Navigation – Plan du site
Dossier

Une politique d'intégration au service des femmes étrangères ?

L'exemple français du Contrat d'accueil et d'intégration
Camille Gourdeau
p. 23-29

Résumé

Depuis une dizaine d’années, les femmes migrantes sont devenues une priorité des politiques d’intégration. Mais les catégories générales qui les désignent, « femmes immigrées » ou « femmes de l’immigration », sont problématiques. Le gain de visibilité offert s’accompagne du renforcement des clichés sur ces femmes perçues comme isolées et soumises, auxquels les politiques publiques n’échappent guère. On peut se demander dans quelle mesure ces représentations influent sur l’accompagnement des femmes signataires du contrat d’accueil et d’intégration (CAI).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une cible prioritaire des politiques d’accueil
Continuité et réactualisation des représentations des « femmes immigrées »
Le discours ambigu des agents de l’État
La promotion de l’égalité entre hommes et femmes : un enjeu majeur du CAI
Le CAI et la promotion de l’autonomie des « femmes immigrées »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au début des années 2000, à la suite de programmes internationaux et européens concernant la promotion et la protection des femmes dans le monde, dans un contexte national où différentes polémiques, à propos du foulard islamique, de la polygamie, des mariages arrangés ou forcés ou encore des crimes d’honneur dans les « quartiers sensibles », mettent sur le devant de la scène les femmes étrangères et leurs filles, la question des « femmes immigrées » devient un enjeu politique important.

Des rapports ministériels sont publiés, le Haut Conseil à l’intégration s’empare du sujet, des accords-cadres relatifs « aux femmes immigrées et issues de l’immigration pour favoriser les parcours d’intégration, prévenir et lutter contre les discriminations » sont signés en 2003 puis renouvelés en 2007. C’est parce que les femmes immigrées, longtemps invisibilisées, « constituent un public économiquement et socialement souvent plus fragile que la moyenne de la population » qu’elles font l’objet d’une ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Gourdeau, « Une politique d'intégration au service des femmes étrangères ? », Hommes et migrations, 1311 | 2015, 23-29.

Référence électronique

Camille Gourdeau, « Une politique d'intégration au service des femmes étrangères ? », Hommes et migrations [En ligne], 1311 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 28 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3239 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3239

Haut de page

Auteur

Camille Gourdeau

Doctorante à l’Urmis, université Paris-Diderot.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org