Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

Hope

Documentaire français de Boris Lojkine
Anaïs Vincent
p. 188-189

Texte intégral

1Pas une semaine ne s’écoule sans que l’on apprenne le naufrage d’une embarcation de centaines de clandestins en mer Méditerranée. L’actualité banalise ces drames. Boris Lojkine met des visages sur ces chiffres et nous conduit au cœur d’un terrible périple. Le réalisateur de documentaires, ancien enseignant de philosophie, choisit cette fois la fiction pour traiter le sujet sensible de l’émigration clandestine. Dans ce long-métrage, il s’est intéressé à ces hommes et femmes prêts à tout pour tenter leur chance ailleurs.

2Sur le chemin de l’exil, les destins de Léonard, un migrant camerounais, et celui de Hope, une jeune nigériane, se croisent. Ils décident de faire la route ensemble vers l’Europe. De l’Algérie au Maroc jusqu’à l’enclave de Melilla, la relation des deux héros évolue vers une poignante romance.

3Le cinéaste s’est richement documenté pour parvenir à raconter au plus près l’expérience de la fuite. Raconter des vies dont on parle peu au cinéma, telle a été sa motivation première. Il a écouté les témoignages déchirants de nombreuses femmes qui ont fait la route vers le Nord.

4Dès la première scène, on réalise que la traversée de Hope sera traumatisante. Dans le désert saharien, alors qu’un groupe de migrants fait une halte, elle est démasquée et agressée malgré son bonnet et son blouson trop large dissimulant ses courbes féminines.

5Vulnérable et touchante, elle est la proie des hommes, funestes prédateurs. La caméra de Lojkine sonde son âme avec des gros plans d’une rare intensité. La tension est toujours palpable.

6La scène de viol par les policiers est d’une violence inouïe. Cri de Hope en off, en gros plans les regards désespérés et plein de culpabilité de ses compagnons de voyage qui restent passifs. Caméra à l'épaule, le réalisateur scrute les bas-fonds de l'humanité. Exploitée par les hommes, Hope survit en faisant commerce de son corps. “Les femmes sont comme des escargots, elles ont leur maison sur le dos.”

7Boris Lojkine met en scène des personnages forts et charismatiques écorchés vifs. Malgré sa détresse, Hope porte en elle l’espoir d’une vie meilleure. “Là-bas les moustiques boivent du Coca-Cola”, déclame un migrant croisé en route. Cette richesse des personnages passe par l’inventivité des dialogues. Le cinéaste a laissé la liberté à ses acteurs non professionnels d’adapter leurs répliques. Hope incarne une femme migrante parmi tant d’autres. On ne sait finalement rien de son passé.

8Le réalisateur a pourtant tourné une scène (que l’on retrouve dans le bonus du DVD) dans laquelle la jeune femme revient sur son histoire personnelle. Ce récit de vie a été judicieusement coupé au montage. En effet, nul besoin d’en savoir davantage sur les motivations de Hope. Ce long-métrage n’est jamais bavard. Le cinéaste va à l’essentiel sans s’encombrer de détails insignifiants. Et, fait troublant, on parvient sans peine à s’attacher à cette héroïne si secrète. Véritable tour de force, il a conservé la diversité des langues et dialectes des migrants. Cette profusion témoigne de la multiplicité des origines des migrants. Ils sont ivoiriens, camerounais, nigerians, etc., et ne se mélangent pas. Nulle solidarité. Le communautarisme est de mise sur la route et dans les ghettos où la vie est soumise à des règles strictes, dont les chefs, les chairmen, sont rois en leur royaume.

9Hope est un drame sombre et humaniste qui nous ouvre un autre regard sur la migration Sud-Nord. La noirceur du quotidien de ces migrants est habilement contrebalancée par la légèreté et la douceur de l’histoire d’amour naissante entre les deux protagonistes. Un léger souffle d’espoir vient illuminer ce tableau d’une profonde détresse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « Hope », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 188-189.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « Hope », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 14 décembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3202

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org