Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Sylvain Prudhomme, Les Grands

L’Arbalète/Gallimard, 2014, 208 pages, 19,50 €
Mustapha Harzoune
p. 194-195
Référence(s) :

Sylvain Prudhomme, Les Grands, L’Arbalète/Gallimard, 2014, 208 pages, 19,50 €.

Texte intégral

1Voici donc le lauréat 2015 du Prix littéraire de la Porte Dorée, prix du Musée national de l’histoire de l’immigration qui couronne un roman dont le ou les thèmes offrent quelques variations sur l’exil et/ou cette tectonique des peuples, cette “branloire pérenne” du monde, qui brasse et parfois entrechoque les hommes et les femmes de tous les continents. Sylvain Prudhomme y ajoute la rencontre par le décentrement, l’ouverture de la littérature hexagonale au monde par l’irruption de l’ailleurs, un universalisme partagé où la légitimité de l’Autre ne barbote pas sur les rives de la Seine ou du Tage, un peu d’exil aussi, celui de l’auteur en vadrouille sur le continent africain, celui qu’il porte par une histoire familiale où se rencontrent les terres algérienne, portugaise, italienne. Les Grands racontent la merveilleuse histoire d’un groupe de musique – le Super Mama Djambo – qui, dans les années 1970, portait dans un créole savoureux, mélange de portugais et de langues du cru, les espoirs – et les premières désillusions – de l’indépendance version Guinée-Bissau. Le récit tient en une journée : elle s’ouvre sur l’annonce de la mort de Dulce, l’ex-chanteuse emblématique du groupe, et se termine par un concert hommage que les rescapés du Super Mama Djambo organisent le soir même. Cette journée forme un long travelling, une odyssée dans Bissau où se mêlent l’histoire et le présent de la ville, où se croisent quelques fantômes et des êtres bien vivants et qui ne demandent qu’à vivre. Ici, l’Afrique n’est ni fantasmée ni idéalisée, exit le misérabilisme et les larmes de crocodile ou les plats réchauffés du colonialisme à la papa. Avec Couto, le vieux guitariste du groupe, le lecteur déambule de quartier en quartier, dans une ville populaire et bigarrée. Couto et Dulce sont des personnages de fiction. Ces deux-là s’aimaient au temps de la gloire. La gloire a passé. Il faut croire que l’amour aussi. Du moins Dulce préféra assurer ses arrières avec Gomès, un héros de la lutte pour l’indépendance devenu l’homme fort du régime. Couto et Gomès ont deux rendez-vous. Le premier parce que Couto décide d’aller se recueillir devant le corps de Dulce. Le second sera pour plus tard, dans la nuit. La rue bissalienne bruit des préparatifs d’un coup d’État et l’annonce de ce concert pourrait contrarier les plans du chef d’état-major. Gomès lui-même.

2Le lecteur découvre un pays, un peuple, des aspirations contrariées par les accapareurs d’indépendance. Il entend les dialogues, par téléphone, entre ceux restés au pays et les autres, expatriés en Europe. Au temps des tournées mondiales du groupe, il s’amuse des saveurs comparées de l’Europe et de l’Afrique. L’Europe eldorado ? convoitée ? Pas forcément ! Les organisateurs de festivals en France devraient offrir ce livre à bien des responsables consulaires, chiches et suspicieux dispensateurs de visas.

3Pour écrire Les Grands ou le précédent, Là, avait dit Bahi, il faut aimer les gens. Et Sylvain les aime, à n’en pas douter. C’est peut-être pour cela que ses romans font du bien. Le Super Mama Djambo à Bissau, c’est un peu le Buena Vista Social Club à La Havane ou El Gusto à Alger : des êtres solaires, des pépères fragiles mais encore verts, des souvenirs à revendre et des rêves d’amour plein la tête. Encore et toujours. En chansons et en musiques. Exit ici la salsa ou le chaabi, l’ambiance chaleureuse, chaloupée, sensuelle, tendre est à la saudade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Sylvain Prudhomme, Les Grands », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 194-195.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Sylvain Prudhomme, Les Grands », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3211

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org