Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Barsegh Chahbaz, Le Pays d’Ararat le sait

éd. CPA-Valence Romans Sud Rhône-Alpes, 2015, 72 p., 12 euros
Laure Piaton
p. 197-198
Référence(s) :

Barsegh Chahbaz, Le Pays d’Ararat le sait, L’Arbalète/Gallimard, 2014, 208 pages, 19,50 €.

Notes de l’auteur

Textes réunis, traduits et présentés par Léon Ketcheyan

Texte intégral

1Le Pays d’Ararat le sait réunit trois textes traduits de l’arménien, autour de la figure de Barsegh Chahbaz, intellectuel raflé à Istanbul le 24 avril 1915. Ce jour-là, à l’instar des représentants politiques, cadres et notables arméniens, Barsegh Charbaz est arrêté et déporté. Ce jour-là, débute la mise en œuvre du plan d’exécution concerté d’extermination des Arméniens.

2Cet ouvrage s’appuie sur une importante donation reçue par le Centre du patrimoine arménien en 2013 en provenance du fonds Bassmadjian, dans laquelle se trouvait la dernière lettre qu’il adressa à sa sœur et à son épouse sur le chemin de sa déportation. Reproduite in extenso, cette archive est un témoignage rare et nous plonge au cœur du processus. Véritable supplique, elle dit toute sa détresse, la dureté des conditions de sa déportation, et sa méprise quand il croit possible encore de plaider sa cause et refuse de renoncer.

3De manière inédite, les propos introductifs de Léon Ketcheyan appréhendent les événements du 24 avril en observant le contexte géopolitique, les stratégies des chancelleries, le jeu des empires et les rivalités coloniales. Ils n’ignorent pas non plus les errements de la classe politique arménienne qui vont conduire les Arméniens au désastre : légitimiste à l’égard de son parti, Barsegh Chahbaz reste loyal à l’égard de l’Empire ottoman dont il est ressortissant. En rentrant à Constantinople dès le début de la guerre, il précipite sa perte.

4Pour mieux cerner la personnalité de Barsegh Chahbaz et restituer la vie sociale, politique et militante des Arméniens à la veille de 1915 comme aux premières heures de leur déportation, Léon Ketcheyan présente également deux autres textes. Le premier, un long article publié aux États-Unis en 1965 par Minas Katchatourian, nous permet de découvrir à travers Chahbaz, par de larges extraits de correspondance, l’étudiant engagé, le combattant politique et le défenseur des droits du peuple arménien. Il plonge le lecteur au cœur des débats qui agitent les élites arméniennes au début du XXe siècle, laisse deviner le désabusement qui le gagne, l’intellectuel qui l’emporte sur le militant. Ses écrits révèlent la grande lucidité politique de Barsegh Chahbaz, sa maturité et son caractère pragmatique. Le second se déroule à Aya, dans la prison devenue “le cimetière des intellectuels arméniens”, où le destin fait se croiser Barsegh Chahbaz et Avétis Nakashian, médecin, un des rares prisonniers ayant survécu.

5Son récit, La prison d’Aya, publié à Alep en 1930, éclaire les conditions de leur détention, l’angoisse qui les étreint mais également l’incompréhension et l’indignation face au traitement qui leur est réservé.

6À travers la figure de Barsegh Chahbaz, cet ouvrage laisse entrevoir le destin tragique de tant d’autres qui, comme lui, commençaient tout juste leur carrière en tant qu’écrivain ou poète, maître d’école ou médecin, personnalité engagée ou militant politique, les futures générations d’intellectuels arméniens tombés en 1915.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Piaton, « Barsegh Chahbaz, Le Pays d’Ararat le sait », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 197-198.

Référence électronique

Laure Piaton, « Barsegh Chahbaz, Le Pays d’Ararat le sait », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 17 décembre 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3215

Haut de page

Auteur

Laure Piaton

Directrice du Centre du patrimoine arménien – Valence Romans Sud Rhône-Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org