Navigation – Plan du site
Dossier

La littérature des écrivains et poètes iraniens immigrés en France et en Allemagne

Naissance d’une écriture du hors-lieu
Shahnaz Salami
p. 59-68

Résumé

De plus en plus de romanciers iraniens se situent aujourd’hui à la croisée de plusieurs cultures, langues et imaginaires. En revendiquant le dépassement de la notion même de littérature nationale, ils expérimentent une écriture du non-lieu qui dit le passage, le mouvement, et introduisent un va-et-vient constant entre culture d’origine et culture d’accueil. Cette écriture transculturelle de l’immigration permet d’établir les contours d’un nouveau genre littéraire, où l’exil, thème de leur création, est au cœur d’une nouvelle identité, hybride.

Haut de page

Notes de l’auteur

« Être immigré, ce n’est pas vivre dans un pays qui n’est pas le sien. C’est vivre dans un non-lieu. C’est vivre hors des territoires1 », Tahar Djaout, écrivain algérien.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une littérature de l’immigration et de l’exil
Historique de la littérature d’exil iranienne
Parcours de l’écrivain immigré 
Des différences entre générations
La difficile renonciation à la langue maternelle
Le choix de la langue d’écriture
L’originalité des images 
Expérience du déracinement et refus de l’attachement
Expérience de séparation et interrogation sur soi
Conclusion

Aperçu du début du texte

Une nouvelle génération d’écrivains iraniens a renouvelé la littérature de l’immigration. Ils se différencient de leurs prédécessseurs notamment par l’originalité des images, l’hétérogénéité de la langue et le cadre spatio-temporel dans lequel ils situent leurs actions. Peuplant l’espace littéraire de personnages déterritorialisés, ils font désormais de la confrontation avec la société dans laquelle ils vivent le thème récurrent de leurs récits. À toutes ces nouveautés s’ajoute la redéfinition de l’identité du personnage immigré au travers de la valorisation d’une sorte d’individualisme, au détriment de l’attachement à une terre et à une culture nationales. L’immigré est désormais un être cosmopolite qui se situe à la croisée de différentes cultures, tout en poursuivant son parcours personnel d’intégration. Au cœur de la fiction, la figure nouvelle de l’immigré dessine ainsi une forme d’étrangeté, de non-coïncidence de soi à l’autre.

L’espace de la fiction romanesque apparaît désorm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shahnaz Salami, « La littérature des écrivains et poètes iraniens immigrés en France et en Allemagne », Hommes et migrations, 1312 | 2015, 59-68.

Référence électronique

Shahnaz Salami, « La littérature des écrivains et poètes iraniens immigrés en France et en Allemagne », Hommes et migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 24 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3494 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3494

Haut de page

Auteur

Shahnaz Salami

Doctorante en science politique à l’IEP de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org