ce drame. Le Démon c’est ainsi que Fatih Akin a intitulé le troisième volet de sa trilogie, Love, death and devil, composée de Head-On et de The Cut.

4Nazaret Manoogian, le protagoniste, est incarné par Tahar Rahim qui s’est fait connaître pour avoir interprété le rôle de Malik el Djebena dans Le Prophète du très en vogue Jacques Audiard.

5L’acteur, malgré les terribles épreuves qu’il endure, reste vaillant. Tel un héros mythologique, le jeune premier conserve toute sa fraîcheur. La blessure infligée par son bourreau et son protecteur Mehmet (Bartu Kucukcaglayan) le prive de parole. Témoin de l’innommable. L’interprétation de Tahar Rahim est malheureusement un peu maladroite, tout particulièrement quand Nazaret le miraculé devient muet. Autre petite incongruité qui impose une distance avec les personnages sans doute dû à la contrainte de la coproduction : les Arméniens s’expriment tous étrangement dans la langue de Shakespeare. Nazaret assiste à une projection du Kid de Chaplin réalisé en 1921, ce qui historiquement paraît impossible. La scène se déroule en 1918.

6Mais, comme nous l’annonçait Fatih Akin en ouverture, la précision historique n’est pas sa préoccupation. Il semble pointer avec cette séquence la faculté d’émerveillement du cinéma. Ce film à l’ossature scénaristique fragile titube. Il a pourtant été co-écrit par Mardik Martin collaborateur d’origine arménienne de Martin Scorcese. Addition de scènettes qui ont du mal à s’articuler entre elles pour construire une narration fluide. Quand le réalisateur est interrogé sur la genèse de son film dans le documentaire de Robin Boespflug-Vonier, The Cut, les origines (en bonus du DVD), on comprend le résultat un peu confus et les concessions qu’il a dû faire pour réaliser ce long-métrage en tant qu’à la fois producteur et réalisateur. Comment les contraintes financières ont finalement pris le dessus. The Cut est le résultat de l’assemblage de plusieurs tentatives cinématographiques avortées. Celle de l’histoire d’un chanteur grec immigré aux États-Unis devenu muet. Celle d’un biopic du journaliste turc d’origine arménienne Hrant Dink, fondateur de l’hebdomadaire turc arménien Agos, assassiné en 2007 par un nationaliste. Fatih Akin a renoncé à ce projet lorsque qu’il s’est rendu compte que tous les comédiens qu’il contactait pour incarner le rôle principal déclinaient sa proposition par peur de représailles.

7Dans cette interview on perçoit à demi-mots la déception du réalisateur, qui semble lui-même ne pas être très convaincu par le résultat de ces sept années de préparation et a été dépassé par l’ampleur du projet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « The Cut », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 187-188.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « The Cut », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 14 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3201

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org