Navigation – Plan du site
Chroniques
Repérages

Du Caire à Paris

Le regard des travailleurs sociaux
Michèle Taieb
p. 138

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

M. et Mme K., âgés de 43 et 37 ans, quittent l’Égypte en mai 1958. Ils ont trois filles de 5, 7 et 9 ans. Dès son arrivée à Paris, la famille, qui est hébergée chez un cousin, est prise en charge par le Service social d’aide aux émigrants (SSAE) et le Cojasor. Cette aide financière est capitale pour cette famille qui a laissé tous ses biens au Caire et qui ne peut même pas récupérer ses bagages avant plusieurs semaines. Quatre mois après, quand M. K. commence à toucher un salaire, le SSAE cesse d’aider la famille. Celle-ci continue toutefois d’être soutenue par le Cojasor jusqu’en mai 1959, moment où elle bénéficie par l’entremise de cette organisation d’un prêt du Haut-Commissariat aux réfugiés pour l’achat d’un logement.

Mme D., née en 1914, est veuve. Elle arrive en France en 1962 avec ses enfants, une fille et un garçon âgés de 22 et 17 ans. Le secours du Cojasor se met tout de suite en place. Atteinte d’un cancer, elle est hospitalisée à l’hôpital Rothschild à Paris et ses enfa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Taieb, « Du Caire à Paris », Hommes et migrations, 1312 | 2015, 138.

Référence électronique

Michèle Taieb, « Du Caire à Paris », Hommes et migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3522

Haut de page

Auteur

Michèle Taieb

Chef du Service social familial banlieues (Fondation Casip-Cojasor).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org