Navigation – Plan du site
Dossier

Hommage aux ouvrières italiennes de Nogent-sur-Marne ou les enjeux d’une création

« C’est devenu un mythe les plumassières »
Anne Monjaret
p. 15-22

Résumé

Mettre une œuvre d’art au service d’une mémoire est un exercice périlleux. En souhaitant rendre hommage au travail des plumassières italiennes de Nogent-sur-Marne, les autorités municipales en ont fait l’amère expérience. Si le fait de dédier une sculpture de bronze à la communauté italienne, qui a pris une grande part dans le développement de la ville depuis la fin du XIXe siècle, partait des plus louables intentions, l’œuvre n’a pas eu les résultats escomptés. De cette statue, on retient la polémique, bien loin de la mémoire des ouvrières qu’elle entendait célébrer.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une sculpture pour symboliser le travail des immigrés italiens
Les plumassières italiennes, des femmes actives
La mémoire d’une histoire méconnue
Les exigences d’une commande au fil de la création 
Le choix de l’élégance
La sculpture au cœur d’une polémique 

Aperçu du début du texte

21 septembre 2012 : c’est sous la pluie qu’une sculpture – La Valnurese – réalisée en hommage aux plumassières italiennes de Nogent-sur-Marne, ville de l’Est parisien, a été discrètement inaugurée en présence du maire (UMP), de la sculptrice, du commanditaire de l’œuvre (le promoteur immobilier Cogedim) et d’autres personnalités. Ce bronze de 2,5 mètres, posé sur un piédestal au cœur de la courette privative d’une toute nouvelle résidence – La Petite-Italie –, représente une femme à la démarche élégante portant sur une épaule une brassée de plumes d’autruche. Elle symbolise ainsi toutes les ouvrières venues de la région du val de Nure à la fin du XIXe siècle, comme le précise la plaque placée sur le socle de la sculpture. Mais sa particularité tient à son visage, inspirée de celui de Carla Bruni-Sarkozy, encore première dame de France au moment de la finalisation de la maquette. Un détail qui n’a pas manqué d’être remarqué, suscitant en particulier une polémique sur le paradoxe soci...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret, « Hommage aux ouvrières italiennes de Nogent-sur-Marne ou les enjeux d’une création », Hommes et migrations, 1310 | 2015, 15-22.

Référence électronique

Anne Monjaret, « Hommage aux ouvrières italiennes de Nogent-sur-Marne ou les enjeux d’une création », Hommes et migrations [En ligne], 1310 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3217 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3217

Haut de page

Auteur

Anne Monjaret

Ethnologue, directrice de recherche au CNRS, IIAC, équipe LAHIC (CNRS-EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org