Navigation – Plan du site
Dossier

Les rapports de classe et de race

Les angles morts du traitement politique et institutionnel de la prostitution en France
Prune de Montvalon
p. 105-112

Résumé

En privilégiant une lecture de la prostitution sous l’angle des rapports de sexe, les porteurs du projet de loi « contre le système prostitutionnel », actuellement en débat au sein des Parlements, peinent à analyser l’imbrication de ces rapports avec ceux de classe et de « race ». La prostitution est non seulement individualisée mais aussi dématérialisée. Cette dématérialisation se manifeste par le peu d’alternatives réelles proposées pour remédier à la précarité spécifique des femmes, tant au niveau économique que dans leur mobilité géographique et juridique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Méthodologie de l’enquête
La dépolitisation du rapport prostituée/client
De la division sexuelle du travail et de l’échange économico-sexuel
Contradictions entre femmes
La dématérialisation de l’exploitation : le cas de la prostitution des étudiant(e)s
L’assignation ethnico-raciale des « victimes » et des « réseaux »
La fabrique des indésirables
Des trajectoires contrastées marquées par les frontières
Les aménagements d’un statut de subalterne
Le déni d’une expression politique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le 6 décembre 2011, à la suite de la publication d’un rapport sur la prostitution, l’Assemblée nationale française adopte une résolution qui « réaffirme la position abolitionniste de la France, dont l’objectif est, à terme, une société sans prostitution ». Un premier projet de loi est déposé fin 2011 et un second le suivra, peu après le changement de législature en 2013. Tous deux reprennent les principales préconisations de ce premier rapport qui visait « la lutte contre le système prostitutionnel ». La mesure la plus discutée est la pénalisation des clients. Après avoir été abrogée par le Sénat en mars 2015, elle est réintroduite par l’Assemblée nationale en juin 2015. Cette proposition de loi n’est donc pas encore adoptée au moment où s’écrit cet article. Cependant, certaines dispositions, notamment celles qui concernent la protection des victimes et le « parcours de sortie de prostitution », semblent faire consensus et sont marginalement amendées au cours du travail parlementair...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Prune de Montvalon, « Les rapports de classe et de race », Hommes et migrations, 1311 | 2015, 105-112.

Référence électronique

Prune de Montvalon, « Les rapports de classe et de race », Hommes et migrations [En ligne], 1311 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2018, consulté le 29 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3298 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3298

Haut de page

Auteur

Prune de Montvalon

Doctorante en socio-anthropologie à l’Unité mixte de recherche Migrations et Société (URMIS), UMR CNRS 8245 - UMR IRD 205.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org