Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Ali Al-Muqri, Femme interdite, traduit de l'arabe (Yémen) par Khaled Osman, en collaboration avec Ola Mehanna

Liana Levi 2015, 200 pages, 19 €
Mustapha Harzoune
p. 198-199
Référence(s) :

Liana Levi 2015, 200 pages, 19 €.

Texte intégral

1L’imam Izzat Al-Attiyah et son collègue d'Al-Azhar Abd El-Mahdi Abd El-Kader ont emballé les réseaux sociaux avec une fatwa qui recommanderait aux femmes, pour ne plus avoir à porter un voile lorsqu’elles partagent seule à seul un espace de travail avec un collègue masculin, d’allaiter cinq fois ledit collègue. Cinq anodines tétées et tombe le voile ! Explication : donner le sein « est considéré comme un acte maternel qui empêcherait tout acte sexuel ». Ben voyons ! Exit après ça le désir lubrique des obsédés prédateurs à moustache (le port du voile l’insinue), impuissants ou éjaculateurs précoces (Ali al-Muqri l’affirme).

2Cette pacifique fatwa illustre un propos de Femme interdite qui dénonce les stupidités auxquelles conduit une organisation sociale régie par une obsession : « Les femmes sont des goules, ce sont elles qui séduisent les hommes. Sans elles, ils seraient la pureté même. » De sorte qu’il faut, dès l’âge de neuf ans, dissimuler les corps, des pieds à la tête, couper le son – « la voix de la femme est indécence » –, traquer l’équivoque – jusqu’aux prénoms – qui pourrait exciter le désir de nos gugusses. « Femme-défendue », « interdite » ! Mais, pour devoir déserter les corps, le sexe n’en occupe pas moins tous les esprits, de sorte que, en ces temps de formalisme et de bigoterie, les « principes droits de l’islam » condamnent l’abstème à ingurgiter de drôles de bibines. Comme cette fatwa suscitée, resucée par Ali al-Muqri pour l’habitacle d’un taxi. Comme ces cours sur le licite et l’illicite en matière de « conjonction » prodigués par écran interposé : pour ne pas être en présence physique de ses étudiantes, le professeur n’en est pas moins émoustillé par sa suggestive leçon. En poussant la logique à son extrême, en utilisant l’ironie comme méthode de dévoilement, Ali al-Muqri montre les aberrations d’une codification des comportements reposant sur une séparation formaliste, sans âme, entre licite et illicite, hallal et haram. Sauf qu’ici ce n’est pas pile ou face mais plutôt : « pile je gagne, face tu perds » ! Tant les règles sont absurdes et le jeu cruel.

3Femme interdite raconte l’éducation sentimentale ou plutôt sexuelle contrariée d’une jeune Yéménite. Ses aînés, Loula, la sœur, et Raqib, le frère, contestent l’ordre ambiant : libération par le vagin pour l’une, par le marxisme pour l’autre. Loula et Raqib morigènent leur cadette. Via des « cassettes culturelles » où des hommes et des femmes s’adonnent au « charivari » (en un mot du porno) pour l’une, via Rosa Luxemburg pour l’autre. Si Loula se montre constante, son marxiste de frère, après avoir convolé, ira fricoter du côté du salafisme. L’égarement individuel comme miroir des impasses du collectif. La cadette, victime d’une injonction paradoxale, poursuit un rigoureux cursus théologico-scolaire tout en restant excitée par les « cassettes culturelles », travaillée par de puissantes pulsions sexuelles qui jamais ne seront satisfaites ! « Comment trouver la paix intérieure quand on est consumé par les feux du désir, par son volcan qui ne connaît pas de rémission ? » demande la jeune femme. Elle finira par rechercher la « paix intérieure » chez ce voisin qui lui a offert un enregistrement de la chanson « Questionnez mon cœur » (« Salou qalbi ») d’Oum Kalthoum. Le poème, communément perçu comme religieux, sert de trame au roman qui laisse alors deviner un tout autre sens.

4Femme interdite est un roman (et une langue) drôle, érotique, savant ; une sociologie, brutale parfois mais efficace, sur les aspirations et les tentatives de la fratrie pour s’extraire de ce cercle meurtrier du hallal et du haram, du pile ou face. Le frangin délaissera les frérots pour explorer une autre route. Quant aux deux sœurs…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Ali Al-Muqri, Femme interdite, traduit de l'arabe (Yémen) par Khaled Osman, en collaboration avec Ola Mehanna », Hommes et migrations, 1311 | 2015, 198-199.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Ali Al-Muqri, Femme interdite, traduit de l'arabe (Yémen) par Khaled Osman, en collaboration avec Ola Mehanna », Hommes et migrations [En ligne], 1311 | 2015, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3407

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org