Navigation – Plan du site
Dossier

Femmes et migrations en Italie

Représentations identitaires, associationnisme et ressources citoyennes
Anna Elia
p. 15-21

Résumé

L’activité associative des femmes migrantes en Italie recouvre différentes stratégies sociales. Si l’éducation interculturelle et l’accompagnement des primo-arrivantes dans la société italienne demeurent historiquement leurs priorités, une nouvelle génération de femmes migrantes a redessiné les contours politiques de leurs actions. La lutte contre les discriminations sur le marché du travail se conjugue au souci de maintenir les liens avec leur pays d’origine et leur famille. Une manière de dépasser les frontières des territoires et des représentations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les réseaux comme lieux de production de la subjectivité
Des associations interethniques au service de la lutte sociale
Les structures associatives face à la déstructuration étatique
Les nouvelles associations féminines migrantes : entre solidarité et demande d’empowerment
Lutter contre la double discrimination dans le monde du travail
Conclusion

Aperçu du début du texte

En Italie, la présence de femmes issues de la migration s’inscrit dans une dynamique de désindustrialisation et d’augmentation de la demande dans le secteur des services à la personne. À côté des dynamiques démographiques et sociales, et des défaillances de la politique publique d’assistance, les politiques de régularisation représentent un élément déterminant dans l’amplification de la présence des femmes migrantes dans le travail domestique et d’assistance aux familles. Toutefois, leur participation sociale et politique active dans différentes communes a contribué à la formation d’une profession, de services et de compétences toujours plus importantes. C’est dans cette perspective que sont étudiés les réseaux entre femmes migrantes qui s’orientent vers une dimension associative. Néanmoins, certaines recherches ont souligné que, lorsque les ressources et les outils normatifs d’aide font défaut, l’émergence d’une dimension associative migrante féminine, marquée par un cadre ethnique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Elia, « Femmes et migrations en Italie », Hommes et migrations, 1311 | 2015, 15-21.

Référence électronique

Anna Elia, « Femmes et migrations en Italie », Hommes et migrations [En ligne], 1311 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 29 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3237 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3237

Haut de page

Auteur

Anna Elia

Professeur des processus migratoires, territoire et politiques (master en science des administrations publiques) au département de sciences politiques et sociales (DiSPeS) de l’université de la Calabre.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org