Navigation – Plan du site
Dossier

Des couples iraniens en migration

Trajectoires d’intégration en Suède
Yuko Suzuki
p. 71-79

Résumé

L’Iran représente le quatrième pays d’origine des migrants en Suède. L’engouement des Iraniens pour ce pays ne s’est pas démenti entre la première vague d’immigration faisant suite à l’avènement de la République islamique et la seconde après l’élection présidentielle de 2005. Si les réfugiés iraniens trouvent en Suède des conditions d’accueil favorables pour eux et leur famille, fondée sur la politique multiculturaliste, leur intégration culturelle dans cette nouvelle société censée n’avoir aucune similitude avec leur pays d’origine demande à chacun un énorme investissement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

L’immigration iranienne en Suède : conjonction de deux contextes politiques
Le parcours de l’accès aux droits des réfugiés
Reprise d’études et mise à distance des activités politiques
Des stratégies d’autonomisation
Les atouts du multilinguisme scolaire
Le poids des représentations tribales et religieuses
L’exil au service d’une promotion sociale
Sortir de l’état de minorité
Conclusion

Aperçu du début du texte

La Suède est, après l’Allemagne, le deuxième pays européen d’accueil des immigrés iraniens. Pour comprendre les raisons de cet engouement, plusieurs enquêtes qualitatives ont été menées auprès de réfugiés iraniens arrivés entre 1980 et 1988, puis entre 2007 et 2012 en Suède, menées début 2015 dans les villes de Stockholm, Södertälje, Uppsala et Göteborg, et complétées par des statistiques. Ces recherches ont pour objectif de mesurer l’influence de la politique des pays de départ et d’accueil sur la vie des immigrés et de mieux cerner les effets des moyens de communication numérique sur les liens entre les personnes. Pour obtenir des informations précises lors d’une mission assez courte, j’ai bénéficié de deux réseaux iraniens : le réseau tribal de la province iranienne de Kohgiluye-va-Boirahmad, qui est le lieu de mes recherches depuis plus de vingt ans, et celui d’un réfugié à Paris, ancien membre de l’Union des organisations d’étudiants en Iran, appelée « Bureau pour le renforceme...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yuko Suzuki, « Des couples iraniens en migration », Hommes et migrations, 1312 | 2015, 71-79.

Référence électronique

Yuko Suzuki, « Des couples iraniens en migration », Hommes et migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 24 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3496 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3496

Haut de page

Auteur

Yuko Suzuki

Post-doctorante en anthropologie, UMR 7528 Mondes iranien et indien, université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org